Jean-Michel Olivier: Une odyssée du quotidien

La revue des blogsPascal Décaillet: De l'Histoire politique, SVP ! Jacques-Simon Eggly: Pas de Gilets jaunes à croix suisse. André Thomann: Le patron des Genevouais. Jacques Davier: La difficile restauration du château de Dardagny. Pascal Holenweg: La droite s'attaque au statut du personnel...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Jean-Michel Olivier: Une odyssée du quotidien

En novembre, il faut lire Jean Prod'hom. C'est une nécessité. Une expérience marquante et rare qui ne vous laissera pas indemne. Après Tessons (2014) et Marges(2015), cet arpenteur du quotidien nous entraîne dans une longue randonnée à travers plaines et forêts de la Broye, du Gros-de-Vaud jusqu'aux confins du Seeland — le pays bien nommé des lacs et de l'âme secrète. Le randonneur n'est pas pressé : il prend plaisir à s'attarder sur les chemins de traverse, dans les gravières, le long des canaux abandonnés, dans les jachères. Avec lui, on repense aux Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau, qui l'ont sans doute inspiré. Sur la route, chaque détail — un renard entrevu, un paysan croisé près d'une montagne de betteraves à sucre, le murmure d'un ruisseau — fait figure d'événement et éclaire le quotidien de ce marcheur infatigable. Avec lui, on sillonne donc les petites routes de ce pays rude et attachant, que tant de mains, de bras, de sacrifices ont façonné. Que cherche-t-il, ce randonneur aux semelles de vent ? À fuir sa vie de jeune retraité, après 30 ans d'enseignement ? (...)

Pascal Décaillet: De l'Histoire politique, SVP !

Il est inimaginable que l’Histoire politique soit aussi peu enseignée à l’école. A tous les degrés : primaire, Cycle d’orientation, post-obligatoire (Collège, Ecoles de commerce, etc.). Je dis bien : l’Histoire politique. J’ai eu la chance, là où j’étais, dans mon école primaire des années soixante, d’être initié très jeune à l’Histoire des guerres, des traités, des alliances. Avec des dates, qui n’étaient certes pas des buts en soi (l’ignorance chronologique ne l’est pas non plus), mais des repères, dans le champ de perspective de la durée. Ce qu’on appelle la diachronie. Depuis Mai 68, la mode est à l’enseignement de l’Histoire, à travers les sujets de société, Au nom de la valorisation des sources, l’obsession du document, émanant souvent des aspects de la vie privée des gens, tellement parcellaire, a pris une importance telle que, chez beaucoup d’élèves, pourtant fort disposés à la chose historique, la vision politique d’ensemble est très atténuée…. Je ne dis pas qu’il faille gorger les élèves, comme des oies, de dates. Mais tout de même, un peu de vision chronologique, que diable ! (...)

Jacques-Simon Eggly: Pas de Gilets jaunes à croix suisse

Les dégâts provoqués,à Paris surtout, par les manifestations des gilets jaunes laissent pantois. Oh, les Genevois ont eu aussi leurs casseurs. On se souvient des aimables à côtés du G7 d’Evian. On peut même parler de schémas analogues en ceci : des manifestants nombreux, bruyants mais pacifiques se font infiltrer par des casseurs. Pour la police, la tâche est très difficile. Comment arrêter ces voyous avant qu’ ils ne passent à l’action en groupes distincts des manifestants ? Est-ce à dire que des protestataires devraient renoncer aux manifestations de masse, à cause du risque que tout dégénère ? Évidemment non. Ce serait, au nom de la sécurité, étouffer un droit démocratique important. André Thomann: Le patron des Genevouais

Je suis bien aise d’habiter une ville où la laïcité fait loi. On n’y voit pas de sœurs en cornettes ni d’abbés en ‘uniforme’, non pas que j’y sois allergique (un peu tout de même) mais je pense que les religions ne doivent pas s’afficher, aucune. Pas plus que les orientations sexuelles ou politiques. Un gaillard avec une croix gammée à l’avant-bras serait vite embarqué, je suppose.Cela dit, il ne faudrait pas que la laïcité soit défendue par des nigauds fanatiques. Ainsi cet homme, quelque part en Bretagne qui proteste parce que le portail du cimetière où est enterré son père s’orne d’une croix qui l’empêche dans sa vigilance laïque de dormir. Il voudrait la faire supprimer. On se pince. Ensuite, il y a les crèches, un problème qui devient une impasse juridique. Peuvent-elles ou non être exposées dans le hall d’une mairie française ? Eh bien, tout dépend de la lettre ‘r’. Pour les laïques pur sucre, il s’agit d’une manifestation cultuelle, un rappel qu’un certain Jésus serait né dans une étable, dans, mais cela n’est pas dit dans les Évangiles, des conditions d’hygiène déplorables, et la présence de cet objet religieux dans un bâtiment officiel de la République est incompatible avec la cause qu’ils défendent. (...) Et qu’on ne vienne pas me dire que la laïcité est une nouvelle religion, si j’entends ça, je sors mon bâton. La laïcité, c’est la tolérance même. Et nous somme quelques-uns à la pratiquer, alors pas d’amalgame. Nous acceptons que la Constitution suisse soit placée sous la bienveillance de Dieu et nous n’entrons pas en transes. Je peux moi chanter le Cé qu’è lainô et accepter que celui qui est là-haut soit le patron des Genevouais (...)

