Jean-Charles Magnin: RIE III miné par la trahison sur l'immigration

La revue des blogsBernard Andrié: GSHC: c'est la faute à... Jacques-Simon Eggly: Plaidoyer pour l’élégance. Didier Bonny: Donald Trump le revanchard. Olivier Perroux: Se tourner vers Mercure...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

RIE III miné par la trahison sur l'immigration
Jean-Charles Magnin: Je suis favorable sans la moindre réserve à la réforme sur l'imposition des entreprises, plus connue sous le nom de RIE III, soumise en votation fédérale le 12 février. J'y suis favorable depuis toujours, parce qu'une fiscalité modérée est l'élément LE PLUS IMPORTANT pour conserver et développer l'emploi. Presque deux décennies de pratique de cet instrument, dans le cadre d'une promotion économique efficace et dynamique, m'ont convaincu depuis longtemps de sa pertinence. Et je serai bien entendu également largement favorable au taux d'imposition genevois de 13,49% lorsqu'il nous sera enfin soumis en votation cantonale. Le danger de délocalisation de nombreux emplois liés au secteur international, et par effet de domino de disparition de nombreux emplois locaux liées aux services et à la sous-traitance, est bien réel. J'en veux pour preuve la fermeture traumatisante de Merck-Serono, en 2012, où nous entendîmes les opposants éternels et viscéraux aux multinationales (en gros la gauche dogmatique) venir pleurer misère et nous sommer de sauver un bistrot, un traiteur ou une crèche qui voyait ses clients partir sous d'autres cieux. Ce danger de délocalisation est infiniment plus fort qu'une perte des recettes pour l'Etat, qu'elle se chiffre à 300 ou 500 millions. (...)
GSHC: c'est la faute à...
Bernard Andrié: Je sais, on ne tire pas sur une ambulance (...) En attendant des jours meilleurs (?), cinq causes expliquent les déboires de Genève-Servette. Par ordre d’importance: 1) Hugh Quennec, même s’il a encore le soutien de quelques joueurs benoîtement enfermés dans le déni, est le principal artisan de la déroute actuelle. (...) 2) Le départ de Goran Bezina a laissé un immense vide dans le vestiaire grenat. Jim Slater, capitaine fantôme, ne l’a pas remplacé dans cette fonction. (...) 3) La campagne des transferts bâclée au niveau des attaquants étrangers, porte ses fruits. (...) 4) La défense grenat…

Une toute petite gare de carton-pâte
Leila el-Wakil: Toute emballée de plastique, déjà un peu entamée dans sa substance, la gare des Eaux-Vives, tête de ligne du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée), fut inaugurée en 1888. A ce titre elle représente, avec la gare de Chêne-Bourg, qui a été ripée sur rail pour échapper à la démolition, tout un pan de l'histoire ferroviaire et du tourisme genevois et frontalier. Les instances chargées de préaviser sur la protection du patrimoine, notamment la Commission des Monuments, de la Nature et des Sites, dans le cadre du projet d'aménagement du CEVA, ont dès 2006 défendu le maintien de ce bâtiment au titre de lieu de mémoire et de témoin de l'histoire du quartier, qui compte un des plus beaux ensembles d'architecture Heimatstil de la Ville (avenue de la Gare des Eaux-Vives, rue de Savoie, route de Chêne). Dans n'importe quelle autre ville consciente de son histoire touristique, ce seul argument eût suffi pour envisager son maintien, sa réhabilitation et sa reconversion dans le cadre du nouveau développement. Construite dans des matériaux simples et économiques, cette petite gare de "carton-pâte", comme je me suis entendu dire, devait remplir sans prétention sa fonction d'abri de voyageurs. Une leçon d'humilité à l'heure des exploits architecturaux dépassés, mais qui pourtant tardent à cesser. (...)

Virginie Studemann est une femme sérieuse
Eric Bertinat: J’apprends avec un déplaisir certain la démission de ma collègue socialiste Virginie Studemann. Qu’importe les raisons de sa décision, son départ est une mauvaise nouvelle pour notre délibératif qui perd une élue de qualité. Je siégeais principalement avec Virginie à la commission de l’aménagement et j’ai grandement apprécié sa sagacité et la précision de sa réflexion sur les dossiers qui nous étaient transmis. Lorsqu’elle levait le doigt pour demander la parole, la mine sérieuse, on savait d’expérience que l’on allait assister à un tir en rafale, à une cascade de questions précises, dont le seul but était de comprendre les sujets que Rémy Pagani nous présente avec plus ou moins de clarté. Disons-le ainsi… Virginie Studemann est une femme sérieuse disais-je donc, intelligente et très politique, peu encline au spectacle parlementaire, respectueuse des institutions. La vieille garde, si je peux m’exprimer ainsi sans la vexée. (...)

