Passer au contenu principal

Aurélie Friedli: Milicien·ne·s, vraiment ? Repensons notre façon de faire campagne !

Guy Mettan: Bref conciliabule avec l’évêque de Sion au Grand Saint-Bernard. Anne Cendre: Extinction inévitable? Charly Schwarz: Swiss Made et durable, ça existe ? Maurice-Ruben Hayoun: La rentrée sociale en France ou le règne permanent de l’hybris…

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Aurélie Friedli: Milicien·ne·s, vraiment ? Repensons notre façon de faire campagne !

Avocate-stagiaire, je n’ai pas un emploi fatiguant physiquement, mis à part les journées à rallonge et les quelques effets de manches lors de plaidoiries. Et pourtant, la campagne est éprouvante. Travaillant à 100% dans une étude d’avocat, je n’ai pas la possibilité de quitter mon poste plus tôt le soir, ni de prendre des congés à bien plaire pour « campagner ». (...) Alors pourquoi ne pas repenser nos instances pour permettre à un plus grand nombre de personne de s’investir pour nos cités ? Je n’ai pas de solution toute prête à vous proposer, mais deux pistes prometteuses : Le RBI (revenu de base inconditionnel) permettrait de faire campagne sans avoir à se soucier de ne pas toucher de salaire. J’aurais ainsi pu décider de me consacrer quelques mois entièrement à la politique. Une autre piste consiste à s’en remettre au hasard : en instaurant un tirage au sort des élue·s ou d’une partie d’entre eux-elles, avec un système de liste par parti ou alors un tirage directement dans la population majeure, toute forme de campagne personnelle serait supprimée. Cela aurait également l’avantage de limiter drastiquement les possibilités de corruption – ou de lobbying suivant la terminologie que vous utilisez – qui font tant de mal à notre société. « Une démocratie qui se limite aux élections n'a pas d'avenir », alors pourquoi ne pas faire évoluer notre démocratie ?

Guy Mettan: Bref conciliabule avec l’évêque de Sion au Grand Saint-Bernard

11e étape - La Fouly-Lacs de Fenêtre-Col de Fenêtre-Baou-Grand Saint-Bernard - Lundi 5 août 2019 (...) ’Hospice, comme toujours en cette saison, est pratiquement plein. On y croise évidemment quelques chanoines, des religieuses en vacances et beaucoup pèlerins qui parcourent tout ou partie de la Via Francigena, entre Cantorbéry et Rome. Ici, pas d’ultratrailers, de vététistes ni d’Asiatiques, mais plutôt des familles avec enfants (...) Dans le réfectoire, je suis aussi en face d’un Américain qui a commencé sa carrière comme ingénieur dans les sous-marins nucléaires avant de bifurquer vers la médecine et soigner les indigènes de Guam (qui deviennent obèses après avoir troqué leur régime traditionnel de poisson-légumes contre l’abominable mélange de glucides riz-coca cola) et les prisonniers afro-américains des Etats du Sud profond. Il marche pour se libérer de l’impitoyable univers carcéral américain, avec son innombrable population noire, dont le destin semble aujourd’hui d’être condamné à la prison comme il l’était hier d’être esclave. (...) Au retour, dans les escaliers, je croise par hasard l’ancien prieur de l’Hospice et actuel évêque de Sion, Mgr Lovey, venu passer une semaine de vacances dans son ancien domaine pour se ressourcer. Si la charge d’évêque a jadis pu passer pour une sinécure, il y a longtemps que ce n’est plus le cas. La charge est devenue lourde, impossible même: entre la raréfaction des vocations, le manque de prêtres, les crises diverses qui affectent l’Eglise, et toutes les obligations pastorales ordinaires, le métier d’évêque est devenu très exposé et très exigeant. Nous nous étions connus il y a quelques années lorsque l’Hospice cherchait des fonds pour sa rénovation. (...)

Anne Cendre: Extinction inévitable?

