Passer au contenu principal

Plantes sur liste rougeÀ Genève, le tiers des espèces végétales est menacé

Quinze ans après une première étude, les Conservatoires et Jardin botaniques publient un nouveau bilan, toujours préoccupant. Le point avec Florian Mombrial, botaniste.

Aux Conservatoire et Jardin botaniques de Genève, on recueille les graines d’espèces rares ou menacées du canton pour les conserver dans la banque de semences, dans des bocaux ou dans des tubes d’essai (photo) avec du coton et des billes de silicate qui changent de couleurs selon le taux d’humidité.
Aux Conservatoire et Jardin botaniques de Genève, on recueille les graines d’espèces rares ou menacées du canton pour les conserver dans la banque de semences, dans des bocaux ou dans des tubes d’essai (photo) avec du coton et des billes de silicate qui changent de couleurs selon le taux d’humidité.
Laurent Guiraud

Pollution, réchauffement climatique, extension du domaine bâti, concurrence avec les espèces invasives… Les causes sont nombreuses qui mettent en péril la flore genevoise. En 2020, un tiers des espèces du canton est soit menacée, soit disparue, et près de la moitié reste problématique.

Il y a quinze ans, en 2006, le Jardin botanique, en collaboration avec l’État de Genève, publiait une première liste rouge des plantes menacées au bout du lac. Aujourd’hui, une nouvelle étude voit enfin le jour. Disponible depuis le début de l’année, la liste rouge 2020 fera l’objet d’une publication finale à la fin de l’année.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.