André Naef: Trump, le commencement de la fin ?

Joe Biden

Joe Biden Image: Gage Skidmore/CC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

André Naef: Trump, le commencement de la fin ?

La résurrection providentielle du vice-président d'Obama, l'unité partiellement retrouvée du parti démocrate, le civisme de ses électeurs qui ont battu des records de participation, tout cela signifie-t-il le commencement de la fin pour l'actuel locataire de la Maison Blanche ou, à tout le moins, paraphrasant Churchill, la fin du commencement ? Au delà de leurs divergences idéologiques qui promettent un débat riche et animé d'ici la Convention de Milwaukee, le principal critère de choix entre les deux rivaux encore en lice est désormais de décider lequel est le mieux placé pour nous débarrasser de Trump. Ce dernier a déjà choisi: son plus dangereux concurrent est de loin Biden. (...) Autre chiffre significatif: en 2016, près de 6 millions d'électeurs d'Obama, quatre ans auparavant, ont tourné casaque en faveur de Trump (ce qui n'avait pas empêché Hillary Clinton de l'emporter largement sur le plan national). Sur ce nombre, quelque 80.000 suffrages firent la différence dans les Swing-States du Michigan, du Wisconsin et de Pennsylvanie, en délivrant le collège des grands électeurs à l'actuel président. Or, en 2018, les démocrates ont repris les postes de gouverneurs dans les trois Etats en question. Faire revenir au bercail ces quelques dizaines de milliers de brebis égarées, cela ne devrait pas être une tâche insurmontable (...)

Jean-Noël Cuénod: Coronavirus, réfugiés… Et l’Europe ?

(...) Si la situation est chaude à la frontière gréco-turque, elle est brûlante entre la Syrie et la Turquie. Qu’Erdogan arrête de pousser « ses » réfugiés vers l’Europe où qu’il réduise la tension avec la Russie, cela ne changera rien à cette réalité : la situation est telle en Syrie, surtout dans la région d’Idlib, qu’il y aura forcément un afflux de réfugiés. C’est du moins la conclusion que l’on tire des propos du médecin Hassan el-Abdullah, président de SOS Syrie-France, recueillis par L’Express : (...) Même dans le cas du coronavirus, l’Europe se montre incapable de coordonner les mesures adéquates, les pays la composant prenant des décisions contradictoires, ce qui accroît encore l’angoisse collective. (...) Seuls quelques Etats bien décidés à ne plus subir les humeurs de Trump, les humiliations d’Erdogan et les calculs de Poutine sont en situation de forger cette supra-souveraineté, autour de l’Allemagne et de la France, notamment. L’UE peut rester un espace économique. Mais pour passer à l’étape politique, l’Europe devra se trouver d’autres structures.

Edmée Cuttat: ”De Gaulle”: dans l'intimité du héros

(...) Le film ménage une tension dramatique même si on connaît l’enjeu. Construit autour de la décision politique de ce rebelle au regard décalé face à la situation, il en évoque plus particulièrement les implications personnelles. On peut regretter l’hagiographique classique, un côté parfois artificiel de certaines séquences. Mais au-delà de l'exaltation sans nuances de la volonté et de l'inflexibilité de son héros, Gabriel le Bomin révèle sa fragilité en nous plongeant dans son intimité. Dévoilant l'homme derrière le général. Le montrant en privé avec sa femme Yvonne, ou manifestant sa tendresse envers sa fille handicapée. Une touche de romanesque nous laissant découvrir un couple fusionnel surprenant, émouvant, qu’un amour inconditionnel mais pudique aide à supporter les épreuves. Il est bien interprété. A commencer par Lambert Wilson. (...)

Pascal Holenweg: La gauche et les exonérations fiscales

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a donc récemment donné au canton un préavis favorable à une exonération fiscale sur dix ans, au bénéfice d'une société (Komgo SA), créée par un consortium de banques et de sociétés actives dans le commerce des matières premières et dont les actionnaire vont de Shell à Paribas. Les deux magistrats socialistes ont soutenu ce préavis. (...) "Je dois appliquer la loi" -or un parti politique, non plus d'ailleurs qu'un Conseiller municipal, n'est pas tenu par une telle exigence, puisque n'étant ni l'un, ni l'autre, un agent de l'Etat. Ils peuvent donc dire "non" quand leurs magistrats disent "oui". L'auteur de ces lignes étant structurellement, pulsionnellement, oppositionnel, il choisira forcément l'éthique de vérité contre l'éthique de responsabilité. En étant cependant, en vieux lecteur (et praticien) du Droit à la Paresse, parfaitement conscient de ce que ce choix a de confortable. Et qu'il vaut mieux pour tout le monde qu'il puisse se draper fièrement dans la proclamation des fondamentaux du socialisme plutôt qu'avoir à gérer les finances de la capitale mondiale du monde mondial. (...)

