Passer au contenu principal

Hockey sur glace«À Genève, on n’accepte pas n’importe qui dans notre vestiaire»

Noah Rod parle de son rôle de capitaine avec Ge/Servette et de l’arrivée des nouveaux joueurs cet été qui ont été bien accueillis.

Noah Rod a répété ce mardi en conférence de presse qu’il y avait une magnifique ambiance dans l’équipe.
Noah Rod a répété ce mardi en conférence de presse qu’il y avait une magnifique ambiance dans l’équipe.
Eric Lafargue

Il a toujours été en avance sur son âge. À 24 ans, Noah Rod aborde déjà sa… huitième saison avec la première équipe de Genève-Servette en LNA (ou National League), la troisième en qualité de capitaine. Ce rôle qui peut paraître parfois secondaire voire honorifique, le jeune attaquant de caractère l’a toujours interprété le plus sérieusement possible, au plus près de sa conscience, comme un vieux roublard.

On a une super équipe, je n’ai pas de rebelle dans le vestiaire»

Noah Rod, capitaine de Ge/Servette

Il est vrai que dans un vestiaire, cette fonction prend toute son importance dès lors qu’il y a des tensions. Ou s’il faut aller parler au coach ou aux dirigeants. Après l’arrivée aux Vernets de nouveaux éléments confirmés comme Linus Omark, Tyler Moy ou Joël Vermin, faut-il craindre pour l’ambiance des Aigles alors que cela a toujours été la force de l’équipe? «Le staff technique fait toujours très attention à cela, explique l’international. Nos dirigeants ou nos entraîneurs veulent bien de bons joueurs, mais ils ne vont pas prendre n’importe qui non plus. Ceux qui sont arrivés cet été sont de bonnes personnes qui sont faciles à gérer. On a une super équipe, je n’ai pas de rebelle dans le vestiaire. Du coup, c’est plus facile pour tout le monde. Tous les leaders vont dans la même direction.»

Les joueurs de Ge/Servette vont bientôt laisser tomber le masque sur la glace des Vernets.
Les joueurs de Ge/Servette vont bientôt laisser tomber le masque sur la glace des Vernets.
Eric Lafargue

Noah, si on vous comprend bien, il y a toujours une excellente ambiance dans votre vestiaire. Juste?

C’est clair! Comme je l’ai dit, ce sont les joueurs qui s’adaptent au vestiaire et pas le vestiaire qui doit s’adapter aux nouveaux joueurs! Les gars qui viennent de débarquer ont vu que c’est vraiment cool et qu’il n’y a pas de grosses têtes chez nous. Tout le monde est conscient que notre bon état d’esprit va contribuer à ce que l’on réussisse une belle saison.

La première fois que vous avez débarqué avec la première équipe du GSHC, il y a sept ans déjà, le capitaine s’appelait Goran Bezina. Avec lui, vous avez appris ce qu’était le respect dans un vestiaire, n’est-ce pas?

Il est clair qu’à l’époque, tu ne pouvais pas facilement adresser la parole à un gars plus vieux sans prendre des pincettes. Aujourd’hui, cela a changé. Même s’il est évident qu’un jeune viendra plus facilement se confier vers moi vu notre différence d’âge. C’est une bonne chose, quand bien même les anciens dans l’équipe restent très ouverts avec eux.

Et qui s’occupe de la musique dans le vestiaire?

Lors des entraînements c’est souvent Mike Völlmin qui se charge de la sono. Pour les matches, c’est moi qui m’occupe de la playlist. En principe, je mets de l’electro, de la house et un peu de tout pour plaire à tout le monde même si… c’est difficile.

Il ne faut pas commencer l’exercice avec la grosse tête»

Noah Rod, capitaine de Ge/Servette

Et cette saison, avec l’apport de ces bons renforts, vous la voyez aussi rock’n’roll que la dernière?

Je la sens plutôt bien, cette saison. Le staff technique a fait un super boulot cet été avec les engagements de Daniel Manzato, de Tyler Moy, de Linus Omark et de Joël Vermin. Maintenant, il ne faut pas commencer l’exercice avec la grosse tête non plus. On doit rester humbles et continuer de montrer à chaque match que nous avons faim de victoires.

Tout le monde va avancer masqué, et pas uniquement les spectateurs dans la patinoire. Le Covid a-t-il aussi changé quelque chose pour vous dans l’équipe?

Il est évident que, pour nous aussi, il est important de faire gaffe. On ne peut pas faire n’importe quoi non plus en dehors de la patinoire. On a instauré aussi des règles internes à l’équipe. Il est vraiment primordial que personne ne soit contaminé. Tout le monde doit respecter les normes sanitaires, que ce soit dans le vestiaire ou à la maison, avec les conjointes et les enfants.

Le championnat reprend ses droits dans dix jours. C’est quoi votre pronostic?

Notre objectif est de se qualifier pour les play-off, si possible parmi les six premiers. Et s’il y a moyen de créer une surprise, on le fera.