Jean-Marc Guinchard: L’IN 163 et la délégation genevoise à Berne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Jean-Marc Guinchard: L’IN 163 et la délégation genevoise à Berne

Le 24 novembre, les Genevoises et les Genevois voteront sur l’avenir de notre aéroport. Ils auront le choix entre une initiative populaire (IN 163) dont on ne perçoit pas les effets concrets et un contreprojet qui a été bâti par le Parlement, puis soutenu par le Conseil d’État. Ce dernier facilite un travail de six ans, étroitement coordonné avec la Confédération, autorité qui dispose de la quasi exclusive compétence pour la conduite de Genève Aéroport. Grâce au contreprojet compatible avec ce compromis fédéral, nous pourrons réduire l’empreinte environnementale et sonore de notre aéroport. En 2030, à population constante autour de l’aéroport, la mesure du bruit sera équivalente à ce qu’elle était en 2000. Cette garantie a été confirmée par les services de Monsieur Hodgers. Ce travail fut mené avec détermination et engagement par les autorités cantonales. À un moment clef de ce dossier, j’ai le souvenir d’avoir vu François Longchamp emmener Luc Barthassat, Pierre Maudet et Antonio Hodgers à Berne. Cet épisode confédéral est assez rare pour être rappelé et il fut couronné de succès. Madame Doris Leuthard, puis Madame Sommaruga, ont pleinement considéré les desideratas du canton. Nous avons obtenu le maximum, afin de prendre en compte les légitimes soucis des riverains, tout en évitant de couper les ailes de notre aéroport. (...)

Anne Cendre: Le mur de l'Ariana

On n’a pas cassé des briques, à l’Ariana, samedi après-midi. Au contraire, on les a conservées. Mais on a fait tomber le mur. Renversant ! C’était le finissage de la superbe exposition Mur I Murs du céramiste Jacques Kaufmann qui depuis quelques mois avait investi le musée et son jardin avec des briques de toutes sortes. Samedi, jour anniversaire de la chute du mur de Berlin, une foule genevoise a poussé d’un seul élan un autre mur, celui qui avait été construit avec les briques de Kaufmann et décoré par le graffeur Jazy. On était ensuite invité à s’approprier une brique, en offrant une obole à l’AFREC (Association romande des familles d’enfants atteints de cancer). Non seulement l’artiste nous aidait à contribuer à une bonne cause, mais il a encore offert au musée son Vol de la mouche, une installation en briques orange qui serpente dans le parc. Ses courbes élégantes rappellent les mouvements de l’insecte. (...)

Marie-France de Meuron: Qui est responsable de notre santé?

Un récent article de Domaine Public, concernant la proposition d'augmenter massivement la franchise, souligne une fois de plus combien la focalisation sur les primes d'assurance maladie éloigne le système d'une réelle réflexion sur le sujet complexe de la diminution des coûts. (...) Ainsi donc, le directeur de l'Institut pour l'économie de la santé propose une assurance uniquement contre les risques de santé importants, à raison d'une franchise de 10 000 francs. Ce qui m'effare, c'est qu'il ne fait aucunement cas du vécu des êtres humains face à la gestion de leurs états de santé et, de plus, ne tient pas compte de l'individualité de chacun-e. Les frais courants reviendraient alors à charges des "non-assurés", ce qui est une "bonne" raison de tergiverser avant d'aller consulter un médecin, menace d'aggravation de leurs cas et, par conséquent de prestations plus coûteuses. (...) En fait, pour que les interventions soient efficaces, il faut mettre en place "une prise en charge globale du patient". Oui, mais par qui et comment? Tout d'abord, il faut réveiller le médecin qui sommeille en chacun-e. (...)

Pierre Kunz: L’IN162, les vents de la démagogie

(...) Quand les locataires finiront-ils par voir que cette législation étouffante, qui n’a cessé de gonfler au cours des dernières décennies et que l’IN 162 vise à renforcer encore, est d’essence clairement démagogique ? Quand finiront-ils par se rendre compte que s’il y a pénurie ce n’est pas à cause de spéculateurs cupides et de constructeurs véreux mais parce que cette législation empêche les promoteurs de construire et les propriétaires de rénover ? Au lieu de promouvoir la création de logements elle casse la rentabilité des projets et elle restreint l’utilisation des terrains constructibles. Quand reconnaîtront-il l’évidence que si certains promoteurs et propriétaires sont en mesure d’appliquer des prix ne répondant pas aux possibilités du Genevois moyen, c’est parce que, à Genève, … on ne construit pas assez de logements. Quand admettront-ils que le prix des logements nouvellement construits est généralement conforme aux coûts de construction actuels ? (...)

