Passer au contenu principal

Patrimoine et chansonAymon et Kisling composent au musée Jenisch

Le chanteur valaisan secondé par Jérémie Kisling enchaîne les résidences à Avenches, Gruyères et au musée de Vevey pour créer des chansons inspirées des collections.

Marc Aymon (de dos) et Jérémie Kisling au piano lors de leur résidence au Laténium en janvier.
Marc Aymon (de dos) et Jérémie Kisling au piano lors de leur résidence au Laténium en janvier.
Marc Juillard Laténium

La chanson et les musées feraient-ils bon ménage? C’est un peu la question qu’on se pose avec le nouveau défi de Marc Aymon, en résidence cette semaine au Musée romain d’Avenches à l’occasion des Journées du patrimoine, puis la semaine prochaine au château de Gruyères, avant d’aller chercher en novembre l’inspiration chez Marguerite Burnat-Provins au Musée Jenisch de Vevey. On avait laissé le chanteur valaisan en décembre dernier, exploitant le matériel musical collecté par son opération «Glaneurs». Ce happening avait été rediffusé en direct au MCBA de Lausanne.

«À l’issue de cette résidence immersive, il reste une chanson inédite qui intègre la collection permanente du musée»

Marc Aymon, chanteur et compositeur

À peine sorti de ces archives, le saltimbanque hyperactif s’était déjà lancé dans une nouvelle aventure muséale en proposant une résidence au Laténium de Neuchâtel, en complicité avec un autre auteur-compositeur romand bien connu, Jérémie Kisling. «Là, il s’agit d’offrir au public du musée la possibilité de vivre en direct le travail de composition, explique Marc Aymon. À l’issue de cette résidence immersive, il reste une chanson inédite qui intègre la collection permanente du musée.»

Au Laténium, le duo s’est inspiré de l’exposition «Émotions patrimoniales», en particulier d’un recueil de lettres d’amour d’un couple italien des années 1920, enterré dans un tube en métal et exhumé lors de fouilles sur la Via Appia à Rome.

Marc Aymon, guitare, et Jérémie Kisling, piano, au Laténium de Neuchâtel en janvier.
Marc Aymon, guitare, et Jérémie Kisling, piano, au Laténium de Neuchâtel en janvier.
Christian Galley

Reprendre le chemin de la création

Une ébauche de chanson racontant cette histoire intemporelle a vu le jour à Neuchâtel, mais n’avait pas trouvé sa forme définitive en janvier. C’est ainsi qu’un nouveau couplet s’ouvre au Musée romain d’Avenches, lui aussi intéressé par la démarche des deux artistes. «La chanson pouvait trouver sa place idéalement dans un musée dédié aux fouilles archéologiques, relève Sophie Bärtschi Delbarre, conservatrice au Musée d’Avenches. Même si l’anecdote n’a rien d’antique, il y a un parallèle original avec notre mission patrimoniale.»

Durant leur séjour des 12 et 13 septembre à Avenches, Marc Aymon et Jérémie Kisling visiteront plusieurs sites, avec à chaque halte un récital d’une vingtaine de minutes, dont la fameuse chanson archéologique. L’occasion aussi de redécouvrir différemment, outre le musée lui-même, l’amphithéâtre, le théâtre, le cigognier et le dépôt archéologique. Et du 14 au 19, les troubadours prendront d’autres costumes musicaux au château de Gruyères. «Ces résidences en mouvement ont aussi pour but de montrer comment les artistes reprennent le chemin de la création et retrouvent leur public tout en respectant les normes de sécurité», conclut Marc Aymon.

Avenches, divers lieux
Sa 12 et di 13 septembre, de 10h à 17h
Inscriptions conseilléeswww.aventicum.orgGruyères, ChâteauDu 14 au 19 septembre
Concert sa 19 septembre (20h)
Sur réservation uniquement: 026 921 21 02
www.chateau-gruyeres.ch