Marc Schindler: Coronariches

Pour éviter la contagion, il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade. C’est ce que révèle une divertissante enquête du New York Times : « Les riches se préparent au coronavirus différemment ». Alors que dans le monde entier, les foules affolées se ruent dans les pharmacies pour dénicher les derniers masques de protection - qui ne servent à rien, selon les médecins - les millionnaires de la finance, de la mode, du spectacle et du sport protègent leur précieuse santé à grand frais. Deux célèbres influenceuses américaines sont apparues sur Instagram avec de superbes masques créés par la société suédoise Airinum. « Ultra-doux pour peau sensible », précise la pub. Ces « urban air mask » sont cédés pour la coquette somme de $ 69 à $ 99. Ne cherchez pas, ils sont en rupture de stock ! (...) La grande trouille des riches, c’est d’être obligés d’aller aux urgences pour être diagnostiqués. Des nids à virus, tout le monde le sait ! Pas de panique : à New York, une société vous offre pour une modeste cotisation annuelle de $ 8000 un service d’urgence VIP dans un quartier chic de Manhattan. (...)

Charly Schwarz: La redoutable question de la majorité...

(...) La majorité peut être un maître implacable, d’autant plus qu’il a pour lui la légalité procédurale. Mais si le peuple peut n'être qu'une majorité réduite, il est faux de croire que l'opinion populaire est toujours conforme à son intérêt et que les intérêts particuliers qui s'expriment dans les votes et les opinions constituent en eux-mêmes un bien commun.

Maurice-Ruben Hayoun: La bague magique du kabbaliste

Un samedi soir à Netanya, comme chaque samedi soir d’été, les vendeurs en tout genre investissent le kikkar et notamment des bijoutiers locaux viennent vendre leurs bijoux. Le regard de ma fille Laura fut attiré par une bague portant des inscriptions en lettres hébraïques. Aussitôt elle veut l’essayer et me demande ce que signifient les caractères hébraïques qui y étaient gravés. Je suis intrigué car je ne comprends pas le sens de ces lettres. Mais lorsque le vendeur me dit que c’est une bague kabbalistique, je comprends que c’est l’abrégé de la prière mystique Anna, be-khoah. Mais pour faire tenir toute cette prière sur une petite bague il fallait se contenter des initiales de chaque ligne. Connaissant cette prière par cœur puisqu’elle fait partie de la liturgie quotidienne, j’en fournis la traduction française à ma fille… Laquelle ne comprenait pas vraiment le symbolisme kabbalistique qui se trouvait derrière le sens littéral. (...) Il ne faut pas perdre de vue que la kabbale a un double aspect : spéculatif et intellectualiste, d’une part, et pratique ou magique, d’autre part. (...) Qui sait élucider les mystères : cela fait penser à l’adage rabbinique selon lequel le salut divin ne prend guère plus de temps que le battement de cils.

Thierry Cerutti: Mettons fin au scandale des citernes de Vernier !

Au nom du MCG, j'ai déposé au Grand Conseil une motion demandant de retirer l'autorisation d'exploiter les citernes de Vernier et de regrouper les cuves sur un lieu unique. Il convient de protéger les habitants de Vernier, un combat que nous menons depuis de nombreuses années. (...) Ces projets d’attentats, heureusement déjoués, soulignent l’impérieuse nécessité de supprimer ces risques en déménageant les réserves stratégiques imposées par la Confédération et en déplaçant les stockages pétroliers nécessaires au canton et à l’aéroport de Genève. Cela donne une actualité renouvelée à la motion M2043 qui a été adoptée en mars 2012 par le Grand Conseil et invitait le Conseil d’Etat à rationaliser l’aménagement des citernes et à en déplacer une partie hors des zones urbaines du canton. Vous trouverez une copie de ladite motion et de son exposé des motifs en annexe, restée sans effet à ce jour. (...)

Créé: 06.03.2020, 15h57

Le meilleur des blogs

Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch. Conditions générales d'utilisation.

Jean-Michel Olivier: L'affaire Polanski nous rend fous (et folles) !

Pascal Holenweg: Ce virus est altermondialiste et écosocialiste

Anne Cendre: La messe et les Huguenots

René Longet: Coronavirus et climat, deux poids deux mesures

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules ?

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules?

Sylvain Thévoz: Davantage de verdure et de liens sociaux dans les quartiers?

Eric Bertinat: Mais quand donc les syndicats protégeront-ils les travailleurs suisses ?

Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

Didier Bonny: « La Communion » : en état de grâce

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Vincent Schmid: #Griveaux et le onzième commandement

Djemaâ Chraïti: Ouf, Gallimard ne me publiera pas

Rolin Wavre: Route suisse, une belle occasion manquée

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...