John Goetelen: La faute d’Antonio Hodgers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

John Goetelen: La faute d’Antonio Hodgers

En date du 25 octobre le quotidien Le Temps publie un article sur le Conseiller d’État genevois Antonio Hodgers. (...) Pierre serait un marathonien, Antonio un surfeur. Dans l’imaginaire collectif la comparaison n’est pas flatteuse pour le second. Surfer, c’est « faire sans faire » (...). Presque du dilettantisme. Alors que le marathonien c’est du dur, du robuste, du rugueux, du courage (...) Des qualités valorisantes, quoi. La journaliste a-t-elle pesé le poids du stéréotype qu’elle utilise, poétiquement nommé « métaphore »? (...) Dimanche 10 novembre monsieur Hodgers est invité à l’émission Les Beaux Parleurs de la radio suisse romande. (...) À 5’17 (écoute en fin de billet) on lui demande comment il réagit à la métaphore du surfeur et du marathonien. Il répond en s’en prenant personnellement à la journaliste: « Cette journaliste est amoureuse de Pierre Maudet comme une jeune fille est amoureuse de Justin Bieber. » (...) Épisode 3, le rédac’ chef fait étalage de son indignation: « Cette déclaration, même si elle a été tenue dans une émission satirique du service public, est indigne. (...)” Épisode 4, la réac des réacs. Les nouveaux réactionnaires, pourtant d’anciens progressistes, sont celles et ceux qui ont la nostalgie des régimes où la parole était sous le contrôle de l’État. Ils s’en prennent à la liberté de ton et d’expression, qui leur fait peur. Ils utilisent un truc vieux comme Calvin: intimider, accuser, juger sans procès, condamner moralement, menacer explicitement ou implicitement. Ils ont déjà presque totalement pris le contrôle des médias (...) Épisode 5, les regrets

Alexis Barbey: Le contre-projet correspond mieux aux besoins des riverains?

(...) En résumé, le PSIA est un texte contraignant qui impose entre autre à l’aéroport de calculer différemment la zone de bruit des avions, puis à la réduire dès 2030 au niveau qu’elle avait en l’an 2000. Genève Aéroport a déjà œuvré dans ce sens en réduisant son empreinte sonore en 2018 par rapport à 2017, ce qui commence à diminuer la pression sonore sur les riverains. La convention d’objectifs, dans son article 4, cite nommément la compensation des activités aéroportuaires. Genève aéroport, grâce à des panneaux photovoltaïques et à sa connexion à Genilac pour son chauffage sera bientôt autonome énergiquement. Une diminution de pollution qui devrait réjouir les riverains. Enfin CORSIA, programme international de compensation des activités aéronautiques, permettra dès l’an prochain de compenser progressivement le CO2 dégagé par les avions. (...)

Philippe Souaille: 1962 : Alger, le Che et la CIA

L'étiquette de "peuples frères" cache mal aujourd'hui le caractère impérialiste du soutien soviétique aux luttes anti-coloniales. La carte du monde des années soixante ressemble à un jeu de stratégie où s'affrontent les deux super-grands, tandis que les rivalités sino-soviétiques débouchent ça et là sur des guerres fratricides. Du Che à Primakov, de Boumédiene à Sadate, c'est une guerre de l'ombre qui se livre, dont nous payons aujourd'hui encore le prix.

Marie-France de Meuron: Quelle couleur pour le gilet des journalistes?

Y a-t-il parmi les journalistes des êtres assez ardents pour militer afin que les citoyens retrouvent leurs souverainetés d'êtres humains conscients de ce qu'ils peuvent prendre en main et gérer? Quelle couleur pourraient porter ces journalistes qui expriment la voix du peuple et ne se limitent pas à informer selon ce que les agences et organisations publiques déclarent ou selon ce que leurs supérieurs leur imposent? Je réagis aujourd'hui à la suite de l'article TdG : "Les coûts de la santé vont encore grimper". Il est important de signaler que je ne suis pas la seule à réagir puisque 56% des lecteurs n'ont pas apprécié l'article. Il serait judicieux de faire une enquête pour connaître les raison de ce gros taux négatif qui, je tiens à préciser, est rare dans les sondages proposés par la TdG au bas de chaque article. (...)

