La Une | Mardi 21 octobre 2014 | Dernière mise à jour 03:58
Plaine de l'Orbe

Coups de feu et évasion de deux détenus à la prison de Bochuz

Par Hélène Isoz/Isabelle Biolley/ATS. Mis à jour le 26.07.2013 1 Commentaire

Deux détenus se sont échappés jeudi soir du pénitencier d'Orbe. Ils ont été aidés dans leur fuite par deux complices qui ont forcé l'enceinte de la prison et tiré plusieurs coups de feu. La dernière évasion de Bochuz remonte à 1995.

1/4 Les portraits des évadés, âgés de 52 et 34 ans. Ils purgeaient des peines de 7 et 6 ans respectivement.
Police cantonale vaudoise

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Ce vendredi matin, rien ne bouge tout autour des Etablissements pénitentiaires de la plaine de l’Orbe (EPO). Aucun barrage de police à l’horizon, aucune patrouille n’est visible dans les villages alentours. Rien ne laisse imaginer ce qui s’est déroulé hier en début de soirée.

Vers 19h35, deux détenus ont pris la clé des champs, aidés de complice qui n’ont pas hésité à tirer plusieurs coups de feu, a indiqué, ce vendredi, la police cantonale. Personne n'a été blessé. L’évasion a eu lieu à Bochuz, la partie pénitentiaire des EPO, mais à l’extérieur du bâtiment, au cours de la promenade.

Dernière évasion en 1995

La dernière évasion de Bochuz remonte à 1995. Bochuz a la particularité de ne pas être entouré d’un mur d’enceinte. "Ce n’est pas le problème puisque depuis 1995, il n’y a pas eu d’évasion de Bochuz, affirme Anthony Brovarone, porte-parole du Service pénitentiaire (SPEN). Aujourd’hui, ce qui est en cause c’est le mode opératoire : il s’agit d’une effraction de l’extérieur avec des armes lourdes. Plus la sécurité augmente, plus ils s’arment."

Un important dispositif de recherches a été mis en place dans la région et dans l'ensemble du canton. Près de 50 policiers, notamment deux patrouilles de la brigade canine, ont été mobilisés, a indiqué Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. Le Corps des gardes-frontière et la Gendarmerie française ont été alertés.

L'un des évadés est un Suisse de 52 ans. Il a été condamné de nombreuses fois, notamment pour séquestration et enlèvement, brigandage qualifié, blanchiment d'argent, vol et incendie intentionnel. Il purgeait une peine de 7 ans de réclusion.

L'autre fugitif est un Bosniaque de 34 ans. Il avait été condamné à 6 ans et 8 mois pour brigandage en bande et brigandage qualifié, commis à Neuchâtel en avril 2009. Cet individu fait partie des «Pink Panthers», un gang de braqueurs de bijouteries. A la question de savoir si le SPEN soupçonne les Pink Panthers d’être à l’origine de cette évasion, son porte-parole répond: «Clairement oui.»

Portail forcé

Les détenus se sont évadés vers 19h35 alors que plusieurs prisonniers se trouvaient sur des terrains de sport, sous la surveillance du personnel du pénitencier. En outre, des agents de sécurité patrouillaient à l'extérieur des Etablissements de la plaine de l'Orbe (EPO).

Après avoir forcé un portail pour entrer dans le domaine des EPO, deux véhicules se sont rapidement approchés de l'enceinte du pénitencier par les champs. Avec un véhicule utilitaire, les deux complices ont repoussé les nombreuses rangées de barbelés pour s'approcher du grillage.

Deux échelles

Ensuite, avec deux échelles, ils ont créé un passage permettant aux deux détenus de franchir l'enceinte grillagée également munie de barbelés.

Dès le début de l'opération, les deux complices ont tiré plusieurs rafales d'armes automatiques afin de maintenir le personnel de sécurité à distance. Personne n'a été blessé. Les deux complices et les deux détenus ont pris la fuite à bord du second véhicule, de couleur grise. Un appel à témoin a été lancé par la police.D (TDG)

Créé: 26.07.2013, 10h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Guy de Weber

27.07.2013, 17:56 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Nous avons entendu à la télévision, ("que l'armée" ?) de deux malfrats qui a libéré les dangereux détenus, était lourdement équipée, et, très bien organisée. On entend dire que ces bandes organisées peuvent compter plus de 20 membres. Face à un groupe de 20 malfrats, lourdement armés et cachés derrière le bouclier "des droits de l'homme"; notre police, voire, notre armée, "ne fait pas le poids". Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Les selfies peuvent-ils être dangereux?