Arnaud Cerutti: Et si Constantin avait perdu la flamme?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Arnaud Cerutti: et si, finalement, Constantin avait perdu la flamme?

(...) A Tourbillon, le marasme est comme la Saint-Martin chez nos amis jurassiens; une tradition. Si bien que les entraîneurs qui s’installent sur le banc valaisan ont pour habitude, avant même de songer à passer l’hiver, de ne même pas franchir l’automne. Stéphane Henchoz est le dernier à avoir été victime de l’énigmatique contexte sédunois. Jamais l’ancien défenseur n’a pu (su) faire passer son message dans le vestiaire. Mais est-ce uniquement de sa faute? Certainement pas, sachant que tous ses prédécesseurs se sont heurtés aux mêmes problématiques. En plus de se retrouver devant un groupe sans joueur de caractère ni leaders, ils ont dû se «coltiner» Christian Constantin. Attention, l’homme est assurément un grand entrepreneur, un personnage qui a déjà marqué l’histoire de la Suisse romande et un homme sans qui le Valais n’aurait plus de club professionnel depuis bien longtemps, mais il est trop envahissant dans son club pour qu’un technicien puisse convenablement exercer son métier au FC Sion. (...)

Rémi Mogenet: Donald Trump et le Kurdistan

Rudolf Steiner affirmait que le but secret de la politique anglo-américaine, dans le monde, était d'y créer une instabilité contrôlée, afin d'y favoriser le commerce que les anglophones dirigeaient, pour lequel ils étaient particulièrement doués. Ils dressaient, disait-il, les peuples les uns contre les autres, étaient pour cela très doués aussi, ils connaissaient d'instinct ce qui pouvait toucher les êtres humains à travers le monde, les fasciner, les exciter, les pousser, les tirer. Il caractérisait ainsi la politique de Woodrow Wilson, en 1919, et sa manière de favoriser l'éclosion des nationalismes, sa prétention à donner aux peuples le droit de disposer d'eux-mêmes, qui n'était qu'une façon de les contrôler en émiettant les empires européens unissant plusieurs peuples – notamment l'Autriche-Hongrie, dont Steiner était issu. Les égoïsmes nationaux étaient éveillés, excités par le gouvernement américain, qui était lui-même, au fond, excité et galvanisé par son propre égoïsme national, au-delà des prétentions universalistes de son melting pot. (...)

Pascal Décaillet: Conservateurs romands : le Noeud Gordien

(...) Ce qui unit le PLR et l'UDC, ce sont, par exemple, les questions financières et fiscales. Ou encore, la sécurité publique. Dans le Canton, la Commune, on peut œuvrer ensemble dans ces domaines. Ce qui les désunit, c'est la question fondamentale, vitale même, de notre relation à l'Union européenne. Les bilatérales. Le libre-échange. Le protectionnisme. Les deux partis, sur ces thèmes cruciaux, poursuivent des objectifs radicalement différents. A la réflexion, il était en effet préférable qu'ils partissent séparément dans la course aux Chambres fédérales. A cela s'ajoute un élément plus complexe, mais fondamental : l'impérieuse nécessité d'une clarification, au sein des sections romandes de l'UDC, de leurs positions face au libéralisme. Je suis, pour ma part, un conservateur anti-libéral, attaché à l’État social, à la proximité avec les gens, la défense des plus défavorisés. Mais d'autres, se réclamant de l'étiquette conservatrice, se laissent porter par le vent libéral, fréquentent les huiles, promeuvent le libre-échange et l'économie de casino. Entre ces deux tendances, antinomiques, il faut choisir. (...)

Michèle Roullet: 11 novembre « fête de la consommation » !

(...) Ces listes de morts, gravées dans le marbre de ces monuments au cœur des villes et villages de France me mettent toujours dans un état de sidération. Que de souffrances et de deuils ! Que de familles meurtries ! Que d’orphelins et de veuves sur tous les continents ! Dans toutes les capitales européennes (et villes et villages), la population, en apprenant qu’un armistice était signé entre les alliés et les Allemands, exprime son soulagement. A Paris, plus d’un million de personnes descendent dans la rue pour célébrer cet armistice. Même en Allemagne, pourtant vaincue, et qui va signer une abdication aux conditions humiliantes pour elle, la population berlinoise manifeste sa joie (...) La Première Guerre mondiale qui va entrainer la chute des empires allemand, russe, austro-hongrois et ottoman, un remaniement de frontières, de souverainetés et la formation de nouveaux états en Europe et au Moyen Orient. (...) En Suisse, pas un mot sur cette date historique sur les ondes radiophoniques ! Les seules informations que j’ai entendues sont que le 11 novembre est la « fête des célibataires », qui est célébrée en faisant de cette journée, la « journée internationale de la consommation ». Cette fête prendrait son origine en Chine, car (si j’ai bien compris) le 11.11 (11ème jour du 11ème mois), les 1 symboliseraient l’individu seul, pas encore marié ! (...) Décidément, nous vivons une période formidable, dans un monde merveilleux ! Consommons, consommons, consommons…

Djemâa Chraïti: Chronique d'un nu annoncé

(...) La volonté de l'artiste est évidente, se réapproprier un regard décomplexé où les nuances nous rappellent notre propre quête existentielle, comment offrir et déplacer ce corps qui est le nôtre dans un espace qui nous appartient. Dans la pureté des formes, ombre et lumière jouent et glissent entre pudeur et dévoilement. Un objectif sans concession qui interroge sans juger, qui interpelle sans donner de réponse. Une autre façon de voir le monde, une autre façon de voir l'autre et ce regard posé nous renvoie nos propres interrogations en miroir. (...) Née à Jerusalem, Iris Mizrahi a grandi à Genève mais c’est dans son pays natal qu’elle poursuit ses études. Elle est diplômée de Betzalel Academy of Art de Jerusalem en photographie. De retour à Genève, elle délaisse un temps l’image pour l’écriture. Avec cette exposition « Muse », elle renoue avec ses premières amours, une photographie à la lisière entre l'académisme et l’érotisme dans un discret hommage à Robert Mapplethorpe.

Adrien Faure: Attitudes immorales face à la pauvreté

Ensuite, il existe des positions qui affirment que, bien que la pauvreté soit un phénomène négatif, ceci n’implique aucune obligation morale pour quiconque d’intervenir en aucune façon. Cette position non-interventionniste est notamment défendue par certains anarcho-capitalistes, comme Murray Rothbard, et par certains minarchistes. Enfin, il est possible qu’il existe une catégorie de gens qui suspendent leur jugement concernant l’évaluation morale de la pauvreté, sceptiques ou nihilistes moraux sur ce point, qui pourraient ne pas voir de raisons suffisantes pour justifier une obligation à intervenir de qui que ce soit. Toutefois, si nous soumettons cette position morale non interventionniste à l’expérience de pensée rawlsienne des contractants situés dans la position originelle sous le voile d’ignorance, nous pouvons constater qu’elles ne pourraient pas être sélectionnées par eux. En effet, les contractants souhaitent rationnellement minimiser les risques qui pourraient les affecter dans la société dont ils choisissent les institutions. Or, se retrouver dans la pauvreté, sans qu’il n’existe aucune obligation pour quiconque à se porter à leur aide, peut raisonnablement être considéré comme un risque excessif à prendre pour les contractants. L’expérience de pensée rawlsienne semble ainsi nous indiquer que les positions morales niant toute obligation d’intervention en faveur des plus pauvres sont déraisonnables. (...)

Créé: 12.11.2019, 18h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...