Passer au contenu principal

Douceur célèbreÀ Lausanne, Giscard avait son propre praliné

Créé par Jean Wutrich, son Rigoletto, rebaptisé en l’honneur de l’ancien président, était régulièrement envoyé à l’Élysée.

Egon Kopp n’est pas peu fier de la renommée acquise par les Giscards.
Egon Kopp n’est pas peu fier de la renommée acquise par les Giscards.
Gérald Bosshard-a/24 heures

La confiserie n’a pas été créée pour l’ancien président français. Jean Wutrich, dans les années 1960, avait en effet fabriqué un Rigoletto au nom d’opéra. Un praliné qui allie la tendresse et le croquant, la volupté du cacao et le piquant du caramel, bref un petit bonbon qu’on croque pour qu’il explose en bouche.

Lors d’une de ses visites en Suisse, avant qu’il accède à la présidence, Valéry Giscard d’Estaing découvre la douceur et est totalement séduit. Au point que, de retour en France, il en commande régulièrement. Ni une, ni deux, Jean Wutrich rebaptise sa création Giscard et en fait régulièrement parvenir à l’Élysée à celui qui y habitera de 1974 et 1981. Le président lui écrit personnellement qu’«il était très touché par cette attention», explique Egon Kopp, qui a repris l’affaire en 1996. «Et nous avons également une lettre qui atteste que nous seuls pouvons les fabriquer sous ce nom.»

Ce coup de pub accentue le succès du Giscard, qui s’exporte jusqu’en Chine, aux États-Unis ou en Arabie saoudite. Patrick Sébastien en remet une couche de notoriété en le faisant déguster à ses invités à son émission TV «Le plus grand cabaret du monde». Des célébrités s’arrêtent à la boutique de Juste-Olivier pour en acheter, comme ce prince arabe accompagné de ses gardes du corps. Mais Egon Kopp ne dévoilera aucun nom.

«Vous savez, nous n’avons pas connu l’ancien président personnellement, explique le confiseur. Bien sûr, nous sommes tristes de cette nouvelle, mais c’est la vie.» Mais le bonbon continuera sa carrière présidentielle, à raison de 5000 pièces par semaine et trois fois plus en période de Noël.

Et en soupe

Sous ses apparences austères, Giscard aimait manger. Un autre plat célèbre porte son nom, cette soupe aux truffes noires, cachée sous une pâte feuilletée, que Paul Bocuse a créée en son honneur en 1975. La soupe VGE continue à faire les grandes heures du restaurant étoilé de Collonges-au-Mont-d’Or, dans la banlieue de Lyon, y compris après la disparition de l’emblématique chef.

La célèbre soupe VGE,
La célèbre soupe VGE,
RESTAURANT PAUL BOCUSE
1 commentaire
    Pelot

    Hé oui j ai très apprécié les Giscards de chocolat. Excellent