Ils passaient sous mes fenêtres. Une fanfare bruyante et bon enfant. Extinction-Rébellion. Provocation ou invitation ? Je les ai rejoints et les ai accompagnés pendant quelques moments. Qui ne souhaite pas défendre l’humanité contre elle-même ? Beaucoup de gens, semble-t-il. On va droit dans le mur, entend-on. (...) Il faudra bien que les Etats-Unis prennent conscience de la destruction de la planète. Ne sont-ils pas parmi les plus gros pollueurs ? Quand je pense à leur influence sur le monde entier, je m’interroge. Pourquoi continuons-nous à nous américaniser ? L’un des aspects de cette contagion se révèle dans le langage – ma marotte. Tout ce qui est nouveau porte aussitôt une appellation américaine. Qu’on la comprenne ou pas. Sur la plaine de Plainpalais, samedi dernier j’ai découvert ce panneau. Sans autre explication. (J'y ai adjoint deux petits autocollants) Le mot ne se trouve pas dans mes dictionnaires un peu vieillots. Il faut aller sur un site internet de traduction. Plogging : jogging en ramassant les ordures, m’explique-t-il. De plug, brancher et jogging, courir. Ce terme s’impose dans les communes genevoises qui se battent pour la propreté. Il y aurait sûrement des idées françaises pour encourager cette bonne action: courdure, courdéchet… (...)

Charly Schwarz: Swiss Made et durable, ça existe ?

L’économie locale offre une réponse souhaitable aux besoins du 21ème siècle. L’écologie, la traçabilité, la production éthique, l’emploi local sont au cœur de son modèle. (...) Pour renforcer ce tissu économique essentiel, nous devons créer des alliances locales visant à redonner vie et soutenir ces économies locales moins dépendantes d’une mondialisation dont on perçoit aujourd’hui les excès et dangers. Des mouvements défendent l’idée une TVA circulaire (soit l’application d’une TVA réduite pour les entreprise ayant un faible impact environnemental et social). Aux Etats-Unis, le modèle de certification "B Corp" permet aux entreprises de se fixer des objectifs extra financiers, qu’ils soient sociaux ou environnementaux, qui ne sont plus conditionnés par les actionnaires. Et en Suisse, comment soutenir ces acteurs qui proposent une économie à visage humain ?

Maurice-Ruben Hayoun: La rentrée sociale en France ou le règne permanent de l’hybris…

Qu’est ce que l’hybris ? C’est un terme qui possède un champ sémantique très large et qui s’applique dans bien des domaines, notamment celui de la politique et de la psychologie. Il signifie , en gros, la démesure, le déséquilibre, l’excès en tout genre. Et quiconque se donne la peine d’examiner le plus objectivement possible ce qui se passe dans ce pays, à chaque rentrée, voit ce terme grec s’imposer à lui. Un autre terme ou plutôt une autre expression avait jadis, du temps du président Georges Pompidou, fait florès, à une époque où le parti communiste (plus de 25% à chaque scrutin local ou national) et la CGT faisaient la loi, ou presque. C’est l’expression délectation morose… A chaque rentrée, les syndicats faisaient grève, il y avait toujours une raison valable ( à leurs yeux) pour faire grève. Et un jour, alors que j’étais jeune étudiant, le chef de la CGT, Georges Séguy avait dit au sujet de Pompidou :… ce septennat pourrait être de bien courte durée ! Un véritable appel à l’insurrection !! Grâce au ciel, il n’en fut rien. Avons nous avancé dans la bonne direction, presque un demi siècle plus tard ? (...) Et tout ceci renforce cette impression de désordre, de démesure ; cela ressemble à un état préinsurrectionel. Et cela ne suffit pas puisque certains saisissent l’opportunité pour annoncer d’autres grèves (...) Le pouvoir actuel aurait tort de se croire sorti d’affaire. Ce ne sont pas les quelques on man shows du président qui auront réglé cette affaire. Il existe hélas une fracture qui attend d’être soignée. Et par autre chose que de la communication. Il faut une politique, une vraie, et celle-ci ne peut être fondée sur la Vérité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.