Nicolas Blancho veut 20 millions pour ériger une mosquée dans l'ouest bernois

IslamismeLe président du Conseil central islamique suisse (CCIS) multiplierait les contacts pour lever des fonds et ériger une maison de Dieu musulmane à Bümpliz.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil central islamique suisse mène une campagne de recherche de dons dans les pays du Golfe pour lui permettre de financer de grands projets, dont la construction d'une grande mosquée à Berne. Le CCIS de Nicolas Blancho a besoin de 20 millions de francs.

«Nous n'avons encore obtenu aucun don de la région du Golfe», a déclaré dimanche Nicolas Blancho, le président du contesté CCIS. Il confirmait une information des hebdomadaires «Le Matin Dimanche» et «SonntagsZeitung».

La recherche de donateurs est un processus de longue haleine, a-t- il ajouté. «Nous en sommes pour l'heure à créer des liens de confiance avec les mécènes potentiels».

Le président du CCIS s'est rendu à plusieurs reprises l'an dernier au Koweit et au Qatar, où il a rencontré «des hommes d'affaires et des hommes d'Etat du plus haut niveau», précise Nicolas Blancho dans les deux journaux dominicaux. «Nous n'avons pas seulement parlé d'argent, mais avons aussi procédé à des échanges intellectuels».

Pour les mosquées et les écoles

Le projet de mosquée à Berne n'en est qu'au stade de l'idée d'un prototype, poursuit le Biennois. Sur plusieurs étages, ce bâtiment devrait être la mosquée la plus moderne de Suisse. C'est justement pour des projets de cette ampleur que de l'argent étranger est nécessaire, souligne Nicolas Blancho.

Parmi les autres projets du CCIS en Suisse figure la construction d'écoles spéciales. Pour le CCIS, toutes les communautés religieuses recourent à la recherche de fonds à l'étranger pour financer des projets liés à la prière ou à l'éducation, surtout si elles sont pauvres comme c'est le cas des musulmans en Suisse.

Initiative pour les minarets

Les fonds étrangers ne doivent servir qu'aux projets d'importance.

D'autres de moindres dimensions trouvent leur financement en Suisse, à l'exemple de l'initiative populaire prévue pour la levée de l'interdiction des minarets. Chaque projet dispose de son propre budget et de sa propre caisse.

Nicolas Blancho ne veut en dire plus à ce sujet. Un comité indépendant du CCIS est compétent dans cette affaire, a-t-il dit.

Selon Nicolas Blancho, ses contacts dans le Golfe ne posent en aucun cas problème. Il les considère comme propres. La recherche de donateurs s'effectue dans le cadre du droit, précise le CCIS dimanche dans un communiqué. Chacun est libre de rechercher de l'argent là où sont les riches, affirme-t-il.

Créé en 2009, le CCIS réunit quelque 2000 membres passifs, selon ses propres déclarations. L'organisation est contestée au sein-même de la communauté musulmane.

Plusieurs associations se sont déjà distanciées d'elle, notamment à l'occasion de sa manifestation pour dénoncer l'islamophobie en octobre dernier sur la place fédérale, qu'elles considèrent comme de la pure provocation. (ats/nxp)

Créé: 15.01.2012, 09h46

Publicité

Caricatures

Fête de la musique
Plus...