Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Grand Conseil valaisanAide urgente pour les arboriculteurs valaisans victimes du gel

Le gouvernement valaisan a promis de soutenir les arboriculteurs concernés par le gel des vergers.

«Contraire à la loi fédérale»

ATS

9 commentaires
Trier:
    Gilles Hieron

    Je résume:

    Un fait de la nature survient. Dans un état libre, celui qui a été prévoyant est récompensé, celui qui ne l'a pas été est puni. En l'occurrence, celui qui s'est assuré est compensé celui qui a pris le risque de ne pas s'assurer pour économiser un peu, perd des plumes.

    La réponse des politiciens:

    1. On va compenser ceux qui perdent de l'argent avec le pognon des contribuables. Autrement dit on donne une prime à l'imprévoyance en faisant casquer les autres qui n'y sont pour rien.

    2. On considère que les producteurs (comme tous les citoyens d'ailleurs) sont des enfants qui ne savent pas gérer leurs affaires. On va donc pousser les producteurs à cotiser à un système d'assurance par une déduction fiscale incitative au lieu de laisser les gens libres.

    Vous prenez n'importe quel contenu, c'est toujours la même logique et le même genre de réponse chez les politiciens de tout bord, celle sous (2) pouvant même prendre la forme d'une contrainte (vous avez un bel exemple avec la Lamal).

    Et après, à force de mettre en place la généralisation dans tous les domaines d'un système où tous ceux qui prennent des mauvaises décisions n'ont pas à en assumer le coût et où ceux qui prennent des bonnes décisions sont ceux qui l'assument, on s'étonne de ce que qu'on ai une société de plus en plus composée d'indigents dépendants qui ne ne prennent plus spontanément la moindre décision rationnelle ou de prévoyance, mais fonctionnent sur le principe d'insouciance et d'irresponsabilité.