Passer au contenu principal

Anne Cendre: Albert Thomas, le roc de l'OIT

Pascal Décaillet: Versailles : il n'y a rien à fêter. Aurélie Friedli: « Féminité » vous avez dit ? Hani Ramadan: De la géographie par le massacre. John Goetelen: La RTS et son aligneur de ponctuation. André Thomann: Et Mozart dans tout ça?! Pascal Holenweg: Villages africains en lutte contre les multinationales de l'agrobusiness

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Anne Cendre: Albert Thomas, le roc de l'OIT

Si le président des Etats-Unis Woodrow Wilson a enclenché le mouvement, ce fut le Français Albert Thomas qui a bétonné le projet et a été le roc sur lequel s’est construit le Bureau international du travail à Genève. C’est cet épisode que l’on commémore ces jours.(...) Dans le parc, L’Effort humain, la grande sculpture du Genevois James Vibert qui date de 1935, symbolise les principes de l’OIT. (...) Le 29 avril 1919, dans une Proclamation au peuple de Genève, le Conseil d’Etat genevois publiait fièrement un télégramme du président de la Confédération Gustave Ador : (...) La proclamation s’adressait ensuite directement au Peuple de Genève qu’il tutoie gentiment : Fais que, dans l’avenir, le nom de cette Genève que tu chéris soit toujours plus respecté et plus aimé ; Et maintenant tous ensemble faisons monter notre gratitude à Celui qui tient dans sa main les nations et les a inclinées vers une œuvre sans exemple dans les annales du monde ». Cette référence au Très Haut n’est pas anodine, car l’histoire de la Genève réformée a joué un rôle dans cette attribution du siège de la SdN. (...)

Pascal Décaillet: Versailles : il n'y a rien à fêter

Signé il y a cent ans aujourd'hui, le Traité de Versailles, totalement injuste et humiliant pour l'Allemagne, dicté par la soif de vengeance d'un Clemenceau déserté par le génie rassembleur qui avait été le sien en 1917 et 1918, est l'une des pires calamités du vingtième siècle. J'ai creusé en profondeur la période qui, en Allemagne, s'ouvre avec la Révolution du 9 novembre 1918 (avant-veille de l'Armistice), couvre toute l'année 1919 et s'étend jusqu'au putsch raté de 1923. Versailles est une abomination. C'est la loi des vainqueurs dans toute sa caricature, Clemenceau en étant bien plus responsable que le Président Wilson. Versailles est la cause immédiate de la radicalisation des Corps-Francs (lire Ernst von Salomon, Die Geächteten, les Réprouvés) en mouvements politiques, dont évidemment le NDSAP. Versailles est la cause directe de l'instillation, aux tréfonds de l'âme allemande, d'une immense colère rentrée. (...)

Aurélie Friedli: « Féminité » vous avez dit ?

Si en apparence l'égalité progresse, les femmes* font paradoxalement face à de très fortes injonctions de « féminité », précisément. Les attentes de la société quant à nos corps et surtout à la manière de s'en occuper sont présentes au quotidien. Il est attendu que le corps des femmes* ne soit pas laissé au naturel mais au contraire qu’il soit rendu plus « beau ». Les injonctions sont nombreuses : soit mince, soigne tes cheveux, soit épilée, porte des talons, soit maquillée. (...) Heureusement le body positivisme est également apparu. De plus en plus d’initiatives de sensibilisation et de normalisation d’« autres formes de féminité » voient le jour. Cette année Januhairy ou janvier poilu a permis à de nombreuses femmes* à travers le monde d’accepter leur pilosité, parce que oui, nous sommes à poils ! (...) Quelques mois plus tôt, je m'essayais à ne plus porter de soutien-gorge, alors même que mes seins pendent. Mais qui a décidé d'un canon de beauté des seins ? Qui a inventé ce vêtement étrange qui est censé soutenir notre poitrine en toutes occasions ? Je me suis alors sentie très libre (et ma poitrine aussi) ! Ces initiatives m’ont permis de me questionner sur ce qu'est la féminité. De me demander ce que la société attend des femmes et leur impose. D'explorer et de définir ce qu'est ma féminité. (...)