Trying to Unravel the Russian Hacking Scandal
Daniel Warner: (...) What is most intriguing, and what has yet to be answered, is the use of similar tactics by the United States. The Russian media has pointed to the actions of the United States in 2014 that toppled the government of Viktor Yanukovych in Ukraine as well as other influence-peddling by the U.S. in the former Soviet Union during the Rainbow Revolutions. The most public recent example of media influence in foreign countries by the United States involves John Rendon. He proudly announced in a 1996 speech to the Air Force Academy cadets that he was "an information warrior and a perception manager.” The Rendon Group is a public relations firm that has worked closely with the American government in countries around the world and was influential in organizing the Iraqi National Congress. (...) What is new in this present case is the element of hacking and cyber security. The means have changed, but the ends of influencing politics in other countries have remained the same. Didn’t the Iranians hold the hostages until President Carter was defeated? Didn’t President Nixon and Henry Kissinger prolong the Vietnam War for electoral purposes as has just been confirmed by a newly discovered memo? It would have been fascinating if a member of Congress had asked one of the agencies leaders if the United States had ever used similar tactics.

Tout va bien
Bruno Hubacher: Quelle est donc la recette du miracle allemand ? La sous-enchère salariale et l’export. En 2003 le gouvernement Schröder avait introduit la réforme du marché du travail « Hartz IV », une version plus « hard » des lois « Macron » et « El Khomri » en France, et tout misé sur l’export. Afin de « booster » la compétitivité des entreprises allemandes, l’état avait gelé les salaires et l’export flambait et continue à flamber. Selon l’économiste allemand Heiner Flassbeck, c’est une manière d’exporter le chômage dans les autres pays de l’Union Européenne et l’économiste français, Thomas Piketty, remarque sur son blog que » la bonne mesure de juger de la performance économique d’un pays est sa productivité et non sa compétitivité. Si chaque pays faisait comme l’Allemagne, il n’y aurait aucune autre zone économique au monde pour absorber des excédents de l’ordre de 8% du PIB chaque année. » (Thomas Piketty) Si on mesure la performance économique de la France, l’autre poids lourd de la zone EURO, on constate que sa productivité est supérieure de 10% à celle de l’Allemagne. (...)

PLASTA… Encore faudrait-il !
Guillaume Anthoine: PLASTA : non ce n’est pas un plat de pâtes mal prononcé. Sans le savoir, les chômeurs le maudissent, les conseillers ORP de tous les cantons râlent contre lui et les entreprises et les agences de placement aussi. PLASTA, c’est LE système d'information en matière de placement et de statistique du marché du travail. C’est donc l’outil fédéral pour la gestion du chômage. J’ai eu la chance, dans mes expériences professionnelles passées de faire ET du recrutement ET d’approfondir le domaine des ATS (Applicant Tracking System). Vu de l’extérieur, je peux vous dire une chose. PLASTA est un système qui est très bien pour l’Etat, qui en tire des statistiques, et très lacunaire pour la population dont le dossier y est inscrit. (...)

Plaidoyer pour l’élégance
Jacques-Simon Eggly: Chaque premier de l’An l’Eurovision diffuse le concert du nouvel an donné par l’orchestre philharmonique de Vienne. Chaque fois, c’est un honneur et manifestement un plaisir pour le chef invité. Ce l’est aussi pour le public… Ce concert, événement un peu décalé d’un temps révolu ? Sans doute. Mais que ce petit moment d’élégance est agréable à voir, à entendre, à ressentir. Elégance, le mot est lâché, quitte à se faire moquer et traiter d’élitiste. (...)

