Passer au contenu principal

Après une semaine de conflitÀ Genève, des Arméniens révoltés face aux menaces turques

Un siècle après le génocide, c’est la «survie de l’Arménie» qui est en jeu, assurait dimanche l’assistance réunie à l’église Saint Hagop pour honorer ses combattants tombés lors de combats acharnés.

Dimanche, l’Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop honorait la mémoire des combattants morts depuis une semaine dans la guerre qui fait de nouveau rage entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.
Dimanche, l’Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop honorait la mémoire des combattants morts depuis une semaine dans la guerre qui fait de nouveau rage entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.
Laurent Guiraud/Tamedia

Une colère coupante comme la pluie dautomne souffle sur le parvis de l’église arménienne de Genève (Troinex), alors que monte un chant pour les soldats tombés sur le front de la région du Haut-Karabakh.

L’Arménie, ce pays «pauvre» de 3 millions dhabitants, qui «se débat avec les difficultés des anciennes républiques soviétiques» mais qui a pourtant «réussi sa transition vers la démocratie», «livre le combat pour sa survie», résume Thénie en sortant de la nef.

Djihadistes déployés

Quelques heures plus tôt, lintensité du conflit était montée dun cran aux portes de cette province peuplée dArméniens. De la taille de la Haute-Savoie, elle a autoproclamé son indépendance après trois ans de guerre farouche contre le pouvoir de Bakou, à la chute de lURSS. Sa principale ville a fait lobjet de frappes massives, ce dimanche. En représailles, des missiles ont été tirés contre la base militaire de la seconde ville d’Azerbaïdjan.

«La Turquie se tiendra aux côtés de l’Azerbaïdjan, par tous les moyens»

Président turc Recep Tayyip Erdogan

En milieu de semaine, des drones d’attaque avaient menacé la capitale arménienne, tandis que le président Erdogan promettait que «la Turquie se tiendra aux côtés du pays frère et ami qu’est l’Azerbaïdjan, par tous les moyens». «Le fait que la Turquie s’en mêle ouvertement a réveillé la rage au fond de chaque Arménien, un siècle après le génocide de 1915», décrit Alexis, Genevois descendant d’une famille réfugiée en Europe après les massacres.

Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020. Rencontre avec la communauté arménienne pendant ces temps difficiles, lors du conflit en Haut-Karabakh.
Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020. Rencontre avec la communauté arménienne pendant ces temps difficiles, lors du conflit en Haut-Karabakh.
Laurent Guiraud/Tamedia

Depuis une semaine, la réponse à une offensive, qui mêle artillerie lourde – avec usage de bombes à fragmentation – drones par dizaines et avions de chasse laissent sur le terrain des dizaines de tués de part et d’autre. Le président français Macron a confirmé mercredi le déploiement de «combattants syriens de groupes djihadistes» passés par la Turquie.

Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020
Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020
Laurent Guiraud/Tamedia

Parmi l’assistance, nombreux sont ceux qui suivent, en temps réel, les images du front via la messagerie Telegram. «Chez mes parents à Gumri, tout le monde filme ce matin la mise en alerte de limportante garnison russe de la ville, alors que les troupes turques sont à la frontière, à quelques kilomètres», témoigne un jeune cadre genevois. «Cela ne sétait jamais vu depuis les combats ayant suivi le génocide», poursuit celui dont le grand-père a été le seul survivant d’une famille installée dans la ville historique de Kars.

Socar pointée du doigt

Arrivé de Berne où une manifestation a réuni 400 personnes devant le Palais fédéral, samedi, Sarkis Shahinian, l’un des plus fervents défenseurs de la cause arménienne, veut croire que «le maintien dune position équidistante de la Suisse – qui a longtemps œuvré à une résolution de la question du Karabakhnest plus de mise avec lentrée en scène de la Turquie».

Ce dernier rappelle qu’en 1897, dans une Suisse qui comptait 3 millions de citoyens, une pétition demandant au Conseil fédéral d’intervenir pour faire cesser les premiers massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman avait recueilli plus de 450’000 signatures, record encore inégalé.

«La Suisse aura un rôle central à jouer en bloquant les fonds de Socar»

Sarkis Shahinian, Groupe parlementaire pour l’amitié Suisse-Arménie

En cas de mise en place de sanctions européennes contre lAzerbaïdjian, «la Suisse aura un rôle central à jouer, en bloquant les fonds du clan Aliev (ndlr: qui dirige le pays depuis la chute de lURSS) ou ceux du siège international de la Socar à Genève – le bras pétrolier du pays qui finance cette guerre», ajoute le secrétaire général du Groupe parlementaire pour lamitié Suisse-Arménie.

Les voisins répondent présent

Alors que la colère cède le pas à un sentiment dimpuissance, certains se mobilisent dans l’urgence, à limage dHasmik dont le cousin réserviste, un agriculteur de Gumri, est au front. «Après son message dadieu, jai passé tout le mercredi à pleurer», confie-t-elle. Travaillant à Genève depuis vingt ans et résidant dans la campagne savoyarde, elle décide alors de tenter une collecte sur le groupe WhatsApp créé dans le voisinage afin de sentraider en ces temps de coronavirus.

«Le soir, un tas de colis bloquait mon entrée»

Hasmik, à l’origine d’une collecte en Haute-Savoie

«Personne nétait au courant de la guerre et pourtant… le lendemain soir, un tas de paquets bloquaient notre entrée», poursuit cette dernière. Rapidement elle reçoit le soutien de pharmaciens à Viry et Saint-Julien. Samedi, elle a pu décharger sa voiture remplie de matériel médical et de biens de première nécessité dans un des centres de Lyon à destination de l’avion qui décollera jeudi de Marseille. À Genève, une collecte et un appel de fonds ont également été organisés.

Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020.
Église apostolique arménienne de Suisse Saint Hagop, dimanche 4 octobre 2020.
Laurent Guiraud/Tamedia
3 commentaires
    C’

    Prions pour la paix pour lArmenie