Passer au contenu principal

Conflit israélo-palestinienAbbas menace de cesser de coopérer avec Israël et les USA

Si l’annexion des territoires de Cisjordanie se confirme, le président palestinien menace de cesser sa coopération sécuritaire avec Israël et les États-Unis.

Mahmoud Abbas le 7 mai 2020 à Ramallah.
Mahmoud Abbas le 7 mai 2020 à Ramallah.
AFP

Le président palestinien Mahmoud Abbas a renouvelé mardi ses menaces de mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël et les États-Unis, ajoutant que l’annexion de territoires en Cisjordanie annihilerait les chances de parvenir à la paix.

Le gouvernement palestinien est «absous, à partir d’aujourd’hui, de tous ses accords et ententes avec les gouvernements américain et israélien, et de toutes ses obligations basées sur ces ententes et ces accords, y compris celles relatives à la sécurité», a déclaré Mahmoud Abbas.

Dans un discours prononcé après une rencontre avec la direction de l’Autorité palestinienne à Ramallah en Cisjordanie, le dirigeant de 85 ans a également prévenu que toute annexion israélienne en Cisjordanie mettrait fin à l’espoir de parvenir à une solution à deux États.

Mahmoud Abbas a, à de multiples occasions, menacé de mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël, et déjà annoncé la rupture de «toutes les relations» avec Israël et les États-Unis dans le sillage de l’annonce du plan Trump sur le conflit israélo-palestinien. Il n’a donné aucun détail sur ce que cette déclaration aurait pour conséquences en pratique.

Menace d’un «été chaud»

Israël s’est doté dimanche d’un gouvernement d’union qui consacre un partage du pouvoir entre le Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu et la formation centriste «Bleu Blanc» de l’ex-chef de l’armée Benny Gantz, et leurs alliés respectifs.

En vertu de l’accord Netanyahu/Gantz, le gouvernement doit présenter à partir du 1er juillet sa stratégie pour traduire dans les faits le plan Trump, qui prévoit l’annexion à Israël de la vallée du Jourdain (30% de la Cisjordanie) et des plus de 130 colonies, ainsi que la création d’un État palestinien sur un territoire amputé.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a prévenu d’un «été chaud» si l’État hébreu mettait en branle le projet d’annexion.

AFPE