Jacques Davier: La difficile restauration du château de Dardagny

C’est en été 1904 que la commune de Dardagny décida l’achat du château. Le domaine, d’une superficie de trois hectares soixante-cinq ares, fut en effet acheté pour la somme de 28'500 francs à Mlles Bonnot, de Lyon, qui en héritèrent de M. Berthier et n’eurent de cesse de s’en débarrasser. (...) Lorsque la commune acquit le château, plusieurs locataires y résidaient. Nous avons déjà vu le cas de Blanche Fazy, qui put occuper un appartement même lorsque le manoir ne lui appartenait plus ; mais il y avait également d’autres résidents, surtout des journaliers ou autres bûcherons, « environ soixante-dix personnes de conditions et de métiers très divers », selon Jacques Gros, qui habitèrent successivement le château jusqu’en 1926. Dès 1906, le Conseil municipal décida d’installer l’école enfantine dans la tour ouest du château (...)

Pascal Holenweg: La droite s'attaque au statut du personnel

(...) Et puis quoi ? La modification du statut du personnel étant soumise à référendum facultatif, elle ne peut entrer en vigueur qu'à l'expiration du délai référendaire de 40 jours, plus 11 jours de vacances de fin d'année, ce qui nous amène au moins à fin janvier, voire, si le référendum est lancé et qu'il aboutit, à la date de la votation. Et un deuxième référendum est même possible, contre le budget 2019 cette fois (si le Conseil municipal en vote un...) puisque la réduction de l'indexation modifie une ligne budgétaire de dépenses. Et là, c'est à nouveau, comme en 2018, comme en 2017, sous le régime des "douzièmes provisionnels" que la Ville fonctionnerait, à partir du dernier budget adopté. Celui de 2018. Qui contient une indexation intégrale, sur la base du statut du personnel actuel, non modifié. Bref, on l'aura compris, l'attaque de la droite municipale contre le statut du personnel ne relève ni d'une ligne, ni d'une stratégie, ni d'une stratégie politiques. Juste d'une posture, d'une gesticulation, de l'expression désespérée d'un besoin prépubère d'exister. Mais grandissez, bon sang !

Didier Bonny: un « chouette » moment

Deuxième long métrage de et avec Kheiron après « Nous deux ou rien », succès surprise de 2015, « Mauvaises herbes » reprend la recette de son premier film autobiographique, mais en l’allégeant et c’est une bonne surprise. Certes, les bons sentiments sont toujours bel et bien présents, mais de façon plus subtile. C’est sans doute parce que cette fois le film est « seulement » inspiré de faits réels, à commencer par l’expérience de Kheiron en tant qu’éducateur. (...)

Jean-Philippe Accart: L'écrivain photographe et iconographe

L'automne genevois nous a régalé d'un choix d'illustrations du fonds iconographique de Nicolas Bouvier, invitant ainsi à une promenade non pas littéraire mais artistique dans les rues de la ville. La Bibliothèque de Genève prolonge cette promenade par une exposition des propres photographies de l'auteur prises au cours d'un de ses voyages mythiques en 1953, à travers l'ex Yougoslavie, la Turquie, l'Iran, le Pakistan, avec son ami, peintre, Thierry Vernet. Le résultat de ce voyage est le non moins mythique ouvrage "L'usage du monde". (...) (TDG)

Créé: 06.12.2018, 15h12

Articles en relation

Jean-Noël Cuénod: Gilets Jaunes et anarchisme autoritaire

Blogs à lire Alain Meury: Lausanne-Servette, le derby. Anne Cendre: Nolde chez Klee. Vincent Schmid: Laïcité 2.0- Bruno Hubacher: L’honneur perdu de la presse. Pascal Holenweg: La traversée du lac continue de s'envaser. Plus...

Roger Deneys: Vers l'Impeachment, la destitution du conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet

La revue des blogs Pascal Décaillet: Carla Del Ponte : non, non et non ! Didier Bonny: Le Conseil national fait marche arrière. Mireille Vallette: La question des «Rohingyas». John Goetelen: Selon Greenpeace la canicule 2018 fut catastrophique. Hélène Richard-Fravre: Du travail, pas de détresse! Plus...

Olivier Perroux: L’automne du capitalisme?

Bonne cuvée de blogs Jean-Charles Rielle: Acceptation d’un avantage . Pascal Décaillet: Le quinquennat, erreur fatale. Pascal Holenweg: Ite missa non est. Xavier Comtesse: Horlogerie: le nouvel ordre mondial. Daniel Warner: The Valais Shows a New Politics. Rodolphe Weibel: Genevois, réagissez! Plus...

Toni Gambuzza: Maudet d’Arabie, la procrastination genevoise

Blogs à lire Claude Bonard: Une escalade piteusement manquée et oubliée. Rémi Mogenet: Un autel dit confédéral . Alonso Unica: Transparence à géométrie variable au PLR. John Goetelen: Carlos Ghosn rejoindra-t-il les Gilets Jaunes ? Cédric Segapelli Salaud ordinaire Plus...

Mireille Vallette: Lauréate du «Swiss Stop Islamisation Award» et fière de l’être!

La revue des blogs Jacques Davier: La difficile restauration du château de Dardagny. Hélène Richard-Favre: Un pays malade. André Thomann: Il faut respecter les religions. Jean-Noël Cuénod: Démocratie directe : une soif suisse en France. Sylvain Thévoz: Qui sont les yéniches ? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.