Les automobilistes n'aiment pas l'autopartage

SuisseMoins d'un automobiliste suisse sur cinq envisage l'autopartage. Ils sont encore moins nombreux à en avoir fait l'expérience. Les abonnements automobiles sont encore moins populaires.

Le carsharing? Les Suisses n'en sont pas friands.

Le carsharing? Les Suisses n'en sont pas friands. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les automobilistes suisses ne sont pas très réceptifs à l'idée de partager leur véhicule, seulement 16% se disent prêts à faire de l'autopartage. Ils sont encore moins nombreux à en avoir déjà fait l'expérience (4%), selon un sondage de l'institut d'études de marché Link publié mardi.

Les abonnements automobiles ne génèrent pas non plus d'engouement. Seulement 1% des personnes interrogées pour l'étude y ont déjà eu recours. Toutefois, la moitié des sondés se disent prêts à tenter l'expérience.

Le bouche-à-oreille est considéré

Des conclusions, il ressort également que les sondés, y compris les plus jeunes, ne semblent pas prêts à renoncer à la voiture, même dans le contexte de la crise climatique. L'efficience énergétique est aussi un critère faiblement pris en compte lors de l'achat d'un véhicule neuf. Seulement 18% des sondés en tiennent compte. A l'inverse, le prix, le type, la durée de vie et l'esthétique sont des facteurs beaucoup plus déterminants.

Pour s'informer sur un véhicule, le concessionnaire ou garagiste reste le canal privilégié. Les tests réalisés par les médias imprimés et les sites spécialisés sont des canaux plus rarement utilisés. Le bouche-à-oreille (27%) arrive en deuxième position en ce qui concerne les véhicules d'occasion, suivi par les plateformes dédiées.

Moins rouler pour économiser

Les sondés sont assez réticents à l'idée de configurer et d'acheter leur voiture sur internet, seulement 8% se disant prêts à le faire. Plus de la moitié (51%) souhaite continuer à passer par un professionnel.

En outre, passer par internet pour accéder aux services d'un garagiste reste rare, 81% des personnes interrogées n'en n'ont jamais fait l'expérience. Cela pourrait toutefois changer, 33% des automobilistes aimeraient ainsi pouvoir prendre des rendez-vous en ligne.

Si besoin était de faire des économies, les automobilistes interrogés choisiraient simplement de moins rouler (44%). Changer pour une voiture plus petite (37%) ou un véhicule d'occasion (28%) sont également des moyens plébiscités.

L'étude est basée sur les réponses de 1006 personnes interrogées sur l'ensemble de la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2020, 14h18

Articles en relation

L'autopartage tarde à prendre son envol

Suisse Le «carsharing» progresse dans l'esprit des Helvètes mais reste clairement derrière la voiture individuelle pour l'heure. Plus...

80 millions de voitures en moins en Europe d'ici 2030

Automobilisme Une étude prévoit la diminution du parc automobile cette prochaine décennie. L'autopartage devrait se développer. Plus...

Mobility séduit toujours plus les Suisses

Autopartage La clientèle s'est encore étoffée l'an dernier. Quelque 131'700 personnes ont utilisé une voiture de la coopérative de la société Mobility. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...