Passer au contenu principal

Lettre du jourAménagements cyclistes mal vus

Genève, 13 mai 2020. Quai du Mont-Blanc. De nouvelles bandes cyclables viennent d'être aménagées en ville de Genève. Photo: Laurent Guiraud/Tamedia
Genève, 13 mai 2020. Quai du Mont-Blanc. De nouvelles bandes cyclables viennent d'être aménagées en ville de Genève. Photo: Laurent Guiraud/Tamedia
Laurent Guiraud/ Tamedia

Alors que le canton de Genève inaugurait en décembre dernier le CEVA, chaînon manquant du réseau du Léman Express, les changements attendus par nos autorités en matière de mobilité ont été stoppés net.
À présent que le déconfinement a débuté, les travailleurs, craignant la promiscuité dans les transports publics, sont à nouveau tentés de privilégier l’utilisation de modes de transport individuel, en particulier leur voiture. Ainsi le nombre de véhicules, que le CEVA avait contribué à réduire quelque peu, risque de nouveau de croître et d’engorger les axes principaux.
Dans ce contexte, l’idée d’inciter la population à utiliser un vélo en lieu et place de sa voiture est tout à fait louable, mais en tant que patron d’une entreprise de transport, j’ai été désagréablement surpris que les aménagements se soient faits sans concertation avec les milieux professionnels, surtout quand il s’agit de prendre l’espace nécessaire sur des voies de circulation.
Le rétrécissement des routes pour donner plus de place aux vélos et aux piétons m’inquiète particulièrement. La suppression de voies a immédiatement eu des répercussions sur la cadence des livraisons des entreprises de transport et rendu la conduite plus stressante et compliquée. Le gain en matière de sécurité routière est de plus très relatif pour les cyclistes sur certains axes où le parti pris fut simplement d’élargir la voie du bus au détriment d’une voie de circulation. Les cyclistes se retrouvent ainsi toujours exposés en partageant une voie avec les bus et les taxis.
Je suis d’avis que l’État doit proposer des voies de circulation pour la mobilité douce qui ne soient pas directement liées aux axes primaires et envisager des espaces au sein des quartiers plus apaisés et sûrs.
Je suis particulièrement sidéré par la nouvelle configuration du U lacustre alors que d’autres options étaient envisageables (pistes cyclables bidirectionnelles provisoires, réorganisation de la piste cyclable sur le trottoir le long du quai, utilisation des places de stationnement).
J’espère sincèrement que la voix des PME sera entendue par nos autorités afin de redéfinir des itinéraires provisoires, voire considérer leur suppression si les conditions de sécurité routière ne sont pas garanties ou les conditions de trafic nettement péjorées.

Fusszeile