Des profs veulent torpiller le plan d’études alémanique

Ils votent ce 27 novembreEn Thurgovie et à Schaffhouse des initiatives populaires veulent soumettre au parlement le plan d’études harmonisé.

Le plan d'études harmonisé entre cantons alémaniques, le Lehrplan 21, est contesté un peu partout outre-Sarine.

Le plan d'études harmonisé entre cantons alémaniques, le Lehrplan 21, est contesté un peu partout outre-Sarine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La fronde contre le plan d’études harmonisé alémanique passe à la vitesse supérieure. Alors que la contestation gronde un peu partout outre-Sarine, elle entre dans sa phase décisive à Schaffhouse et en Thurgovie. Le 27 novembre les citoyens des deux cantons diront si les programmes d’enseignement devront désormais être soumis à l’aval du parlement, voire au peuple. C’est ce que proposent deux initiatives populaires, avec un objectif clair: torpiller le Lehrplan 21, le plan d’études destiné à harmoniser l’école, pendant alémanique du Plan d’études romand, en vigueur depuis 2013 déjà.

«Je ne saurai pas quoi enseigner»
«Nos enfants sont fatigués et surchargés»

En Thurgovie, le Lehrplan doit être mis en œuvre l’an prochain. Or, les initiants lui reprochent de cimenter de nombreux concepts «douteux» introduits au cours des dernières années par l’Exécutif. Réformes qui auraient nui, selon eux, à la qualité de l’école et au niveau des élèves en maths et en allemand. Les critiques contre le nouveau programme sont nombreuses. Ses détracteurs critiquent notamment l’absence d’objectifs annuels en classe et redoutent que les professeurs soient relégués au rang de simple «coaches».

Une nette majorité du Grand Conseil ne partage pas ces craintes. Les députés ont balayé le texte en juin dernier, mettant en garde contre une politisation de l’école. Comme le Conseil d’Etat, ils estiment que l’élaboration des plans d’études relève de la compétence d’experts. Du côté des partisans de l’initiative, l’UDC domine, rejoint par des députés de la droite et de la gauche. Des enseignants ont également rejoint le comité d’initiative.

A Schaffhouse, ce sont les démocrates du centre qui sont au-devant de la fronde, épaulés par des professeurs et des parents d’élèves. «Ne pas permettre aux élus et au peuple de se prononcer sur le Lehrplan va à l’encontre de notre tradition démocratique», déplore le député UDC Mariano Fioretti, qui a lancé l’initiative. Son texte va plus loin que ce qui est demandé en Thurgovie: si un programme d’enseignement n’obtient pas 80% d’acceptation au parlement, les citoyens doivent avoir leur mot à dire. Actuellement, seul le Conseil scolaire est compétent.

Changement de paradigme

Pour les initiants, une légitimité démocratique est d’autant plus nécessaire dans le cas du Lehrplan 21 qu’il signe un «changement de paradigme». Principal point de contestation: l’introduction de «milliers de compétences» que les élèves devront acquérir en lieu et place de «connaissances». L’enseignement de deux langues étrangères au niveau primaire, déjà en vigueur, est aussi dans le viseur.

Le Grand Conseil a rejeté le texte sur les mêmes bases que les députés thurgoviens. Voter sur le Lehrplan est aussi «insensé que si le peuple avait à se prononcer sur les horaires de transports publics», a notamment lancé un élu socialiste lors des débats.

«Une vaste discussion publique sur le Lehrplan est importante, mais elle a déjà eu lieu. Celui-ci a été préparé conjointement par 21 cantons. Il est équilibré et apte à être transposé dans la pratique», complète Christian Amsler. Le ministre schaffhousois de l’Education (PLR) et président de la Conférence des directeurs alémaniques de l’instruction publique regrette que le débat sur l’introduction du plan d’études harmonisé ait été «politisé» en Suisse alémanique. «Le Lehrplan 21 est un bouc émissaire, il fait les frais de tous les mécontentements!»

En juin dernier, le programme d’enseignement a signé une première victoire d’étape dans les urnes. Les citoyens de Bâle-Campagne ont refusé à 53% de donner le dernier mot à leur Grand Conseil. A voir, ce que diront les Schaffhousois et les Thurgoviens. Et après eux les Zurichois, les Argoviens, les Bernois ou encore les Lucernois. Haut de la page


«Je ne saurai pas quoi enseigner»

Dorothe Hepfer, Enseignante de classes primaires à Lohn (SH)

«Le Lehrplan introduit un véritable changement de paradigme à l’école. Et il y a plusieurs points qui me dérangent. D’abord, il n’y a pas pour les élèves d’objectifs clairs à atteindre par classe. Dès lors, je ne suis pas certaine de savoir ce que je dois leur enseigner et quelles compétences ils doivent acquérir. A ce sujet, le nouveau plan d’études prévoit que nous ne devons plus transmettre des connaissances aux enfants, mais des compétences. Je comprends bien que c’est important dans une certaine mesure, mais lorsqu’ils sont très jeunes, les enfants n’ont pas forcément les capacités pour réfléchir eux-mêmes. Un professeur doit les y aider. Un exemple très concret: ils ne devront plus apprendre par cœur tous leurs livrets, mais seulement les tables de multiplication de 2, 5 et 10. Pour le reste, ils doivent comprendre par eux-mêmes la logique. Je ne vois pas comment cela peut marcher.

Enfin, il y a la question des langues étrangères. Deux en primaire c’est trop, les élèves sont surchargés et ça les démotive pour la suite. C’est particulièrement le cas dans les classes où beaucoup d’élèves sont d’origine étrangère et où l’apprentissage de l’allemand constitue déjà en soi un défi.» Haut de la page

«Nos enfants sont fatigués et surchargés»

Daniel Amrhein, Coprésident de l’initiative «Oui à une bonne école thurgovienne»

«C’est une évidence, le niveau en alle mand des enfants a beaucoup baissé. Ils n’arrivent plus à écrire eux-mêmes leurs rédactions. L’un des problèmes majeurs est que le système actuel laisse trop de place à l’indépendance des élèves. Or à un certain âge, ceux-ci ne savent pas s’organiser eux-mêmes. Et désormais, le Lehrplan 21 veut encore renforcer l’autonomie des écoliers. C’est arrivé à plusieurs reprises que mes enfants rentrent à la maison et qu’ils ne savaient pas ce qu’ils avaient à faire comme devoirs. Ils sont désorientés et surchargés. On le remarque notamment au fait qu’ils se réveillent avec des maux de ventre. D’autres font preuve d’agressivité.

En tant que parents, nous sommes également fatigués. Comme nos enfants apprennent moins de choses et font moins d’exercices en classe, nous devons passer beaucoup plus de temps à les aider avec leurs devoirs. Ma femme a aussi commencé à leur faire des dictées, ce qui se fait de moins de moins en salle de classe. Sa charge de travail a de ce point de vue-là massivement augmenté.» Haut de la page (TDG)

Créé: 24.11.2016, 07h09

Articles en relation

Premier test des urnes pour le Lehrplan 21

Ecole Bâle-Campagne se prononce le 5 juin sur deux initiatives liées au projet d’harmonisation scolaire alémanique. Plus...

Initiative sur la planification scolaire rejetée

Landsgemeinde Une initiative visant à empêcher l'introduction du «Lehrplan 21», la planification scolaire alémanique a été refusée. En présence de Guy Parmelin. Plus...

L'exécutif veut maintenir le français au primaire

Thurgovie Le gouvernement thurgovien prend position contre la suppression du français à l'école primaire. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.