Passer au contenu principal

Miroslav StevanovicAu Servette FC, le retour du rouage bosnien manquant

Prestation collective très aboutie des Genevois mercredi à Vaduz. Mais leur victoire (0-2) n’aurait pas été possible sans Miroslav Stevanovic.

Miroslav Stevanovic, qui offre ci-dessus la balle du 2-0 à Kyei, a fait tourner le match à l’avantage de Servette.
Miroslav Stevanovic, qui offre ci-dessus la balle du 2-0 à Kyei, a fait tourner le match à l’avantage de Servette.
Eric Lafargue

Entre les immenses tas de neige entourant la pelouse, l’air glacial des lieux, une pelouse détrempée et la claque infligée par les locaux au FC Sion dix jours plus tôt, le Rheinpark de Vaduz n’avait pas grand-chose d’accueillant quand Servette y a posé ses crampons. Tout était réuni pour que les Genevois prennent conscience d’une chose: c’est un combat, une âpre lutte, qui les attendait. Rien d’autre.

Le sacrifice d’Alex Schalk

Alors leur ouverture du score avait quelque chose de tout à fait symbolique. Pour trouver Miroslav Stevanovic dans la profondeur, Alex Schalk a été obligé de mettre le pied là où il savait qu’il allait se le faire ramasser. Et cela n’a pas manqué. Une semelle liechtensteinoise lui est arrivée droit dedans, à toute vitesse et avec un retard qui aurait dû valoir à son auteur un avertissement. Le Néerlandais, lui, est resté au sol plusieurs minutes. Mais pendant qu’il souffrait le martyre, son partenaire avait eu le temps de trouver le petit filet de Benjamin Büchel. Le sens du sacrifice.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.