Jean-Philippe Accart: Genève 1931-2019»

Genève ne serait pas Genève sans ceux qui l'ont construite, aménagée, réparée... dans un passé encore pas si lointain, et notamment ces travailleurs saisonniers provenant de toute l'Europe, représentant au fil des ans plusieurs milliers de personnes. La libre circulation était encore loin, et ces travailleurs avaient besoin d'un permis de travail temporaire. Ils venaient généralement sans leurs familles, ou en les cachant. Beaucoup de femmes étrangères (entre 8 000 à 12 000) ont ainsi travaillé pour les familles aisées de Genève. L'espace culturel Le Commun au sein du Musée d’art moderne et contemporain de Genève (MAMCO) nous le rappelle a bon escient au travers de cette exposition sous l'angle de belles photographies en noir et blanc qui parlent d'elles-mêmes. (...)

Edouard Dommen: La Fondation Wilsdorf donne l’exemple

La Fondation Wilsdorf, institution exemplaire s’il en est, donne encore l’exemple en innovant. Elle prend le parti de payer des impôts à partir de l’année prochaine. Les fondations philanthropiques en sont traditionnellement dispensées puisqu’elles consacrent leurs moyens à des activités d’utilité publique. Cette tradition laisse cependant mal à l’aise puisqu’elle accorde à ces philanthropes le choix de l’activité qu’ils et elles soutiennent à l’intérieur de ce vaste cadre aux dépens de toutes les autres activités que la collectivité publique souhaite soutenir dans le cadre du budget et selon les priorités déterminées par les élu.e.s. Les institutions philanthropiques déforment de la sorte la volonté populaire. Que la Fondation Wilsdorf choisit de se conformer aux choix démocratiques et de ne consacrer que le solde de ses moyens à l’utilité publique selon ses propres priorités est une innovation à applaudir - et surtout à suivre !

André Thomann: L’islamophobie est un mauvais terme

(...) Mais précisons d’abord ceci : l’islamophobie est un mauvais terme inventé par un Iranien déjanté. Une phobie est une crainte irrationnelle passible à la limite de la psychiatrie. Un agoraphobe a peur des grands espaces ouverts, un claustrophobe a peur d’être enfermé au petit coin, un arachnophobe a peur des araignées, toutes des peurs injustifiées. (...) Mais l’islamophobie, c’est autre chose, ça n’est pas une crainte irrationnelle, c’est une trouille réelle, alimentée par certains passages du Coran, où il est dit par exemple qu’Allah ne sera content que lorsque la planète entière se sera convertie à l’islam. Et ça, ça fait réellement peur. Parce qu’il y a des fanatiques à l’œuvre pour que cela arrive réellement. Mais venons-en à la manif contre l’islamophobie… (...)

Hani Ramadan: Guerre contre une pratique musulmane

(...) Le Coran affirme : « Et dis aux croyantes (….) qu’elles rabattent leurs voiles (khumur, pluriel de khimâr) sur leurs poitrines. » (Coran, 24 ; 31) (...) Le terme arabe khimâr désigne le tissu qui se porte sur la tête. Il s’agit donc clairement de couvrir les cheveux et de ne rien laisser voir de la poitrine. Tous les témoignages historiques montrent que cette règle a été appliquée par les musulmanes, notamment en des temps où les conceptions fanatisées du totalitarisme athée et de la sécularisation outrancière n’avaient pas cours ! Le voile est pleinement une pratique religieuse, enseignée comme une évidence dans l’ensemble des grandes universités islamiques des pays musulmans, à Médine comme à Istanbul, au Caire comme à Qom. Il y a unanimité sur son caractère obligatoire dans les quatre grandes écoles juridiques[1] qui couvrent la plus grande partie du monde sunnite, et le même principe est retenu par l’islam chiite. (...) La guerre contre le voile est une guerre contre la visibilité de l’islam. Et pour certains, se cache derrière cette agressivité le vœu inavoué de voir la foi musulmane fondre au soleil noir d’un laïcisme morbide. Cette guerre est menée par les Zemmour, les Finkielkraut, les Marine/Marion Le Pen et autres ténors malheureux de l’extrême droite. (...)

Créé: 21.11.2019, 09h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...