Mireille Vallette: L’arabe devient une langue de conquête culturelle

La revue des blogsGrégoire Barbey: Serge Dal Busco, cible de toutes les ambitions. Rodolphe Weibel: Traversée du lac, pont ou tunnel? Patrick-Etienne Dimier: Le service public d’information est essentiel. Pascal Holenweg: Un peu d'air frais.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

L’arabe devient une langue de séparation et de conquête culturelle
Mireille Vallette: Enseigner la langue d’Allah est devenu une obsession dans les mosquées de tous les pays européens. Son rôle n’est pas seulement cultuel. (...) Donc, musulman tu es, l’arabe tu apprendras. L’arabe littéral, classique, compliqué, est imposé aux enfants de nos mosquées dès le plus jeune âge. L’oral est un arabe dialectal très différent selon les pays. Certaines mosquées enseignent à la fois le dialecte local (par exemple le darija pour le Maroc) et l’arabe littéral. (...) L’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse propose des cours d’arabe pour enfants bosniaques, et pour les Somaliens qui parlent rarement l’arabe. On ne cesse de nous dire que les enfants doivent connaître leur culture et leur langue pour intégrer les nôtres. Dans les mosquées, il ne s’agit pas de relier les immigrés à leur culture, mais d’apprendre l’arabe pour lire «le Saint Coran». Les petits bosniaques n’approfondissent pas le serbo-croate, ni les Somaliens le somali. On remarquera aussi que les enfants, musulmans ou non, parlent de plus en plus mal le français, langue elle aussi difficile. Une idée? Simplifier le français! La Suède ouvre la voie. Une agence de recrutement a lancé une campagne visant à remplacer le suédois dans les messages enregistrés par une forme sommaire, plus facilement compréhensible par les migrants. En France, la ministre Najaut Belkacem facilite la tâche des mosquées: depuis l’année dernière, l’apprentissage de l’arabe est possible depuis le primaire. (...) L’expansion de cette langue rend plus compliqué le contrôle des discours et des écrits. (...)

Serge Dal Busco, cible de toutes les ambitions
Grégoire Barbey: (...) Serge Dal Busco voulait un département des Finances et de l’Economie. Il a hérité du seul département des Finances auquel s’est ajouté le lourd Office des bâtiments. Par la suite, le ministre a très vite fait les frais de la volonté de puissance de ses deux collègues libéraux-radicaux, François Longchamp et Pierre Maudet. Le premier, président du Gouvernement, n’a eu de cesse de s’imposer dans le sillage de Serge Dal Busco, comme pour montrer que ce dernier n’était pas tout à fait livré à lui-même. Je me rappelle très bien la conférence de presse du budget 2016, seule conférence de presse du Conseil d’Etat à laquelle j’ai participé. J’avais eu l’occasion de témoigner de mon étonnement dans un éditorial paru dans L’Agefi. J’avais assisté alors, médusé, à un président qui ne se contentait pas d’arbitrer le point presse. Non, il distillait soigneusement la parole, répondant lui-même aux questions qui l’intéressaient, et laissant le soin à Serge Dal Busco de répondre aux autres. Le symbole était clair: le ministre des Finances est sous la tutelle de la présidence. (...) Les forces politiques en présence savent que la composition actuelle du Conseil d’Etat est fragile, puisque deux ministres sont issus du Parti démocrate-chrétien alors que ce dernier ne compte qu’onze députés sur cent…

Le service public d’information est essentiel
Patrick-Etienne Dimier: La SSR, particulièrement dans le secteur "radio" est tout simplement le meilleur diffuseur du pays et de très loin. Son offre couvre l'ensemble des choix et des goûts de ses contributeurs, nous! C'est en effet par le financement public que la SSR peut diffuser des programmes de service public et c'est très bien ainsi. Quel paysage "Audiovisuel" offrirait notre pays si les seuls diffuseurs étaient les marchands de soupe des radios commerciales qui reposent toutes sur le seul profit sans aucune vision de fond. Certes certains présentateurs, surtout dans le secteur des émissions de sujets de société sont trop impartial pour être crédibles ou encore certaines options dans l'approche des nouvelles télévisées se sont trop éloignées de la simple relations des faits pour se vautrer dans des commentaires partiaux ce qui n'est pas acceptable pour un service public. Sur ce point il y a effectivement un recadrage indispensable à faire. (...)
Poggier = saboter ?
Manuel Alonso Unica: La population a élu des professionnels à des postes publics au plus haut niveau de l’Etat pour la servir et voilà que celui qui est le mieux dans son dicastère, de par son parcours professionnel et de par ses formations, touche en botte. Ce loupé en matière de politique de l’emploi à Genève incombe à M. Poggia bien qu’il est dû principalement à ses équipes de dirigeants qui sont chargées de mettre en œuvre la politique sociale dans le canton de Genève. Bien que son département se nomme « Département de l’EMPLOI, des affaires sociales et de la santé », la population genevoise commence fortement à penser que pour ce qui est de l’emploi, il faille clairement changer le nom de son département pour le convertir en « Département du CHOMAGE, des affaires sociales et de la santé ». (...) Heureusement, l’incurie de l’Etat en matière d’aide et de conseil aux chômeurs a pu être comblée en partie par la Société civile…

Traversée du lac, pont ou tunnel?
Rodolphe Weibel: Avec le CEVA, Genève et la Confédération, ensemble, ont décidé de miser sur le chemin de fer pour assurer l’avenir de la mobilité régionale. Parallèlement, Genève décide d’une traversée du Lac. Mais Genève refuse d’envisager que cette traversée du Lac serve aussi au chemin de fer. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : ce n’est pas après étude que Genève a décidé d’ignorer la possibilité de réaliser une traversée mixte, routière et ferroviaire : Genève a refusé, et refuse encore, de même envisager celà. La seule question que se pose Genève ne porte pas sur l’efficacité fonctionnelle des infrastructures qu’elle veut réaliser, ni sur leurs impacts environnementaux, ni sur leurs impacts urbanistiques, ni sur leur acceptabilité par leurs voisins, ni sur les difficultés physiques et techniques, ni sur ce qu’elles coûtent, à elle, ou à la Confédération. Non : Genève ne se pose qu’une question : sera-ce un pont ou un tunnel ? Il est urgent de procéder à ces études, et cela en toute transparence. (...)

Un peu d'air frais
Pascal Holenweg: (...) Actuellement, 25'000 enfants, adolescents et jeunes adultes (soit 0,3 % de la population) suisse) pourraient bénéficier de la procédure proposée -mais 40 % d'entre eux en bénéficient en fait déjà, puisque leur canton de résidence l'applique déjà pour la deuxième génération (et donc à plus forte raison la troisième)... La majorité (plus de 14'000) de ces 25'000 jeunes sont italiennes et italiens de passeport. Et la majorité des cantons prévoient déjà une procédure facilitée pour les jeunes étrangers nés en Suisse. Pour la Suisse romande (sauf le Valais), rien ne va changer. Rien n'aurait de toute façon changé non plus si le sort des urnes avait été à l'inverse de celui d'hier. Et la majorité des cantons (16) ont déjà introduit des procédures de naturalisations facilitées pour les étrangers de la deuxième ou de la troisième génération. Il s'agissait d'ailleurs aussi de mettre fin à une inégalité de traitement relevant de la loterie ou de l'arbitraire, selon le canton, voire selon la commune. Dimanche, au moins, la réponse qui convenait a été donnée à ceux pour qui la nationalité doit continuer à relever du rite tribal (...) (TDG)

Créé: 15.02.2017, 16h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: la Poste veut supprimer un quart de ses offices
Plus...