La Une | Jeudi 24 juillet 2014 | Dernière mise à jour 18:30
Les blogs de la Tribune

Jean-Michel Olivier: L'année Rousseau, premier bilan

Par Mabut Jean-François. Mis à jour le 12.12.2012

«J'ai eu la chance de parler de Rousseau à New York, à Paris et en Californie, j’ai pu me rendre compte de l’extraordinaire actualité de sa pensée.»

Photo Haykel Ezzeddine

Photo Haykel Ezzeddine

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Jean-Michel Olivier : L'année Rousseau, premier bilan Moi qui ai eu la chance de parler de Rousseau à New York, à Paris et en Californie, j’ai pu me rendre compte de l’extraordinaire actualité de sa pensée, qu’elle soit politique (elle a influencé le mouvement Occupy Wall Street et celui des Indignés), pédagogique (on lit encore L’Émile dans tous les instituts de formation des maîtres), musicale ou botanique (on considère Jean-Jacques comme le précurseur de l’écologie). Sans parler, bien sûr, de son influence littéraire. Son roman épistolaire, La Nouvelle Héloïse, a fait pleurer des générations de lectrices. Et les Confessions, chef-d’œuvre d’introspection rusée, a montré la voie à ce qu’on appelle aujourd’hui l’autofiction, représentée par Annie Ernaux, Delphine de Vigan ou Christine Angot. Cette année aura été également celle de Jean Starobinski, écrivain et critique genevois qui vient de fêter ses 92 ans et de publier, coup sur coup, trois livres extraordinaires. L’un sur Rousseau, le deuxième sur Diderot et le dernier sur l’histoire de la mélancolie. Que serait Jean-Jacques sans Staro, comme l’appelaient ses étudiants ? Le professeur genevois a contribué, comme nul autre, à faire (mieux) connaître, la pensée de Rousseau : l’importance du regard dans son œuvre, son désir constant de transparence, ses ruses pour séduire ses contemporains tout en les accusant, son tempérament mélancolique. Oui, il faut relire Rousseau, tous les jours, comme Starobinski nous le conseille : c’est une mine, un trésor d’humanité, de liberté et de poésie.

Gorgui Ndoye : J'aurais aimé que ce 12-12-12 soit une journée de miracles. Fin du monde ou pas, j'aurais souhaité moi la fin des guerres et des conflits imbéciles au sens étymologique du terme qui défigurent notre planète ! Au delà de la guerre programmée depuis début 2000 contre l'Iran, la guerre permanente contre le peuple de Palestine, la haine inutile contre les Juifs, la guerre fratricide en Syrie instrumentalisée, je pense aussi à cette guerre infinie au Congo RDC où les femmes deviennent la matrice première et éternelle de toutes les souffrances. Comment puis je oublier la rébellion en Casamance (ce beau paradis), sud Sénégal, entretenue par des politiciens véreux et des voyous de grand chemin.

Gérard Meyer : Rendre la vie impossible aux délinquants qu’on ne peut renvoyer (…) Maudet représentait un des derniers espoirs, pour beaucoup de Genevois, de faire enfin quelque chose pour lutter contre l’insécurité dans notre Canton. Mais entre ses amis de droite qui ne veulent pas ouvrir le porte-monnaie et ses opposants de gauche qui vivent encore au pays des grandes illusions, rien ne bouge et rien n’avance. La Suisse en général et Genève en particulier, en tant qu’hôte des institutions de l’ONU pour la protection des réfugiés, est dans une situation encore plus délicate que le reste de l’Europe où règne déjà une belle hypocrisie dans ces domaines. Il est excessivement malheureux, absurde et stupide de confondre la protection des vrais réfugiés et la coupable passivité avec laquelle nous refusons de traiter les questions de délinquance liée (la plupart du temps) aux faux réfugiés qui ne viennent ici que pour s’enrichir de la façon la plus vile et la plus rapide. N’y a-t-il aucune voie de la raison entre ce laxisme insupportable et le fascisme ?

