Les sprays à la cortisone prescrits à tort aux enfants

SuisseLes pédiatres prescrivent trop souvent des traitements contre l'asthme à base de cortisone. Parfois suite à un diagnostic mal posé.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'asthme est considéré comme une maladie courante chez les enfants. Près d'un sur dix en souffre durant sa scolarité en Suisse mais ils sont toutefois nettement plus nombreux à se voir prescrire à tort des sprays à cortisone, explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 10 janvier.

«En Suisse, on diagnostique trop facilement de l'asthme chez les enfants», déplore Alexander Möller, directeur de la pneumologie à l'hôpital de l'enfance à Zürich et ancien président de la Société Suisse de Pneumologie. Il n'existe pas de chiffres officiels mais le directeur estime qu'en Suisse, un tiers des enfants reçoivent des traitements contre l'asthme en raison d'un diagnostic qui est mal posé.

La cortisone, c'est facile

Urs Frey, directeur de l'hôpital de l'enfance des deux Bâle, se penche également sur le problème du diagnostic mal posé. «L'asthme est une maladie complexe et pas facile à diagnostiquer», et surtout chez les enfants qui ne sont pas encore en âge de scolarité.

«Près d'un tiers d'entre eux a au moins souffert une fois de complications respiratoires», ajoute Urs Frey. Dans ces cas, un traitement avec des médicaments pour asthmatiques peut s'avérer pertinent. «Mais uniquement pour un court laps de temps», estime le pédiatre.

Toutefois, on ne contrôle ensuite pas assez pour voir si l'enfant réagit bien au traitement ou s'il en a encore besoin. Ce qui débouche sur le surdiagnostic. «Nous voyons toujours plus de médecins prescrire de la cortisone et ils n'assurent plus de contrôle après un premier test.» Les enfants continuent en effet de suivre le traitement, même s'ils n'en ont plus besoin.

Troubles de la croissance

Un constat partagé par Alexander Möller. «Le traitement de l'asthme est simple et les médicaments facilement disponibles.» Sans compter la pression des parents qui exigent un résultat. Le recours au spray à base de cortisone s'impose donc facilement, même si les enfants ne souffrent que d'une simple toux. «Un diagnostic précipité de l'asthme peut s'avérer problématique dans certains cas puisqu'il empêche tout traitement correct».

Les effets secondaires d'un usage excessif de la cortisone ne sont pas négligeables puisqu'ils vont de troubles de la croissance à une augmentation de la nervosité et du pouls. Pour Urs Frey, il est donc indispensable d'assurer une formation continue pour le diagnostic de l'asthme. (nxp)

Créé: 10.01.2017, 10h59

Articles en relation

Tabac: bientôt 8 millions de décès par an

Santé L'OMS et l'institut américain du cancer chiffrent à 1000 milliards le coût du tabagisme à l'économie. Plus...

L'exercice le week-end réduit aussi les risques

Santé Le risque de mortalité cardiovasculaire recule de 41% avec une pratique sportive. Plus...

Chirurgie de l'obésité: efficace chez l'adolescent

Santé Des études publiées vendredi indiquent que les opérations pour réduire le poids fonctionnent bien à long terme chez les jeunes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...