Hani Ramadan: De la géographie par le massacre

Nous connaissons tous, du moins ceux qui parmi nous suivent l’actualité depuis quelques décennies, les villes de Srebrenica, Sarajevo,Mostar ; de Prekaz, Mitrovica, Pristina ;d’Alep, Dera, Idlib, Homs, et de Grozny… Liste à laquelle on peut ajouter quelques pays et régions, comme le Turkestan oriental (patrie des Ouïghours assimilée à la Chine), la Birmanie, et aussi l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Thaïlande, l’Inde et Gaza. Liste qui malheureusement est loin d’être exhaustive. Qu’ont en commun ces lieux géographiques ? Ils ont tous été, ou sont le théâtre de massacres de musulmans, très souvent à grande échelle. (...)

John Goetelen: La RTS et son aligneur de ponctuation

L’article se termine par un un encadré sur la rente à vie des anciens membres du Conseil d’État. Le rédacteur ou la rédactrice a voulu faire de l’écriture dite inclusive, où les deux genres-sexes sont représentés (inégalement mais elles l’ont voulu). (...) L’article se termine par un un encadré sur la rente à vie des anciens membres du Conseil d’État. Le rédacteur ou la rédactrice a voulu faire de l’écriture dite inclusive, où les deux genres-sexes sont représentés (inégalement mais elles l’ont voulu).(...) C’est moche, c’est idiot, c’est bête, c’est nauséeux, c’est bloquant, c’est navrant. Voilà à quoi sert la redevance, ou ce qui en reste quand les retransmissions pharaoniques de sport laissent des miettes. Je ne partage pas cette errance rédactionnelle. Pour être fluide et comprendre rapidement l’information je dois sauter ces mots. Et puis, ce n’est pas tout. Il reste un malaise. À cause de deux mots. Le premier, ancien-ne-s membres, répété deux fois, est délicieux, enfin, presque. (...)

André Thomann: Et Mozart dans tout ça?!

Dame Belloubet, ministre des Sceaux (de la Justice) en France vient d’émettre une proposition discutable et qui pourrait faire polémique. Il s’agirait de s’abstenir de toute poursuite à l’égard d’enfants de moins de treize ans, pour cette raison qu’avant cet âge, ils ne disposeraient pas d’assez de discernement pour être poursuivis pénalement. C’te blague ! Ce que la ministre ne sait pas ou feint de ne pas savoir, ce qui serait assez dans la ligne de la république macronienne, est qu’il y a des enfants précoces, des petits gars qui dès l’école primaire, sont champions de l’extraction des racines carrées, qui sont capables de discussions théologiques avec des savants du Temple (Jésus, si on croit à cette histoire), qui sont déjà de plain-pied avec le monde des adultes. Et puis il y a Mozart qui composait déjà à six ans de petites choses en attendant les grandes. N’avait pas encore de discernement, le petit Wolfgang ? Mais s’il est vrai qu’il y a des gamins qui dans une discussion savent damer le pion à un adulte, qu’il y a des génies en mathématiques ou en musique, il arrive aussi qu’il y en a qui ont la gâchette facile ou les mains étrangleuses. (...)

Pascal Holenweg: Villages africains en lutte contre les multinationales de l'agrobusiness

La Banque britannique de développement et son homologue allemande, comme bien d'autres banques et fonds européens de développement, place des capitaux dans une société (Feronia) qui cultive au Congo (RDC) des plantations de palmiers à huile sur des terres volées aux habitants pendant la période coloniale. Feronia a même été sauvée de la faillite par l'"African Agricultural Fund" (AAF) et la banque britannique de développement (CDC). Or l'AAF regroupe notamment des agences étatiques de développement française, espagnole, européenne, américaine, et un fonds de développement (l'Emerging Africa Infrastructure Fund, EAIF) financé, entre autres, par... le Secrétariat d'Etat suisse à l'économie (SECO)... On est là, exemplairement, dans une pratique néo-coloniale soutenue par des organismes supposés soutenir le développement des pays et des régions les plus pauvres mais soutenant en fait la prédation des multinationales dans ces pays et ces régions, comme en Sierra Leone celle de Socfin, dont la direction opérationnelle est en Suisse (à Fribourg). Ces multinationales sont impliquées dans des conflits avec les habitants. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.