John Goetelen : La légende noire du Moyen-âge Je suis troublé, déstabilisé même, à la lecture du livre de Jacques Heers, Le Moyen-âge, une imposture. Cet historien est spécialiste de cette période de l’Histoire de l’Europe. Il participe aux côtés de plusieurs générations d’historiens depuis le XIXe siècle, à la réhabilitation de notre passé et à la déconstruction des mythes qui ont longtemps prévalu à propos des mœurs médiévaux. Mon trouble est d’autant plus fort que la redécouverte du Moyen-âge propose une relecture de l’Histoire jusqu’à notre époque actuelle et que certaines idéologies développées aujourd’hui ou au XIXe siècle n’auraient jamais vu le jour sans le coup de force de la Révolution française sur la société d’alors. (…) Il existe ainsi une sorte de Légende noire sur le Moyen-âge dont la Renaissance nous aurait délivrés…

Pascal Décaillet : Saviez-vous que Mme Filippetti était ministre de la Culture ? Nous avions déjà tous noté qu'Aurélie Filippetti, ministre française de la Culture et de la Communication, n'avait pas nécessairement la trempe de Malraux, ni celle de Jack Lang. Elle vient de le prouver avec éclat, en taxant mon confrère Jean-Pierre Elkabbach de "machisme", parce qu'il avait osé déclarer, l'ignoble individu, que la porte-parole du gouvernement était "une très jolie femme qui s'en occupe avec une très belle langue de bois". Si relever les qualités esthétiques d'une personne, c'est être machiste, alors nous sommes quelques centaines de milliers, sans doute, à l'être…

Marie-Jeanne Nerfin : Frédéric Lenoir à Genève Il sera ce samedi 15 décembre à 10h45 à Uni Dufour pour une conférence intitulée Quelle sagesse face aux défis du monde actuel ? C’est la Fondation pour Genève, en collaboration avec la Faculté autonome de théologie protestante de l'Université de Genève et l'Association Appel spirituel de Genève, qui proposent cette rencontre exceptionnelle avec le célèbre philosophe, écrivain et historien des religions…

Jacqueline Berenstein-Wavre : Obligation de servir ? Pour les hommes l'obligation de servir dans l'armée suisse est en discussion. Et les femmes ? Pourquoi pas une formation citoyenne obligatoire ?

René Longet : Climat, on sait ce qu'on doit faire mais ne le fait pas Certes c'est la crise et la crise fait qu'on ne trouve plus si facilement des fonds. Mais si on ne fait rien, on se prépare une crise d'une tout autre ampleur encore. Et surtout: on paie sans sourciller les immenses coûts des dérèglements climatiques qui commencent à se manifester (cyclones plus fréquents et plus ravageurs. davantage d'inondations, de sécheresses, etc.), par contre on n'investit qu'avec beaucoup de réticences et très mollement dans la rénovation énergétique des bâtiments, gouffres à énergie, ou dans la modification des options de mobilité, autre gouffre énergétique. Pourtant ce seraient là des activités propices à l'emploi et à l'innovation, du vrai gagnant-gagnant...

Thomas Veillet : Sorot propose d’augmenter l’impôt des riches (…) Soros et Buffet s'associe pour demander au Congrès d'augmenter les impôts des plus riches. Pendant que les « riches français » quittent le navire socialiste, les riches américains proposent de se sacrifier – bon pas tous non plus – les très très riches surtout. HSBC va investir 700 millions de dollars afin de lancer un nouveau programme « connaissez votre client ». Il y aura un cours pour faire la différence entre un narco-traficant et un père de famille qui bosse chez GM, également un workshop sur la signification du mot « cartel de la drogue », un cours pour que les employés apprennent que le concept du monde agricole n'est pas le même en Colombie que dans la banlieue genevoise et lorsque que l'on reçoit une camionnette de cash en billet de 20$ et que votre client vous explique qu'il les a trouvé au bord de la route, il peut y avoir aussi une autre explication. Surtout quand il trouve une camionnette comme ça tous les deux jours. En tous cas, les 700 millions seront bien investis. (…)

(TDG)

Créé: 12.12.2012, 21h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment