Passer au contenu principal

Trophées artistiques persistantsÀ quoi servent les César, Victoires et autres statuettes?

Les films ne sortent plus en salle, les concerts sont annulés mais les remises de prix demeurent. Comme pour conjurer l’adversité.

La comédienne Marina Foïs, ex-Robin des Bois, présentera la 46e Cérémonie des César le 12 mars.
La comédienne Marina Foïs, ex-Robin des Bois, présentera la 46e Cérémonie des César le 12 mars.
CANAL+/DR

La liste des candidats aux 46es César est tombée mercredi, Éric Toledano, coprésident de la manifestation soulignant «qu’il ne s’agirait pas d’une édition du pauvre puisque 351 films étaient éligibles». Soit moitié moins que l’an dernier. Au-delà du triste constat sur la fréquentation des salles, en baisse de près de 70%, le réalisateur ne pouvait qu’en appeler à la solidarité. Inutile de tirer sur l’ambulance en hurlant avec le mélancomique Albert Dupontel, «Adieu les cons», ou de pleurer sur la beauté des temps perdus avec François Ozon et son gay «Été 85» – douze citations chacun.

Mais que reflète cette poignée de longs métrages rescapés du Covid-19? «Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait», d’Emmanuel Mouret, prend la place de favori occupée par Roman Polanski dans la houle de la précédente édition. Auréolé d’un joli succès populaire, «J’accuse» l’emportait en 2020. Adèle Haenel quittait la salle Pleyel, le poing levé avec #MeToo. La Cérémonie des César manquait de peu la guillotine. Sûr que le 12 mars prochain à l’Olympia, il n’y aura pas pareil remue-méninges.

Les professionnels de la profession l’affirment. Hormis un sparadrap sur l’ego, les César ne servent à rien, juste à décorer les curriculum vitae et braquer un spot éphémère sur un ovni. Les Oscar dopent mieux la fréquentation, les films récompensés sortant souvent dans la quasi-simultanéité. Surtout, le petit bonhomme au sexe moulé doré prend la température d’une industrie. Cette année, par exemple, les films produits par les plateformes de téléchargement ne souffrent d’aucun snobisme.

Quant aux Victoires de la musique, vendredi prochain, elles semblent intégrées dans une stratégie promotionnelle si forte que la machine de guerre tourne encore, même à vide. Voyez les Angèle, Carla Luciani et autre Pomme suivre le parcours du combattant des ventes. L’endurance, ici, tient du conte de fées. Et tout le monde veut encore y croire, Camélia Jordana la première: la comédienne-chanteuse peut prétendre rafler Victoire et César, doublé qu’elle a déjà réalisé.

Les 46es César

«Adieu les cons», d’Albert Dupontel, est salué par douze citations aux César. L’artiste peut aussi rêver de voir son œuvre connaître une seconde vie, la première ayant été sabordée par le coronavirus.
«Adieu les cons», d’Albert Dupontel, est salué par douze citations aux César. L’artiste peut aussi rêver de voir son œuvre connaître une seconde vie, la première ayant été sabordée par le coronavirus.
MONOPOLE PATHÉ/DR

Le déroulé: C’était la révolution l’an dernier, à la suite de l’affaire Polanski et de l’omniprésence du réalisateur au palmarès, et en raison du maigre butin des «Misérables» et des femmes en général. L’abcès crevait avec la dissolution de l’Académie tenue par Alain Terzian, jugé trop sectaire. La double présidence de Véronique Cayla et d’Éric Toledano veut calmer les esprits.

Le contexte: Le 12 mars, Roschdy Zem préside, Marina Foïs succède en maîtresse de cérémonie à Florence Foresti. Les sketchs seront trempés dans l’humour acide de Blanche Gardin et Laurent Lafitte. Benjamin Biolay, les poches sans doute pleines de Victoires de la musique, dirigera l’orchestre.

Le vote: Le prix du public disparaît, qui palliait le manque de comédie. Tout le monde s’en fiche? Au-delà, ça ne rigole pas cette année. Les 4292 membres votent parmi 125 films. La moitié (54,9%) de l’Académie a participé, faible taux qui viendrait du fiasco de la précédente édition. Tout le monde s’en fiche (bis)?

