Passer au contenu principal

Avant Servette – Young BoysÀ YB, ces couloirs romands qui font la différence

Le Genevois Ulisses Garcia et le Vaudois Jordan Lotomba bonifient le jeu bernois. Mardi soir à la Praille, le SFC devra attentivement veiller sur les deux latéraux.

Young Boys n’hésite pas à faire confiance aux Romands. Les latéraux genevois Garcia (photo) et Jordan Lotomba en sont deux excellents exemples.
Young Boys n’hésite pas à faire confiance aux Romands. Les latéraux genevois Garcia (photo) et Jordan Lotomba en sont deux excellents exemples.
Keystone

Si ce n'était pas pour imiter Raphäel Nuzzolo, alors Jordan Lotomba a très bien caché son jeu. De l'audace, du touché, une cheville élastique au possible: la similitude est plus que frappante entre le geste réussi par le buteur neuchâtelois il y a dix jours et sa copie, réalisée samedi par le latéral bernois. Deux ouvertures de l'extérieur du pied soyeuses, qui se sont aussitôt transformées en passes décisives. Des merveilles.

À le voir prendre exemple sur une figure aussi emblématique de la Super League que l'est Nuzzolo (36 ans), on comprend bien que Jordan Lotomba (21 ans) a quelque chose en plus. Ce quelque chose qui justifie qu'YB ait arraché le Vaudois au LS il y a trois ans et que Nice cherche à l'enrôler à coup de millions (une offre à près de 6 millions de francs aurait été refusée par le club). Il faudra casser sa tirelire pour s'attacher les services de celui dont la valeur marchande à décupler un certain 19 novembre 2019, date d'un Suisse M21 - France M21 sur lequel il a marché.

De l'autre côté de la défense bernoise se trouve un certain Ulisses Garcia (24 ans). Sur le terrain tous les week-end ou presque, déjà impliqué sur six buts, le Genevois formé au Servette et arrivé il y a deux ans dans la capitale est en train de prendre une dimension impressionnante sous la tunique jaune et noire. Si bien qu'à quelques heures du duel entre le SFC et YB, au regard de la petite forme actuelle d'Anthony Sauthier et de l'incertitude qui règne autour du cas Dennis Iapichino, on se dit que les Grenat ont du souci à se faire concernant l'animation des couloirs. Un secteur de jeu dans lequel il n’y aura aucune compassion romande.