Passer au contenu principal

Lettre du jourAéroport réactif

Yvain Genevay

Genève, 16 novembre

En Suisse, conformément à la loi sur les épidémies, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a la compétence pour décider des mesures à mettre en place dans les aéroports nationaux. L’OFSP s’assure au préalable que ces mesures sont cohérentes et harmonisées au niveau national et international.

À propos de l’introduction de tests rapides à l’arrivée ou aux départs comme le souhaite une lectrice dans un courrier paru le 16 novembre, Genève Aéroport n’est pas autorisé à déployer une telle mesure sans une base légale.

Genève Aéroport, dans ses échanges réguliers avec l’OFSP et les instances internationales, soutient tous les efforts pour élever plus encore les conditions pour retrouver le plaisir de voyager ou rendre visite à ses proches. À ce titre, les tests à l’arrivée et au départ des vols peuvent y contribuer. Aussi, nous souhaitons qu’ils soient prochainement mis en place à Genève et dans les deux autres aéroports internationaux de Suisse.

Depuis le début de la pandémie Covid-19, Genève Aéroport accompagne jour après la politique de lutte contre la propagation de la maladie par un large travail d’information auprès de tous les usagers de la plate-forme.
Genève Aéroport veille également à ce que les règles d’hygiène et de conduite recommandées par l’OFSP soient respectées en tout temps, par tout le monde. Ses efforts dans la lutte contre la pandémie ont été soulignés par l’obtention, début octobre, de l’Airport Health Accreditation (AHA).

Ce programme d’accréditation sanitaire des aéroports, délivré par le Conseil international des aéroports (ACI), évalue les mesures sanitaires mises en place par les aéroports par rapport aux recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et aux meilleures pratiques du secteur.

Les compagnies aériennes qui desservent la Suisse participent également à lutter contre la pandémie. L’OFSP les oblige en particulier à collecter les données personnelles des passagers et à les informer sur les mesures en place. Ces données permettent, en cas de besoin, d’identifier et d’isoler les malades et leurs contacts.

Ignace Jeannerat

7 commentaires
    Inconnu Connu

    Au fait j'ai posté un commentaire et ensuite j'ai lu le 20 Minutes et que vois - je que Berne oblige les compagnies à faire remplir par les passagers arrivant en Suisse des fiches de traçabilité, or la collecte de ces documents semble aléatoire à l'aéroport de geneve pour ne pas dire inexistants dans les cas de plusieurs vols arrivant en Suisse !

    Alors, lorsque je lit ce beau lustrage de chaussures dans le dite lettre d'un lecteur (sic)... je me dit que bientôt on aura dans la TDG des articles sponsorisées en les faisant passer par des courriers des lecteurs !