Les favoris: Albert Dupontel pourrait tirer «Adieu les cons» au sommet. «Antoinette dans les Cévennes» a ravi grâce à Laure Calamy. Chez les garçons, le punch de Jean-Pascal Zadi a frappé «Tout simplement noir». Mais les César qu’on dit, les César qu’on fait­… l’édition reste vague, les films ayant été peu vus.

Les 36es Victoires

Camélia Jordana, nommée à la fois pour les César et les Victoires, compte agrandir ses étagères cette année… Même si la demoiselle n’hésite pas à balancer sec sur ce genre de cérémonies promotionnelles.
Camélia Jordana, nommée à la fois pour les César et les Victoires, compte agrandir ses étagères cette année… Même si la demoiselle n’hésite pas à balancer sec sur ce genre de cérémonies promotionnelles.
BONNET/AFP

Le déroulé: Sous la présidence de Jean-Louis Aubert, Stéphane Bern et Laury Thilleman présentent les 36es Victoires de la musique vendredi. En raison de l’annulation de la majorité des concerts, les catégories «Révélation scène» et «Spectacle vivant de l’année» sont supprimés. En revanche est créée la Victoire du titre le plus «streamé». Victoire d’honneur pour Jane Birkin.

Le contexte: L’an dernier, la cérémonie avait été critiquée pour sa conception de plus en plus étroite du paysage musical français ainsi que pour son manque d’ouverture aux artistes de couleur. Camélia Jordana râle cette fois sur l’absence de signature féminine dans la catégorie Meilleur album de l’année. L’artiste n’a pas craint de dénoncer «les deals passés entre maisons de disques: tu votes pour moi, je vote pour toi».

Le vote: Deux Victoires, celles de la «chanson originale» et de la «création audiovisuelle» sont décernées par le public. Les autres sont élues par l’académie. Soit 900 membres dont la sélection est assurée par le Conseil d’administration de l’Association des Victoires de la musique.

Les favoris: Avec «Grand Prix», Benjamin Biolay est nommé dans les catégories royales, artiste, album et chanson. Suivent Gaël Faye, Julien Doré, Yseult et Grand Corps Malade, puis révélées l’an dernier, Pomme et Suzane.

Les 93es Oscar

Dans «Mank», Gary Oldman (à dr.) joue Herman Mankiewicz, scénariste du «Citizen Kane» d’Orson Welles.
Dans «Mank», Gary Oldman (à dr.) joue Herman Mankiewicz, scénariste du «Citizen Kane» d’Orson Welles.
NETFLIX

Le déroulé: En raison du report de la cérémonie au 25 avril, l’éligibilité aux Oscar a été étendue au 28 février. D’où grosse bousculade du calendrier. Une première sélection confirme l’impression donnée par les nominations aux Golden Globes, soit l’engouement irrésistible pour les films produits par des plateformes (22 citations aux Golden Globes).

Le contexte: Le bastion des Oscar entend évoluer face aux vives critiques de ses errances. Notamment sa représentation ethnique. Il y a cinq ans, le votant était à 93% blanc, 76% mâle et âgé en moyenne de 63 ans. Au dernier recensement (2019), la part masculine «tombait» à 69%, de race blanche à 84%.

Le vote: À cette étape encore incomplète de la compétition, chaque professionnel vote pour son homologue, l’acteur pour l’acteur, etc. Mi-mars, l’ensemble des membres, environ 8000, rendra son verdict final. La catégorie Oscar du meilleur film étranger fait l’objet d’un scrutin distinct.

Les favoris: Le magazine spécialisé «Variety» pronostique «The Trial of the Chicago 7», «Nomadland», «One Night in Miami», «Mank» et autre «The Father» en tête. Des femmes réalisatrices aussi, telles Regina King ou Sofia Coppola. Parmi les acteurs, le Français Tahar Rahim pourrait tirer son épingle du jeu, feu Chadwick Boseman ou encore Gary Oldman. Partie tout aussi serrée avec Vanessa Kirby ou même Amy Adams, dans des films Netflix.