Passer au contenu principal

Beau livreAu XVIIIe siècle, on convoitait les agrumes tels les fruits du paradis

Page 93, Cedro da Fiorenza, Schwabach, Wolkersdorf – Jardin de Christoph Fürer von Haimendorf.
Page 116, Limea da Valenza, Nuremberg, Erlenstegen.
Page 218, Cedro d’Ollanda, Affi (Verona) – Villa da Persico (Palazzo Vecchio).
1 / 3

«Prisés pour leurs vertus médicinales et utilisés dans des rites religieux, les agrumes éveillent aussi l’enthousiasme de la noblesse, des scientifiques et des marchands.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.