La Une | Jeudi 18 septembre 2014 | Dernière mise à jour 00:15
Le jour d'après

Bugarach prépare l'après-Apocalypse

Par Christine Werlé. Mis à jour le 16.08.2012 1 Commentaire

Le maire Jean-Pierre Delord a décidé d'assumer. Son petit village du sud de la France, connu pour être celui qui survivra à la fin du monde, va devenir la nouvelle destination touristique de l'étrange.

1/11 Le maire de Bugarach, Jean-Pierre Delord, pose à l'entrée du village avec des pierres ésotériques.
Image: AFP

   

Google Map

L'énigme Bugarach

Partager & Commenter

Mots-clés

Après l'Apocalypse du 21 décembre 2012, seul Bugarach survivra. Cette prédiction, issue des théories sur la fin du monde qui enflamment la Toile, a donné des sueurs froides à Jean-Pierre Delord, le maire de cette petite bourgade de 194 âmes, coincée entre la Catalogne du Nord et le Pays Cathare, dans le sud de la France.

Voici un an et demi, Jean-Pierre Delord faisait part de ses craintes de voir débarquer des centaines sinon des milliers «d'illuminés» le 21 décembre 2012. Depuis, Bugarach a eu les honneurs de la presse nationale et internationale, jusqu'au prestigieux New York Times. Le nombre de touristes est passé du simple au double. Jean-Pierre Delord a donc décidé d'assumer l'image de «village de fin du monde», et de l'exploiter.

«Nous travaillons avec une société qui, à travers internet, va proposer aux habitants du monde entier de stocker des lettres testamentaires à Bugarach», explique Jean-Pierre Delord. «Je vais aussi créer une fondation pour préserver la montagne de Bugarach, où se rendent les pèlerins», dit-il.

Popularité

Voilà pour les projets. L'exploitation touristique est, elle, déjà en marche. «Nous vendons par exemple des cartes postales à 1 euro qui représentent le pic avec une soucoupe volante au-dessus. Nous les avons signées David Vincent, le personnage principale de la série ‹Les Envahisseurs›», rigole le maire. «Par contre, il est faux de dire que le prix du terrain a augmenté en raison de cette histoire de fin du monde», poursuit-il. Selon lui, les prix ont en fait augmenté avec l'arrivée des Anglo-Saxons.

Jean-Pierre Delord ne craint-il pas le discrédit si, par un heureux hasard, la fin du monde n'arrivait pas le 21 décembre 2012? «Non. Des experts disent maintenant que la date est fausse. L'Apocalypse n'aurait en fait pas lieu cette année mais dans 15 ans. Cela nous fait 15 ans de promotion devant nous!», s'amuse-t-il.

Bugarach est-il sur le point de devenir la nouvelle destination du tourisme mystico-spirituel ? Pas vraiment. La popularité ésotérique de ce petit village du Languedoc-Roussillon ne date pas d'hier. «Cela fait 40 ans que je vis ici, et depuis 40 ans, des gens viennent en pèlerinage», raconte Jean-Pierre Delord. Le Pays Cathare est en effet depuis la nuit des temps une région propice aux légendes.

Une terre de légendes

C'est le pic de Bugarach qui semble être au centre de toutes les croyances surnaturelles. Cette étrange montagne, qui culmine à 1231 mètres, se nimbe bien souvent d'un manteau de brume, qui s'illumine de soleil, et qui transfigure le sommet. Une rumeur persistante parmi les habitants dit que les avions n'auraient pas le droit de survoler le Bugarach, car l'énergie dégagée par la montagne dérèglerait les instruments de navigation...

Les croyances qui suivent sont plus mystiques. Le pic, remplis de grottes et de cavités, abriterait le tombeau de Jésus, dont le corps aurait été amené là par Marie-Madeleine lors de son exil dans le sud de la France. Le trésor des Templiers y serait aussi caché. De même que l'Arche d'Alliance. Comment le coffre qui, dans la Bible, contient les Dix Commandements donnés par Dieu à Moïse, est-il arrivé là ? Mystère...

François Mitterrand l'initié

Dans la région de Bugarach se trouve par ailleurs Rennes-le-Château, autre lieu de légende. L'abbé Saunière y aurait caché au XIXe siècle un fabuleux trésor. Pour l'anecdote, François Mitterrand s'est rendu deux fois à Rennes-le-Château. Le défunt président français aurait demandé à rester seul dans l'église un moment. Il aurait aussi été aperçu à Bugarach. On dit que Mitterrand était bien informé sur les mystères de la région...Avait-il aussi connaissance, qu'autour de Rennes-le-Château, se trouverait un monde souterrain où des immortels décideraient de la marche du monde?

Dans la version plus futuriste de ces légendes, le pic de Bugarach serait un garage à ovnis. Les soucoupes volantes se tiendraient prêtes à embarquer les survivants du cataclysme final. D'autres encore y voient une porte vers les étoiles.

«Pourquoi pas?»

Mais la grande fierté des habitants, c'est que Bugarach aurait inspiré le cinéma et la littérature. Steven Spielberg aurait pris la montagne comme modèle pour son film «Rencontres du troisième type». Et dans ses «Voyages extraordinaires», Jules Verne fait apparaître un capitaine Bugarach («Clovis Dardentor») .

Au fait, le maire croit-il vraiment que l'endroit possède des pouvoirs spéciaux? «Je ne discute pas ces croyances. Certains se rendent à Lourdes, d'autres à Bugarach. Il y a des personnes qui ressentent des choses que nous ne ressentons pas....alors pourquoi pas?», conclut Jean-Pierre Delord.

(Newsnet)

Créé: 16.08.2012, 11h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

A. Palombier

19.08.2012, 20:46 Heures
Signaler un abus

Il ne manque plus que de tourner un film avec Benoît Polvoorde à Bugarach. Répondre