Laurent Seydoux: Les démarches participatives au service de qui ?

La revue des blogsVincent Strobach: Bises ou vent ? Arnaud Cerutti: Tennis: non, une page n'est pas en train de se tourner. Edmée Cuttat: avec ”Les particules”, Blaise Harrison se penche à son tour sur les tourments de l'adolescence. Pascal Décaillet: Définir la classe moyenne ? Volontiers ! Olivier Perroux: Vernier retombe dans ses travers

Artamis, projet et réalisation

Artamis, projet et réalisation

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Laurent Seydoux: Les démarches participatives au service de qui ?

Les démarches participatives restent un vœu pieux, voire une instrumentalisation du public, si le pouvoir laissé aux citoyen-nes n’est pas clairement définit au préalable. Actuellement, les projets qui se revendiquent de démarches participatives engendrent souvent perte de temps, coûts et, en finalité, l’inverse de l’objectif fixé, soit une démobilisation. C’est le triste exemple du projet écoquartier « Artamis » (...) Alors comment donner aux citoyen-ne-s les moyens de se réapproprier leur pouvoir d'agir, un pouvoir qui permet l'émergence de projets pragmatiques moins onéreux et correspondants réellement aux besoins des habitant-e-s ? Tout d’abord, il est important de comprendre que la notion de participation est multiple. Saviez-vous que selon l'échelle de Sherry Arnstein[1] il y a 8 niveaux de participation ? Ces niveaux pouvant être découpés en 3 blocs (...)

Vincent Strobach: Bises ou vent ?

(...) On fait quoi ? On se serre la main comme les deux vieux qu’on est devenu ou on est simplement des jeunes qui ont vieilli et à qui ça fait du bien d’embrasser une connaissance qui nous rappelle notre folle jeunesse ! Toujours est-il que si je ne sais pas trop comment les autres hommes gèrent ça, de mon côté cela me parait toujours plus compliqué de savoir comment bien me comporter face aux femmes que la vie m’amène à croiser. Mais avec les mecs, c’est pire. Alors que pendant des années on s’est contenté de se donner la main, avec éventuellement une tape dans le dos pour les cultures plus latines, voilà maintenant qu’on se tape la main, le poing, les doigts, le cœur, les épaules, les bras, à quand les genoux, les pieds, la tête ? Ceci dit, c’est plutôt amusant d’observer ces groupes qui, désormais, se distinguent par leur gestuelle amicale. Mais du coup quand je rencontre un jeune, je dois faire comment ? (...) Du coup à chaque fois que je le peux, avec les hommes surtout mais aussi, de plus en plus, avec les femmes, je salue uniquement d’un sourire et du regard que je tente d’accrocher, sans aucun contact corporel. Ça résout mes tracas même si, il est vrai, ce n’est ni caliente, ni friendly. (...)

Arnaud Cerutti: Tennis: non, une page n'est pas en train de se tourner

(...) Alors bien sûr, viendra un jour où, effectivement, le No 1 mondial ne sera plus né dans les années 80. Où, à côté de son nom, le qualificatif de "légende" ne sera plus accolé. Stefanos Tsitsipas, Daniil Medvedev ou Felix Auger-Aliassime seront sans doute de valeureux prétendants à la couronne. Mais ce n’est pas pour demain. Que les jeunes, aux dents longues mais pas assez aiguisées, en prennent conscience. D’ailleurs, attendez-vous déjà à ce qu’à Melbourne, en janvier prochain, Novak Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal polarisent les attentions. En Australie, il sera question de records, de place de l’histoire, plus ou moins au-dessous ou en dessous des deux autres. Mais tellement plus haut que le reste du circuit. Pour l’éternité, y compris une fois que les raquettes seront rangées.

Edmée Cuttat: avec ”Les particules”, Blaise Harrison se penche à son tour sur les tourments de l'adolescence

(...) L'opus est radical, sobrement mis en scène, prometteur en dépit de sa longueur et de sa lenteur censée montrer l'étrangeté et détourner le spectateur de la trame narrative. Il est parfaitement interprété par des acteurs non professionnels de la région, dont le charismatique Thomas Daloz, alias P.A. Blaise Harrison filme des ados pas trop rebelles, plutôt de bons gamins un peu à côté, dont la révolte passe par l’affranchissement. Ce sont des électrons libres qui cherchent leur place dans une société pour laquelle ils ne sont pas faits et dans laquelle ils cherchent leur place. Lors d’une rencontre, l'auteur nous en dit plus sur lui, un solitaire, ce film qui lui ressemble (le parcours de P.A est aussi le sien) et son envie de cinéma qui remonte à très loin. A son enfance passée dans le Pays de Gex, à la campagne, en-dehors de Divonne où il est né en 1980. Il a commencé à s’intéresser à la photo, avant que le cinéma prenne le dessus, à cause du son, lorsque ses parents lui offrent une caméra super 8. (...)

