Passer au contenu principal

Musique en ligneAntigel visite l’Amérique latine à dos de streaming

Covid oblige, les soirées DJ du festival se feront sur internet, avec le concours de l’association Shap Shap. Gros plan sur l’avant-garde de l’électronique sud-américaine, queer et militante, de Rio à Mexico.

Artiste électronique salvadorienne établie à Genève, Anita Kirppis se produira en streaming vendredi 5 février pour le festival Antigel.
Artiste électronique salvadorienne établie à Genève, Anita Kirppis se produira en streaming vendredi 5 février pour le festival Antigel.
DR

Brésil, Salvador et Mexique sont les destinations d’Antigel pour sa 11e édition. Le Covid interdit la tenue de soirées en présentiel? Dans ce cas, le public s’en ira aux antipodes par la grâce du streaming. .

Quatre week-ends d’affilée, chaque vendredi et samedi dès 21 h, il sera donc bien question d’avant-garde électronique, mais via Facebook. Particularité de ce programme en ligne, deux focus sur l’avant-garde sud-américaine. Du Salvador, on écoutera les beats lourds en punch du collectif féminin et féministe Ghetto Witchez , également Anita Kirppis, DJ salvadorienne établie à Genève, ainsi que les sons mammouths d’El Irreal Veintiuno, du Mexique (le 5 février). De Rio de Janeiro, on suivra les rythmes frénétiques de Kiara Felippe et du collectif Batekoo (le 26).

C’est à Shap Shap que l’on doit cette programmation originale. Six ans d’existence et autant de collaborations avec Antigel pour cette association soutenant des projets culturels afin de lutter contre les inégalités et les discriminations, notamment en Afrique du Sud. Sa fondatrice, Mélanie Rouquier, explique la démarche: «Nous faisons toujours appel aux artistes locaux qui s’activent pour faire connaître leur propre scène, tout en défendant des valeurs sociales. Bien des artistes doivent lutter pour jouer à l’étranger, pour obtenir des visas, mais aussi pour manger à leur faim.»

«Bien des artistes doivent lutter pour jouer à l’étranger, pour obtenir des visas, mais aussi pour manger à leur faim.»

Mélanie Rouquier, fondatrice de l’association Shap Shap

Batekoo, Ghetto Witchez, El Irreal Veintiuno, les uns défendent à Rio la culture urbaine, noire, LGBT, queer, les autres, en Amérique centrale, réconcilient les revendications des peuples autochtones avec la sono globalisée. «Tous ces artistes ont fait sauter les barrières entre image, son, danse, performance corporelle et prise de position politique», résume Mélanie Rouquier. Ne verra-t-on que les DJ set à l’occasion de cet Antigel en ligne? Oui. «Mais un cachet reste un cachet. Cette programmation permet de faire vivre des artistes ailleurs dans le monde également. La solidarité est internationale.»

Dès vendredi 4 février, 21 h sur facebook.com/festantigel