Passer au contenu principal

Crise à Lesbos Après l’incendie du camp de Moria, la bombe à retardement du Covid

Le gouvernement doit reloger d’urgence 12’000 migrants et rassurer une population locale paniquée face au risque d’une propagation de l’épidémie.

Les migrants auraient mis le feu au camp pour protester contre les mesures de confinement imposées après la découverte de 35 cas de Covid-19 à Moria.
Les migrants auraient mis le feu au camp pour protester contre les mesures de confinement imposées après la découverte de 35 cas de Covid-19 à Moria.
(Photo by Anthi PAZIANOU / AFP)

Il était surnommé le «camp de la honte» pour son insalubrité. Il a connu une sombre fin dans les flammes. Dans la nuit de mardi à mercredi, le plus grand camp de migrants d’Europe a été ravagé par plusieurs incendies partis de l’intérieur et de l’extérieur de la structure, située à Moria, dans le sud de Lesbos. Mercredi, l’île grecque de 90’000 habitants a été placée en état d’urgence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.