Passer au contenu principal

Bars de Carouge à PlainpalaisAu bistrot, les Genevois retrouvent un petit goût de liberté

Joyeux ou inquiets, clients et patrons racontent les retrouvailles avec leur zinc après le confinement. Reportage sur un timide retour à la normale.

«On dirait presque un samedi ordinaire», relève Maria, une cliente d’un bistrot carougeois.
«On dirait presque un samedi ordinaire», relève Maria, une cliente d’un bistrot carougeois.
Magali Girardin
Promeneurs et clients de bistrots affluent dans le Vieux Carouge.
Promeneurs et clients de bistrots affluent dans le Vieux Carouge.
Magali Girardin
Antoine, Maria, Sven et Marc tapent le carton sous le tilleul du bar de La Plage.
Antoine, Maria, Sven et Marc tapent le carton sous le tilleul du bar de La Plage.
Magali Girardin
1 / 13

La première gorgée de bière au bistrot après le confinement: «Elle a le goût de la liberté», assure Jérôme Meyer, un étudiant qui retrouve sa première chopine entre amis à L’Éléphant dans la canette samedi soir. Une liberté un brin émoussée puisque le groupe de six copains a dû se diviser en arrivant dans le bar de l’École-de-Médecine. «Pas plus que quatre par table, confirme, masque au visage, Yoan Lomet, propriétaire des lieux. Avec mon staff, on a désormais un nouveau job: placer les gens, désinfecter après leur passage, refuser du monde, espacer les tables et faire aussi les flics pour que les distances soient respectées.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.