Les élans apprennent à éviter les chasseurs

AnimauxDes chercheurs, qui ont suivi des cervidés via un GPS, confirment les capacités d'apprentissage des femelles âgées.

Une fois atteint l'âge de dix ans environ, «les élans femelles sont quasiment invulnérables aux chasseurs humains», affirment les scientifiques de l'université de l'Alberta, au Canada. (Photo d'illustration)

Une fois atteint l'âge de dix ans environ, «les élans femelles sont quasiment invulnérables aux chasseurs humains», affirment les scientifiques de l'université de l'Alberta, au Canada. (Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En vieillissant les élans femelles semblent adopter des stratégies pour éviter les chasseurs, ont conclu des chercheurs. Ils tirent ces conclusions après avoir traqué pendant plusieurs années les mouvements de 49 de ces cervidés à l'aide de colliers équipés d'un GPS.

10 ans, l'âge de raison

Une fois atteint l'âge de dix ans environ, «les élans femelles sont quasiment invulnérables aux chasseurs humains», affirment les scientifiques de l'université de l'Alberta, au Canada, dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue américaine Plos One.

Si la faculté d'apprendre avec l'âge n'était pas un facteur de leur survie, les élans plus âgés n'ajusteraient pas leurs comportements en vieillissant, explique Henrik Thurfjell, qui a mené cette étude. Ces élans femelles ont été suivis pendant deux à quatre ans.

Les données recueillies sur ces élans femelles âgés de un à 18 ans portent sur les distances couvertes, le temps mis pour les parcourir et la nature du terrain, pentu ou plat, et s'il s'agissait de zones boisées ou pas.

Les chercheurs ont ensuite intégré ces informations dans un modèle mathématique qui a permis de révéler différents comportements entre les élans, mais qui semblent constants dans le temps chez chacun des animaux.

Elles savent chercher des terrains plus sûrs

Avec l'âge, les femelles limitent la fréquence de leurs déplacements, réduisant ainsi le risque d'être détectées et de rencontrer des chasseurs, et ce nettement plus que les autres. En outre, elles recherchent le plus souvent des terrains plus sûrs, c'est-à-dire accidentés ou des zones boisées, quand elles se trouvent à proximité de routes où la probabilité d'être vues par des chasseurs est plus grande.

Ces scientifiques ont aussi été surpris par la capacité des élans femelles à faire la distinction entre des personnes chassant avec un arc et un fusil. Les plus âgées recherchaient ainsi des terrains difficiles plus souvent pendant la saison de la chasse à l'arc que durant celle réservée aux chasseurs utilisant un fusil.

Les tireurs à l'arc doivent mettre en joue leur proie à des distances beaucoup plus courtes qu'au fusil et cet exercice nettement plus ardu sur des terrains en pente, expliquent les chercheurs. (ats/nxp)

Créé: 15.06.2017, 04h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...