Passer au contenu principal

Que sera l’après-Covid?Après le corona, le fantasme de nouvelles années folles

«On entretient l’idée que les années 1920 ont constitué une époque d’insouciance, où il était possible de voir les règles tomber et de vivre davantage dans le moment présent», analyse l’historienne Mary O’Sullivan.

Les années 1920 sont désormais bien lointaines, pourtant elles semblent s’inviter de plus en plus dans le paysage médiatique depuis quelques semaines. Pourquoi ce soudain intérêt, selon vous?

Mary O’Sullivan: En ce moment, c’est assez frappant, en effet. Les années 1920 sont vraiment dans l’air du temps. Je crois que ce regard porté en arrière est lié à la recherche de parallèles sur les suites de la pandémie, comme un effort un peu désespéré de trouver des réponses positives à cette situation. Il y a un an, l’épisode de la grippe espagnole, entre 1917 et 1920, était relativement peu connu, avant de devenir un thème omniprésent une fois le premier confinement passé. Alors, un peu par réflexe, on scrute ce qui s’est passé juste après ce qui a été la plus grande pandémie avant celle du coronavirus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.