La Une | Dimanche 26 octobre 2014 | Dernière mise à jour 23:06
Politiques

Les partis de droite unanimes pour durcir l'asile

Mis à jour le 04.05.2013 16 Commentaires

L'UDC, le PBD et le PLR ont approuvé sans surprise et à l'unanimité, un durcissement de la loi sur l'asile mais les délégués des différents partis divergent sur l'élection du Conseil fédéral par le peuple.

Martin Landolt (droite, Président du PDB Suisse, parle avec la Conseillère Fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, gauche, avant l’assemblée des délégués ce samedi 4 mai 2013 a Genève.

Martin Landolt (droite, Président du PDB Suisse, parle avec la Conseillère Fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, gauche, avant l’assemblée des délégués ce samedi 4 mai 2013 a Genève.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L'UDC a plébiscité samedi à Engelberg (OW) l'élection du Conseil fédéral par le peuple. Le transfert de la compétence de vote du parlement à la population constituerait la conséquence logique de la démocratie directe. Un système politique qui a fait ses preuves, selon l'UDC.

Les délégués de l'UDC ont accepté à la quasi unanimité l'initiative de leur parti, soumise en votation fédérale le 9 juin prochain, par 370 voix contre 8. Par ailleurs, la formation conservatrice a approuvé sans surprise, à l'unanimité sauf une abstention, la révision de la loi sur l'asile.

En ouvrant l'assemblée des délégués, le président de l'UDC Toni Brunner a déclaré que le gouvernement devait être élu par le peuple afin d'éviter l'anéantissement des valeurs de la Suisse. Le Conseil fédéral ne se penche pas suffisamment sur les préoccupations urgentes de la population, a-t-il ajouté.

Ce nouveau mode de scrutin permettrait de ne plus recourir aux votes de l'Assemblée fédérale, qui manquent de transparence et donnent lieu à des manœuvres en coulisses. Toni Brunner a appelé la base du parti à mener campagne. Selon un premier sondage publié vendredi, une majorité de citoyens (67%) ne soutiendrait pas l'initiative.

«Non» à l'élection du CF par le peuple

Le Parti bourgeois-démocratique (PBD) a rejeté samedi à Genève à l'unanimité l'élection du Conseil fédéral par le peuple et soutenu la révision du droit d'asile en vue de la votation du 9 juin. A cette occasion, Eveline Widmer-Schlumpf s'est exprimée sur l'avenir de la place financière suisse.

«Le système actuel a fait ses preuves depuis 160 ans, un nouveau système n'est pas nécessaire», a affirmé Lorenz Hess, vice-président du PBD Suisse, très critique à propos de l'initiative de l'UDC réclamant l'élection du Conseil fédéral par le peuple.

La règle de quotas pour les cantons latins n'est pas une bonne idée, a-t-il argumenté. Une élection par le peuple créerait des inégalités cantonales, serait très coûteuse, mettrait fin à la concordance et à la collégialité et installerait «des marionnettes» au Conseil fédéral, dont on ne sait pas qui tirerait les ficelles, a fait valoir le vice-président du PBD.

Barbara Janom Steiner, également vice-présidente, a défendu la modification de la loi sur l'asile, «une réelle chance de maîtriser le problème» et d'instaurer «des procédures plus efficaces». «Il est faux d'affirmer qu'il s'agit d'un durcissement de l'asile», a-t-elle déclaré, en soulignant que les modifications sont en accord avec la Convention de l'ONU sur les réfugiés.

Papier de position du PLR

Le PLR s'est prononcé samedi en faveur d'un durcissement de la politique migratoire de la Suisse. Les délégués réunis à Baden (AG) ont approuvé à l'unanimité un papier de position qui comprend 12 exigences «pour un contrôle pragmatique de l'immigration».

La forte immigration et la croissance de la population préoccupent les Suisses. C'est pourquoi le PLR a élaboré un papier de position sur la politique migratoire qui ne menace pas la libre circulation des personnes, a indiqué la conseillère aux Etats st-galloise Karin Keller-Sutter.

Le «plan d'action pour un contrôle pragmatique de l'immigration» vise trois objectifs: encourager et développer l'intégration, empêcher les abus et réduire les effets négatifs du regroupement familial pour les Etats tiers (hors UE) en le limitant.

En revanche, le PLR ne veut pas d'une élection du Conseil fédéral par le peuple. Par 198 voix contre 5 et une abstention, les délégués ont recommandé le rejet de l'initiative de l'UDC qui est soumise à votation le 9 juin.

Une élection par le peuple mettrait en danger le système de concordance. Les délégués ont aussi mis en évidence le risque de voir les membres du gouvernement en campagne électorale permanente au détriment de l'esprit d'équipe. Les candidats pourraient aussi être tentés de verser dans le populisme pour assurer leur élection ou réélection.

(ats/Newsnet)

Créé: 04.05.2013, 18h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

16 Commentaires

Ralf Latina

05.05.2013, 09:09 Heures
Signaler un abus 42 Recommandation 4

Il est temps de durcir cette loi sur l'asyle. Pas forcément par discrimination, mais parce que la Suisse a un territoire limité, ses chômeurs, ses pauvres. On ne peut accueillir toute la misère du monde, et il est inutile de se culpabiliser pour cela. Combien croyez-vous que d'autres pays accepteraient une immigration importante au détriment de leurs citoyens? Répondre


Zora Masé

04.05.2013, 18:27 Heures
Signaler un abus 37 Recommandation 12

Forcément que la majorité des partis sont contre l'élection du Conseil Fédéral par le Peuple. Ils y perdraient leur pouvoir d'élire eux-mêmes le C.F. (à travers leurs conseillers nationaux). Leur notion de la démocratie directe est limitée. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

L'actualité croquée par Herrmann