André Naef: De la culture suisse au coeur de Rome

La revue des blogsDidier Bonny: Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. Guy Mettan: Comment la Suisse peut sauver l’Europe. Jean-Noël Cuénod: Les maux des mots. Pascal Holenweg: Hébergement des sans-abris à Genève. Sylvain Thévoz: Capitalisme bébé. Pascal Décaillet: La sale guerre des Etats-Unis contre l'Iran

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

André Naef: De la culture suisse au coeur de Rome

Construite au début du XXe siècle à l'instigation d'Emilio Maraini (1853-1916), un industriel tessinois qui avait fait fortune dans la production de sucre de betterave, la villa, qui abrite l'Institut suisse de Rome, offre une vue imprenable sur la Cité éternelle du haut de sa tour de 26 mètres… seulement trois mètres de moins que la coupole de Saint-Pierre. En 1947, sa veuve, la comtesse Carolina Maraini-Sommaruga, descendante d'une vieille famille tessinoise - à laquelle appartient notamment l'ancien président du CICR, Cornelio Sommaruga - en fit don à la Confédération afin qu'elle soit "constamment au service de la culture, sous le signe de la collaboration entre la Suisse et l'Italie". (...) Titulaire d'un Master en Histoire l'Art de l'Université de Genève et ancien assistant du directeur du Musée d'art moderne et contemporain (MAMCO), Samuel Gross est le responsable artistique de l'Institut. (...) La famille donatrice est aussi représentée au Conseil de fondation par le conseiller national genevois Carlo Sommaruga. (...) Manon prépare une exposition de ses œuvres photographiques à Gibellina, ville sicilienne entièrement reconstruite après le séisme de 1968 et qui peine à reprendre vie. (Voir notre Blog du 15 septembre 2018 (...)

Didier Bonny: Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie

17 mai 1990 – 17 mai 2019. Il y a 29 ans l’OMS retirait l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Et depuis 14 ans, le 17 mai est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie afin de commémorer cette avancée pour les droits humains, mais aussi pour se rappeler qu’aujourd’hui encore 73 Etats condamnent l’homosexualité et qu'elle est passible de la peine de mort dans 13 pays. A ce propos, on se rappelle que très récemment le sultan de Brunei, sous la pression internationale, a suspendu la lapidation des homosexuel.le.s. (...)

Guy Mettan: Comment la Suisse peut sauver l’Europe

1992, la Suisse a en effet tué dans l’oeuf cette antichambre qui devait servir d’asile provisoire aux hésitants, Autriche, Suède, Malte, et aux impétrants d’Europe de l’Est récemment libérés de la tutelle communiste. Elle a précipité la Communauté européenne dans une course à l’élargissement qu’elle paie cher aujourd’hui. Et elle a donné un puissant coup d’accélérateur aux partis eurosceptiques et « populistes » qui, depuis lors, s’épanouissent partout en Europe. Mais la Suisse peut aussi servir d’antidote aux blocages et au déclin qui menacent l’Union européenne et par là à l’ensemble du continent. La construction du système fédéral et de la démocratie semi-directe au XIXe siècle, et leur libre exercice depuis lors, résultent en effet d’une alliance inédite entre les élites les plus éclairées et le peuple. Alliance que les élites européennes, de gauche comme de droite, européistes comme eurosceptiques, se montrent hélas fort peu désireuses de mettre en place aujourd’hui. Fragilisée, divisée, vulnérable, l’Europe doit pourtant réagir. (...)

Jean-Noël Cuénod: Les maux des mots

Rien de tel qu’une campagne électorale pour constater à quel point les mots ont été vidés de leur substance première afin d’être rempli d’insignifiances. (...) Ainsi, faut-il bannir du vocabulaire convenable, les termes de « capitalisme » et d’ « aliénation », entre autres. Trop connotés vieux marxiste qui sent la pipe froide, ces vocables. On remplace donc « capitalisme » par « libéralisme ». Et d’un coup, on transforme le « capital », qui renvoie à l’image désastreuse d’un monstre froid et sanguinaire, en « liberté », évocation tellement plus positive, enthousiasmante, émoustillante. Et voilà le vilain capitalisme revêtu d’une jolie robe de printemps. Même la gauche tombe dans le panneau en ne luttant plus « contre le capitalisme » mais « contre le libéralisme ». Ah bon ? Elle en veut à la liberté, la gauche ? Elle ignore le capital ? Derrière cette torsion des mots, il y a l’idée développée durant la Guerre Froide et présentée pendant des décennies comme une évidence dans le camp occidental : le capitalisme est indissolublement lié à la liberté d’entreprendre, elle-même rattachée tout aussi consubstantiellement à la liberté individuelle et, partant, à la démocratie. (...)

Pascal Holenweg: Hébergement des sans-abris à Genève

Le Conseil municipal a également décidé, à la même majorité, de traiter en urgence une motion socialiste demandant la création d'un fonds intercommunal pour inciter à une réelle implication et une meilleure coopération entre les communes genevoises, et avec le canton, les premières et le second ayant pris l'habitude de se reposer lourdement sur la Ville pour assumer cette tâche. Le crédit voté répond à une urgence sociale, et la motion encore à voter à une urgence politique : répartir la tâche et la charge de l'urgence sociale. (...) Il importe donc de se donner les moyens structurels et financiers d'une action concertée pour héberger les centaines de sans-abris qui se concentrent dès le début de la soirée en Ville, et d'affirmer que pour mener une telle action, le respect des «frontières» municipales confine à l'irresponsabilité. (...)

Sylvain Thévoz: Capitalisme bébé

- Eh mais tu as eu un enfant, c'était programmé? - Programmé ? - Planifié, préparé anticipé, quoi! - Tu veux dire que j'en avais envie? Oui. C'était un désir et un rêve… - Félicitations. Il n'y a rien de plus gratifiant qu'un bébé. (...) - En tout cas bienvenue au club. - Au club ? - Oui, tu changes de statut, c'est un peu comme acquérir un membership. Il va falloir gérer tout ça. L'important c'est le partage des tâches, la bonne gestion et l'organisation. Tu vas acheter une voiture ? - Une quoi ? - Une voiture ! C'est hyper pratique quand bébé ne veut pas dormir. Tu fais des tours pour l'assommer, ça l'endort. Après, pour transporter le matériel, c'est idéal. Tout est sous contrôle. (...) - Ah, et j'espère que tu t'es mis sur liste d'attente pour une place de crèche, parce qu'il faut pas louper le coche. (...)

Pascal Décaillet: La sale guerre des Etats-Unis contre l'Iran

Regardez la carte : l'Iran, puissance millénaire du Moyen-Orient, est littéralement cernée, sur toutes ses frontières, par des bases américaines. Donc, par la puissance de feu d'un pays situé à plus de dix-mille kilomètres d'elle. Ces bases ne sont pas là par hasard, elles n'ont pas surgi toutes seules de la terre. Elles sont le fruit de longues années de mise en place d'une stratégie offensive américaine. Prête à ouvrir le feu, le jour où l'option guerre sera décidée en haut lieu. Des milieux bien précis, aux États-Unis, veulent la perte de l'Iran. Avant Trump, et pendant Trump. Parmi eux, les soutiens américains de l’État d'Israël. C'est un fait. Ces soutiens, Trump en a besoin pour sa campagne de réélection, en 2020. Alors, il intensifie les préparatifs d'une guerre totale contre l'Iran. (...)

Créé: 17.05.2019, 15h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...