Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Christian Brunier: Défendons et surtout écoutons la parole libérée des femmes

(...) Certains de mes congénères se sentent meurtris, comme s’ils étaient complices de ces salauds. Certains prétendent même ne plus oser sourire à une connaissance féminine ou éprouvent des craintes à monter seul dans un ascenseur avec une femme. Mais pourquoi ont-ils besoin d’être solidaires avec ces gros salauds qui ont abusé de leur pouvoir ? A quoi sert cette complaisance malsaine ? (...) Comme écrivait Simone de Beauvoir : « Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité. » Moi, en tant qu’homme, je suis heureux de voir des femmes courageuses condamner leurs bourreaux. (...) C’est un devoir de tout humaniste pour que le machisme crève, promptement, dans la poubelle de l’histoire. (...)

Djemaâ Chraïti: ”Prendre la mer ou une femme blanche?”

(...) Arrivé à Zinguinchor, je le convie à partager rapidement mon déjeuner, un riz au poisson au bord du fleuve Casamance avant de filer à l'aéroport. (...) Il regarde le fleuve, parfois je pense à prendre la mer, soupire-t-il. Sais-tu nager ? lui demandai-je. - Tu vois, je peux nager du bord à la barque ! ce qui fait environ 3 mètres. - Mais tu ne te rends pas compte, si tu tombes à l'eau , lui dis-je, ce n'est pas trois mètres mais des heures de nage dans des vagues et dans le froid. Et le permis international que tu m'as montré, il sera inutilisable et tes papiers aussi. Il inspire profondément, il est vrai que si me je noyais, mes parents mourraient de chagrin. Il y a un six mois, un gars du village est parti, on attendait de ses nouvelles. On attendait, attendait…. et un jour on apprend qu'il est mort. Sa mère est devenue folle puis est morte de chagrin, elle disait un monstre dans la mer a dévoré mon fils! (...) On peut avoir confiance en moi. Tu es d'accord Tata ? Tu vas m'aider ? Si tu penses que c'est mieux que je reste alors il faut juste que je puisse vivre dans mon pays et avoir de quoi manger et rester près de ma mère dont je suis le seul fils !

Jean-François Druz: Inde du Nord, sacrée et magique!

Le Taj Mahal reste le monument qui me séduit encore et toujours. Comme l'Inde d'ailleurs! Je n'y suis allé que 6 ou 7 fois mais je ressens toujours attraction et étourdissement. L´Inde est magique et complexe. 33 millions de Dieux! Des castes à l'infini! On ne peut que se perdre et questionner! (...) Ce dernier voyage était en relation avec le Gange. Une petite croisière sur le fleuve au départ de Kolkata. Capitale impressionnante. On sent le passé colonial de cette ancienne capitale de l'Inde. (...)

John Goetelen: Le méga-feu est sous contrôle

Dans l’édition papier de la Tribune de Genève de ce jour, la page 15 se trouve à l’intérieur du deuxième cahier. Et la bonne nouvelle, tout en bas à droite. En ligne, une fois sur le site TdG il faut chercher la page Monde, puis un article général sur la nourriture larguée pour les animaux, et dessous, un petit lien bleu: « Australie: le méga-feu est sous contrôle ». (...) Et alors? Alors depuis des semaines nous avons droit à des unes toujours plus dramatiques sur les incendies qui ravagent certaines régions d’Australie. On utilise ces feux aux fins de valider l’idéologie apocalyptique. On en fait (à tort) un enjeu mondial. On instille doucement l’idée que la planète brûle. Et quand ce feu est annoncé sous contrôle, on lâche avec parcimonie une brève ou un article introuvable. (...) Le site des climato-réalistes a publié ici une synthèse des causes de ces récents feux.

Jean-Noël Cuénod: Macron ne désarme pas !

En pleine crise des Gilets Jaunes, Emmanuel Macron avait sans doute jugé opportun de ne pas ouvrir un nouveau front de mécontentement. D’où sa promesse de ne plus toucher à la Loi de 1905. Promesse de Gascon, apprend-on maintenant. Désormais, les Gilets Jaunes ont pâli et l’attention publique se fixe sur la question compliquée des retraites. Alors, pourquoi ne pas se lancer dans une nouvelle tentative pour réécrire la Loi de 1905 ? Initiative dangereuse et malsaine pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le texte séparant l’Etat des institutions confessionnelles n’a pas pris une ride (on peut en juger en cliquant ici : (...) Pourquoi inclure dans la loi de séparation des mesures pour assurer la transparence des fonds destinés aux institutions cultuelles ? Non seulement elles n’ont rien à y faire mais surtout, il existe, ici et maintenant, tous les dispositifs nécessaires pour assurer cette transparence. C’est à Tracfin d’assurer cette tâche (...)

Marie Barbey-Chappuis: Une Ville pensée aussi pour les aînes!

En novembre dernier, j'ai partagé pendant 24 heures le quotidien des pompiers professionnels du Service d'incendie et de secours (SIS) de la Ville de Genève. (...) Ce qui m'a le plus frappée lors de cette immersion, c'est de constater que les pompiers ne sont pas "seulement" ceux qui éteignent le feu: ce sont aussi des confidents et des "anges gardiens" témoins de l'isolement et de la solitude des personnes âgées. Il y a 15 ans, les sapeurs-pompiers se rendaient quelques dizaines de fois par année au domicile de personnes âgées isolées pour les aider à se relever après une chute. Aujourd'hui, c'est plus de 800 "relevages de personnes" par année qu'ils effectuent, soit plus de deux par jour! Nos pompiers sont devenus des acteurs-clés dans une société qui oublie trop souvent le lien social. La population suisse vieillit. En 2040, près d'une personne sur quatre résidente en Ville de Genève (23%) aura plus de 65 ans, et le nombre de celles ayant plus de 80 ans aura doublé. (...)