Pascal Décaillet: Droite genevoise : plus rien ne sera comme avant

Talonnant la candidate PDC, Céline Amaudruz, partie seule dans la course aux Etats, sans alliance, réalise, en nombre de voix, un très bon résultat. Désormais, au sein de la droite genevoise, devenue machine à perdre tous les quatre ans, plus rien ne sera comme avant. L'Entente, née en 1936, est moribonde. Depuis longtemps, elle n'est plus que jeu de masques, mécanisme de trahisons internes, qu'on remonte comme une horloge des temps anciens. Hélas, le Grand Horloger a fait son temps. Il est épuisé. Le résultat, de plus de vingt mille voix, décroché par Céline Amaudruz représente un immense avantage : contrairement aux résultats d'alliance, où un candidat peut tirer son colistier vers le haut, ce chiffre nous révèle le poids exact, à Genève, de la droite souverainiste et nationale. Le résultat est bon, le curseur fait son oeuvre. (...)

JF Mabut On ne peut pas gagner avec de mauvais candidats

(...) Reste que la moitié des Genevois ne seront pas représentés au Sénat fédéral. La faute à qui? La faute au PLR et au PDC qui nous ont proposé des candidats de seconde zone. Il suffit de comparer le deuxième tour de 2015 avec celui de ce dimanche pour s'en convaincre. Benoît Genecand en 2015 avait obtenu 85% des suffrages du premier élu, la socialiste Liliane Maury Pasquier, quand Hugues Hiltpold ne parvient qu'à 56% de la première élue Lisa Mazzone. Mieux, Luc Barthassat, tout comme Christian Luscher, avait obtenu 93% des suffrages de la mieux élue en 2011. (...) Un ticket de Montmollin Maitre (ou Bachmann) aurait sans doute fait mieux que l'insipide couple HH. (...) Finalement, le PLR s'en sort plutôt bien. Il a certes reculé de 2,76 points le 20 octobre dernier mais il faut se souvenir qu'il avait gagné 2,37 points en 2015. Les socialistes et le PDC sont en bien plus mauvaises postures. Les PDC annoncent des Assises au printemps. Une refondation? Un assemblage durable avec le PBD et le PEV? (...)

Claude Bonard: Le maréchal Pilsudski fâché par la commémoration de l'Escalade en 1927

En Pologne, la date du 11 novembre n'est pas une date comme les autres, mais pas pour les mêmes raisons qu'en France ou au Royaume-Uni. En effet, le 11 novembre 1918, la Pologne retrouvait son indépendance après cent vingt-trois ans de partages entre les empires russe, allemand et austro-hongrois. Aujourd'hui encore, 101 ans après ces événements, le maréchal Jozef Pilsudski est toujours la figure emblématique de cette indépendance retrouvée. (...) En 1927, la situation se dégrada encore plus et la Lituanie était quasiment en état de guerre avec la Pologne. Afin d’apaiser les tensions, le maréchal décida de se rendre à la mi-décembre à Genève où le différend polono-lituanien faisait l’objet des discussions du Conseil de la S.d.N. C’est alors qu’un événement bien genevoise provoqua involontairement un incident diplomatique qui mit le feu aux poudres. (...)

Charly Schwarz: L'écologie fiscale, c'est...

(...) Remplacer la TVA classique par une TVA écologique dont le produit réduira les charges sur le travail (TVA réduite sur les produits de première nécessité, les produits bio, en vrac, les vélos, les produits à faible consommation d'énergie... et TVA élevée sur les produits importés, les produits à forte consommation électrique, la viande issue d'élevages en batterie...). > Incitatif à l'investissement dans l'alternatif et la création d'activités non-polluantes.. > Inciter l’épargne individuelle des ménages et des entreprises vers les investissements écologiques par la création d’un compte vert > Annuler progressivement dépenses publiques néfastes pour l’environnement et la santé > Mettre en place un système de prix de l'essence plus cher à la pompe à partir des automobiles qui dépassent 140 gr de CO2. (...)

Didier Bonny: « Matthias et Maxime » : une amitié mise à rude épreuve

(...) Huitième long métrage de Xavier Dolan, dans lequel il tient fort bien un des deux rôles principaux aux côtés de Gabriel D’Almeida Freitas également très convaincant, « Matthias et Maxime » raconte une histoire d’amitié qui prend une tournure inattendue. Leur relation va être mise à rude épreuve et l’issue incertaine jusqu’au dernier plan. Ce suspense émotionnel, si on ose dire, est d’ailleurs le point fort du film : plus les minutes avancent et plus on s’attache aux deux personnages principaux. Mais pour finir par s’intéresser vraiment à leur histoire, il faut supporter un début qui part dans tous les sens, extrêmement bavard, trop long et une caméra brouillonne. (...)

David Frenkel: Le français mourant

(...) Ne vous essoufflez pas langue de Molière dans les courses de la rue ; ne vous éteignez pas fanal d’un peuple dans les bras de la verte génération ; ne vous en allez pas belles-lettres au musée des langues mortes ; survivez dans le tumulte du commun.

Créé: 11.11.2019, 16h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...