Rodolphe Weibel: Cornavin-Cointrin, 20 ans de gagner

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre ci-dessous. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Rodolphe Weibel: La boucle réalisera en 2030 ce que le concept officiel réaliserait en 2050

(...) La solution de la boucle est au moins équivalente à celle de ses adversaires. La solution de la boucle et celle de ses adversaires ont la même valeur, mais pas le même coût : la boucle coûte et vaut un milliard, la solution de ses adversaires coûterait 5 milliards, mais ne vaudrait qu’un milliard. Payer 5 milliards pour une solution qui n’en vaut qu’un, c’est jeter par les fenêtres 4 milliards. Si la boucle coûte 1,5 milliard, c’est 3,5 milliards qui seraient jetés par les fenêtres avec la solution des administrations et des CFF ! La boucle coûterait même 2 milliards, ce seraient tout de même 3 milliards qui seraient jetés par les fenêtres. (...) C’est lors des procédures d’enquête publique, lors des procédures d’expropriation, que le concept des administrations se fracassera contre le mur des réalités. Citoyens et lésés se rendront alors compte de ce que les administrations en charge des transports leur auront caché, ils apprendront alors qu’une autre solution a été écartée sans étude. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Face à la pandémie, un colosse aux pieds d’argile…

(...) Je ne résiste pas à la tentation de citer un témoin oculaire de l’époque, le philosophe post maimonidien de Provence, Moïse ben Josué de Narbonne (1300-1362) qui dit ceci dans l’un de ces commentaires : Androlomasia (la peste) s’est abattue sur le monde, elle tue à la fois les bons et les méchants… C’est-à-dire que la maladie ne fait pas le tri, elle emporte quiconque se trouve sur son chemin… (...) Ce qui frappe l’observateur-philosophe dans l’affaire qui nous concerne et nous inquiète au plus haut point, c’est notre vulnérabilité, notre statut de créature, exposée à tant d’aléas de l’existence. Nous nous sommes lancés à la conquête de l’espace, voilà aussi des siècles que nous subjuguons la nature dans tous les domaines, et voici qu’un simple virus, presque absolument inconnu au bataillon, menace de faire des ravages dans nos rangs… Comment faire pour penser rationnellement ce qui nous arrive ? (...) Tous les Français qui ont suivi une scolarité normale se souviennent de cette phrase inoubliable de Montaigne dans ses Essais (je crois) : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme… Est-ce ce qui nous arrive présentement ? (...)

Catherine Armand: La politique pas à pas

Lors de ma dizaine de kilomètres de marche quotidienne, je traverse ma commune de part en part pour aller travailler aux Pâquis. Je l’arpente également longuement en dehors de mes trajets pendulaires. J’ai la chance de vivre à Chêne-Bougeries, une commune très arborée, qui va caresser l’Arve au sud et s’ouvre sur la campagne au nord. Je peux dire que j’en ai foulé chaque trottoir, chaque rue, chaque chemin de promenade. Je l’ai explorée méthodiquement, presque amoureusement, pour en découvrir la moindre infractuosité. (...) Pendant ces pérégrinations solitaires, je peaufine et mets à l’épreuve mon discours politique, mes formules choc, je prépare mes interventions télévisées ou je commence à écrire mentalement un billet pour mon blog. Mon esprit s’envole, mon coeur s’ouvre, mon corps prend ses aises et se déploie (...)

André Thomann: Je suis harcelé

Au premier téléphone, j’ai répondu poliment que l’astrologie ne m’intéressait pas. Et j’ai raccroché. Au deuxième, le ton est déjà monté d’un cran, à trois puis quatre, je reconnais avoir été grossier, j’étais poussé à bout. Si l’astrologie doit aboutir à une meilleure connaissance des êtres et des choses, ces messieurs-dames de Lausanne devraient avoir lu dans les astres que l’être Thomann avait l’astrologie en nulle estime. Pourtant je reviens de loin. J’avais un oncle en Argovie où je passais mes vacances d’été chez ma grand’mère et où j’ai appris le dialecte. Cet oncle travaillait dans la grande usine du coin la journée et donnait le soir des consultations astrologiques, histoire d’améliorer ses fins de mois. C’est ainsi que j’eus droit à mon thème astral. (...) On est étonné du nombre de bipèdes qui estiment l’irrationnel ‘vous pouvez pas dire qu’il n’y a pas quelque chose de vrai sur l’influence des astres, le tarot, la voyance, la télépathie, l’influence du prénom...’ Ah bon ? Voyons cela d’un peu plus près. Prenons par exemple le prénom. (...) Pour ma coda une blague très ancienne mais qu’il est bon de rappeler de temps à autre. Un quidam va frapper à la porte d’une voyante. De l’intérieur il entend Qui c’est ? Il est reparti.

