Passer au contenu principal

La démocratie à l’épreuveAux États-Unis, la bataille juridique est engagée

Donald Trump parle de fraudes et veut saisir la Cour suprême. Du peuple ou des juges, qui décidera finalement de l’issue de cette élection?

Une manifestante, déguisée en un personnage de la série «La servante écarlate», appelle à voter devant l’édifice de la Cour suprême, le 3 novembre à Washington.
Une manifestante, déguisée en un personnage de la série «La servante écarlate», appelle à voter devant l’édifice de la Cour suprême, le 3 novembre à Washington.
keystone-sda.ch

En déclarant vouloir saisir la Cour suprême alors que le dépouillement n’est pas terminé, Donald Trump a lancé la bataille judiciaire. Elle pourrait aboutir en dernier lieu à la décision des juges de la Cour suprême des États-Unis, qui lui serait majoritairement favorable. Comment va se dérouler ce processus? Réponse en trois points.

Que doivent trancher les tribunaux?

Il s’agit de décider s’il faut continuer de compter le vote anticipé et par correspondance ou tout arrêter. «Les républicains doivent avoir des arguments vraiment solides pour attaquer une telle décision, estime David Sylvan, professeur de relations internationales et de sciences politiques à lIHEID. De toute façon, ce serait du jamais-vu!»Donald Trump prétend que ces fameux bulletins seraient arrivés après la date fatidique des élections, parle dans un tweet de bulletins arrivés en pleine nuit, ce qui constituerait une fraude. Or, ils ont été envoyés par courrier avant le 3 novembre et leur décompte est simplement plus long que celui des suffrages exprimés dans les bureaux de vote. D’où le délai de plusieurs jours accordé à certains États, comme la Pennsylvanie, où plus d’un million de votes par correspondance restent à traiter.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.