Passer au contenu principal

Portrait d’une galeristeAlice Frech, sentinelle de l’art des maîtres anciens

Passionnée d’histoire(s), la directrice de la prestigieuse enseigne De Jonckheere s’est installée à Genève il y a neuf ans. Rencontre érudite.

Alice Frech dans les locaux de la galerie De Jonckheere en Vieille Ville de Genève
Alice Frech dans les locaux de la galerie De Jonckheere en Vieille Ville de Genève
Lucien FORTUNATI

Le démarrage fut «un peu difficile». Avec un sens délicat de la litote, Alice Frech reconnaît qu’à son arrivée à Genève en 2011 pour ouvrir l’antenne suisse de la galerie De Jonckheere, l’accueil s’avère plutôt frais. Comme bien des expatriés, la Strasbourgeoise fait l’expérience de la circonspection courtoise que le citoyen de la Cité de Calvin réserve aux nouveaux venus. «Les occasions de faire la fête ne manquaient pas. Mais s’intégrer, rencontrer des gens avec qui partager les choses que j’aime, comme la lecture ou le théâtre, était une autre paire de manches.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.