David Frenkel: Femmes d'ici et d'ailleurs

(...) Quinze jours s’écoulèrent. L’oncologue en examinant le scanner que Loïc venait de passer était estomaqué : il n’y avait aucune trace de tumeur. Il était en proie à un terrible pressentiment car la douleur continuait à torturer la pauvre Francine. Il la pria de se soumettre à un nouvel examen médical. (...) Le malheur de Francine libéra le sentiment qu’elle avait pour Océane. Elle l’aimait depuis le premier jour où leurs yeux s’étaient croisés. Les mirettes de sa collègue, d’un noir si profondément humain, l’attiraient irrésistiblement par leur bienveillance consolatrice. Vendredi, avant la Toussaint, elle colla un baiser sur la bouche d’Océane. Loïc, lui qui avait pourtant si peu embrassé, en fit de même ; la joie d’être bien-portant avait ouvert l’écluse. Océane prit ces effusions avec détachement ; elle s’imagina cependant que la France avait baisé sa négritude. Loïc était content, il avait réussi à programmer une fiction sur son ordinateur.

Créé: 15.01.2020, 21h36

Le meilleur des blogs

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Marc Schindler: Dr Carlos et Mr Ghosn

Olivier Emery: Enfant de Dieu ou du diable ?

Claude Bonard: Les nappes du Père Glôzu

Pascal Décaillet: Glôzu, pour toujours

Alain-René Arbez: Noël !

Edmée Cuttat: «Echo», singulier Noël à l'islandaise

Jacques-Simon Eggly: Vers un retour de l’éthique

Pascal Holenweg: PS genevois : du bon usage d'une crise(tte)


Vincent Schmid: La joie rare

Jean-Noël Cuénod: Amorce d’un grand ras-le-bol mondialisé ?

André Naef: Un camélon nommé Boris

Jean-Michel Olivier: Grâce à Venise

Demir Sönmez: 81e édition Coupe de Noël

Bernard Comoli: Davi Kopenawa « Prix Nobel alternatif »

Sylvain Thévoz: Les casseurs sont au parlement!

Michèle Roullet: Le PISA Nouveau est arrivé!

Marc Schindler: Jeu de Mikado en France

Gabriel Jaccard: Les Verts, pas mûrs pour le Conseil fédéral

André Naef: Menaces sur l'universalité du football

Cédric Segapelli: Morgan Audic, “De Bonnes Raisons De Mourir”

Jean-Philippe Accart: Genève, la Ville-Monde

Maurice-Ruben Hayoun: La France va de plus en plus mal…

Didier Bonny: « J'accuse » : un peu trop sage

Mathias Buschbeck: Le pire des projets de budget

Eric Bertinat: Pannes de sport

Gabriel Jaccard: Motion ”Blockchain GVA”

Bruno Hubacher: Propagande

Alain-René Arbez: Quels calendriers de l'Avent?

Mireille Vallette: Loi sur la laïcité, encore une lutte…

Pascal Décaillet: Vital, la simplicité des Justes

Claude Bonard: Une Escalade oubliée, La nuit des échelles de mars 1529

Anne Cendre: Le musée forteresse de Lausanne

Jean-Noël Cuénod: Voile, croix et kippa pour les élus genevois

Vincent Schmid: La belle Escalade et la paix de Saint-Julien

Antoine Vielliard: La question de la scolarisation des Genevois de France

Rolin Wavre: «Je suis fatigué des postures qui phagocytent le débat public ou privé»

Catherine Armand: La passion de la Commune

Pascal Holenweg: A propos de la succession de Christian Levrat

Pierre Béguin: Rhinocérite

John Goetelen: La faute d’Antonio Hodgers


Edmée Cuttat: Un brûlot social sur la banlieue

Patrick Dimier: Genève aura-t-elle un budget en 2020 ?

Sylvie Neidinger: Gilets Jaunes, Brumaire An 1

Adrien Faure: L’égalitarisme strict et la pauvreté

Vincent Schmid: J'accuse, un film de Roman Polanski

Cyril Aellen: La droite a perdu. La droite peut gagner

Anne Cendre: Bustes contemporains

Valentin Dujoux: Les combats rétrogrades de certain-e-s

Aurélie Friedli: l’OHGe fait rayonner Genève

Arnaud Cerutti: Et si Constantin avait perdu la flamme?

Jean-Marc Guinchard: L’IN 163 et la délégation genevoise à Berne

Leila el-Wakil: Marcher pour les arbres

Maurice Gardiol: Dieu(x)... pour combler un déficit de culture

Grégory Pons: Est-ce décent et est-ce même intelligent ?

Pascal Gavillet: L'appel de Clotilde Courau

Daniel Warner: Sadako Ogata

Claude Bonard: Terrorisme à Genève

Maurice-Ruben Hayoun: Conseils de Régis Debray à son fils

Michèle Roullet: Ouverture à l’Autre et reniement de soi !

Andreas Dekany: C'était il y a trente ans!

Sylvie Neidinger: Marianne détournée en Oncle Sam...

Pierre Scherb: On continue (de perdre)

Mireille Vallette: Dernières nouvelles de l’islamophile Helvétie

Olivier Perroux: La nouvelle lutte des classes

Pierre Kunz: Sus aux inégalités !

Alain Meury: Cure de jouvence

Vincent Schmid: Edit de Nantes 2.0

Sylvain Thévoz: Mettons le racisme hors-jeu!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...