Mélenchon : vers le socialisme-national ?
John Goetelen: En 2012 par exemple, les chiffres de l’Union Européenne indiquent 3515 accidents mortels sur le lieu de travail. Précisément 3362 hommes et 153 femmes. Un rapport de 1 femme pour 22 hommes. Les hommes occupent en effet toujours les postes les plus dangereux et sont vingt-deux fois plus à risque de mourir au travail que les femmes. Jean-Luc Mélenchon propose également de ramener la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Pour la financer il suffirait selon lui de payer les femmes aussi bien que les hommes. « Si vous mettez toutes les femmes qui aujourd'hui cotisent au niveau du salaire des hommes, eh bien, vous pouvez financer, euro pour euro, la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Voilà la solution. » Non, ce n’est pas une solution puisque les femmes ne sont pas moins payées: elles travaillent davantage à temps partiel et occupent des postes souvent moins payés mais plus dans leurs intérêts. C’est encore argumenté ici. (...)

Donald Trump le revanchard
Didier Bonny: La preuve ? Il n’a pas pu s’empêcher de tweeter, son péché mignon, à propos de Meryl Streep qu’elle était « une des actrices les plus surcotées d’Hollywood ». Celles et ceux qui considèrent, et ils sont nombreux, Meryl Streep comme la plus grande comédienne américaine de tous les temps apprécieront le sens cinématographique de Donal Trump qui n’a sans doute jamais vu, entre autres, « Le choix de Sophie », « Kramer contre Kramer », « La maîtresse du lieutenant français », « Sur la route de Madison », « Out of Africa » (...)

Se tourner vers Mercure
Olivier Perroux: La déclaration dans la Julie du directeur du centre commercial de Meyrin mérite un prix. Intervenant pour commenter les difficultés du commerce de détails en Suisse, face à la concurrence française, il réussit à déclarer: « Je reste convaincu que ce n’est pas moins cher en France ». Alors là chapeau! Il suffit pourtant à ce brave homme de faire quelques kilomètres pour arrêter de dire des bêtises. Depuis que le franc s’est renforcé subitement, la différence des prix de part à d’autre de la frontière connait des sommets. Pour l’alimentation, c’est à devenir fou. Les mêmes produits de l’industrie alimentaire peuvent allègrement passer du simple au double. Ce n'est pas pour rien que les genevois sont fort nombreux à traverser la frontière pour remplir leurs caddies. (...) Mercure est le dieu du commerce, mais aussi celui des voleurs. Tiens, là aussi les grecs avaient bien observés les choses… (TDG)

Créé: 10.01.2017, 15h43

Première neige à Genève

Haykel Ezzeddine: Nous sommes loin de « la neige du siècle » du mois de février 1985 qui a immobilisé Genève. Mais on ne va pas boudé ce bonheur de retrouver la poudreuse en pleine ville…

Articles en relation

Haykel Ezzeddine: Une semaine sans affichage publicitaire, quel bonheur!

La revue des blogs Paolo Gilardi: RIE3, investissement ou pari ... perdant? Jean-Michel Olivier: Le grand Dominique Appia nous a quittés. Julien Nicolet: La réforme de libérale de trop ? Maurice-Ruben Hayoun: La Turquie quitte l’Otan... Plus...

Maurice Ruben-Hayoun: Ce que cache «Je suis chrétien» de François Fillon...

La revue des blogs Magali Orsini Leurs vrais mobiles. John Goetelen: Juger les morts et soutenir les sociopathes. Pascal Décaillet: Mon soutien à Christophe Darbellay. Daniel Warner: Roger’s Back. Antonin Moeri: Corps à corps... Plus...

Gorgui Ndoye: Martine Brunschwig Graf Femme de l'année 2016

La revue des blogs Manuel Alonso Unica: Les prévisions économiques suisses de 2015, 2016 et 2017. Christian Brunier: Une Traversée du Lac solaire ? Pascal Décaillet: Les aveugles en chemise blanche... Plus...

Christophe Ebener: A Genève, l’année 2016 s’est terminée par une orgie

La revue des Blogs Jean-Michel Bugnion: Et maintenant RIE III! Didier Bonny: Mes films préférés de 2016. Norbert Maendly: L'Erdomachiavelisme. Rolin Wavre: L'abjection sans réaction Plus...

Edmée Cuttat: «A Monster Calls», conte initiatique poétique et bouleversant

La revue des blogs Daniel Warner: The Commodification of Politics. Bruno Hubacher: Des signaux d’alarme en provenance de Washington. Rémi Mogenet: Les poésies en patois de Samoëns de Jam. Christian Brunier: Les voitures n’auront rapidement plus de chauffeur... Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...