Didier Bonny: « Richard Jewell » : tout en nuances

On connaît la fascination de Clint Eastwood pour les héros. Elle a donné d'excellents films, « Sully » et « Invictus » notamment, mais aussi des nettement moins bons comme « American Sniper » ou « Le 15h17 pour Paris ». Qu'en est-il alors de « Richard Jewell »? Le film est inspiré d'une histoire vraie. (...) Les deux points forts du film sont incontestablement de s'attacher, d'une part, au point de vue de Richard Jewell et de son évolution au fur et à mesure que les accusations se précisent à son encontre et, d'autre part, au duo qu'il forme avec son avocat. La relation entre les deux hommes au cours du film est remarquablement mise en scène et interprétée par Paul Walter Hauser et Sam Rockwell. On peut d'ailleurs y ajouter Kathy Bates, excellente dans le rôle de la mère de Richard Jewell, elle aussi fortement ébranlée par la folie médiatique et la chasse aux sorcières dont est victime son fils. Toutefois, et malgré toutes ces qualités, on reste un peu sur sa faim (...)

David Frenkel: L'antisémitisme à visage découvert

Aujourd’hui, les juifs vivants dans cette Europe qui fut le foyer des pogroms et de la Shoah, se sentent menacés dans leurs intégrité physique et morale. Et pour « améliorer leur statut de bouc émissaire », des pays européens au passé judéophobe s’endorment sur les lauriers infâmes du mensonge, de la fausseté et de l’hypocrisie. En effet, à l’antisémitisme islamique s’ajoute sur le Vieux Continent celui des gens qui sous le conformisme de la cause palestinienne n’ont de cesse de vilipender les juifs assimilés à Israël1). Cultivant le terreau palestinien, l’antisémitisme viscéral, sous couvert d’antisionisme, y fleurit. Les théories du complot antisémite se renforcent en Suisse, selon la Fédération suisse des communautés israélites (...)

Pascal Holenweg: recette d'une proclamation électorale

(...) Ainsi, toutes et tous doivent impérativement énoncer que "nous sommes à un tournant" (la ligne droite, forcément, ça a une fin) et qu'il y a des enjeux (ou des défis, si on faire sportif) à relever. Faut croire qu'ils étaient tombés. Il faut ensuite proclamer qu'"il faut aller de l'avant", sans forcément avoir à préciser où il faut aller pourvu que ce soit "de l'avant". Vers quoi, on s'en fout, mais faut dire qu'on y va. Sans marche arrière. Il faut aussi proclamer qu'"il faut changer de paradigme" -peu importe le paradigme doit on doit changer, les paradigmes, c'est comme les slips ou les chaussettes, il faut en changer régulièrement. Il faut en outre invoquer la "classe moyenne" (...) Plus sélectivement, pour peu qu'on soit de gauche et qu'on tienne à le faire savoir, on doit impérativement défendre un projet "inclusif", "multiculturel", prôner l'"ouverture" et le "vivre ensemble" et, évidemment, se soucier de l'état du climat. A droite, (...)

Créé: 27.02.2020, 22h51

Le meilleur des blogs

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules?

Sylvain Thévoz: Davantage de verdure et de liens sociaux dans les quartiers?

Eric Bertinat: Mais quand donc les syndicats protégeront-ils les travailleurs suisses ?

Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

Didier Bonny: « La Communion » : en état de grâce

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Vincent Schmid: #Griveaux et le onzième commandement

Djemaâ Chraïti: Ouf, Gallimard ne me publiera pas

Rolin Wavre: Route suisse, une belle occasion manquée

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...