Pascal Décaillet: Définir la classe moyenne ? Volontiers !

Définir la classe moyenne : rien de plus simple ! Ceux qui bossent dur, ont consacré toute leur vie à leur boulot, sont certes rémunérés correctement, mais n'en peuvent tout simplement plus de la pression fiscale, celle des primes maladie, celle des loyers, des taxes en tous genres. Et leurs retraites, ils les voient fondre ! Ils ne bénéficient ni des subventions de ceux qui gagnent peu, ni du privilège d'être un nabab. Ils sont juste entre les deux. Ils bossent comme des fous, entretiennent leurs familles, font vivre la collectivité par leurs impôts versés, créent de la richesse et de la prospérité autour d'eux. Mais eux, hélas, n'arrivent pas à mettre un sou de côté. On leur prend tout. Voilà, plutôt que de donner une fourchette chiffrée ou un palier fiscal en fonction du revenu imposable, ce qui sera toujours contesté : la classe moyenne, c'est un état d'esprit. Un état social. Des gens plutôt heureux, souvent, et c'est tant mieux. (...)

Olivier Perroux: Vernier retombe dans ses travers

Séance étonnante du Conseil Municipal de Vernier mardi soir. Alors que plane sur la commune le spectre d’un retour de Thierry Cerutti aux prochaines élections, les partis se sont livrés à des passes d’armes de bas étages. Rapidement, il est apparu clairement que l’alliance PLR-Verts-PS est en train de renaître de ses cendres. Aucun des élus de ces groupes n’a souhaité voter pour un texte déposé par Stéphane Valente (liste MCG) concernant l’abattage d’arbres. Argumentant d’abord que le texte ne respectait pas le droit supérieur, ces élus ont été bien empruntés lorsque des amendements ont apporté une réponse au problème. Visiblement résolu à balayer toute proposition signée de leur collègue, ils ont mêmes demandé en cours de débat que le texte soit retiré afin de le redéposer co-signé! (...) Autre débat, même tactique. Devant un texte proposant que la commune se saisisse du problème climatique, c’est le Conseiller Administratif Vert qui est monté aux barricades pour le contrer. Un comble. (...)

Créé: 04.09.2019, 15h45

Articles en relation

Denis Berdoz: Mobilité durable, un choix pragmatique pour l’économie privée

Blogs à lire Jean-Dominique Michel: Quelles sont les meilleures neuro-astuces pour la mémorisation ? Pascal Holenweg: L'Italie dans le labo du docteur Maboul. Jean-Michel Olivier: Yann Moix? Rémi Mogenet: La révélation des machines. Hélène Richard-Favre: BHL, incontournable référence Plus...

Anne Cendre: Lire et faire lire

Blogs à lire Eric Cornuz: Petite flamme d'espoir devant un Monde qui brûle. Jean-Dominique Michel: La trottinette électrique, nouveau fléau ?! Jean-Noël Cuénod: Deuil du singe, noce du signe. Manuel Alonso Unica: Serviteurs sans morale. Didier Bonny: Force de conviction environnementale. Cédric Segapelli: Pierre-François Moreau. Plus...

Marie-France de Meuron: ”Pour endiguer les coûts de la santé, il faut diminuer le nombre des médecins”

La revue des blogs Christina Kitsos: Pour une relance budgétaire écologique. Vincent Schmid: Les mots sont aussi des armes. Valentin Dujoux: L’accord de libre-échange avec le Mercosur, et si on en parlait ? Bruno Hubacher: Marche forcée vers la pensée unique. Antonio Gambuzza: Dal Busco, Maudet et les Blues Brothers. Plus...

Christian Brunier: La bienveillance pour contrer l’obscénité populiste …

Bons blogs Mireille Vallette: Mohamed Bajrafil invité du CSIS... Claude Bonard: Louis XI joua un mauvais tour aux foires de Genève. Olivier Perroux: Un principe qui a du mal à s’imposer. Daniel Warner: School Recess and the “Friend Bench”. Pascal Holenweg: Quel meilleur faire-valoir pour Macron que Bolsonaro ? Plus...

Bernard Comoli: René Fuerst et l'Amazonie, vingt belles années

La revue des blogs Anne Cendre: Féminisation des mots. Pierre Kunz: Les 10'000 francs de Dal Busco. Delphine Perrella: Rentrée scolaire. Stop galère! Pascal Holenweg: (...) En face, le mouvement "Grève pour le climat" a présenté fin août. John Goetelen: Les acteurs du problème, la responsabilité de Bolsonaro Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...