Le marketing des cigarettiers auprès des jeunes dénoncé

Etude en SuisseAlors qu'un avant-projet de loi sur le tabac doit être présenté aux Chambres fédérales cet automne, les organisations de prévention dénoncent les méfaits du marketing indirect, soirées privées, cadeaux, autocollants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'observatoire des stratégies marketing pour les produits du tabac en Suisse romande a présenté jeudi matin une étude qui montre à quel point les jeunes, les 18-24 ans notamment, sont la cible de techniques de plus en plus subtiles de la part des cigarettiers.

Cette opération ne tombe pas par hasard: un avant-projet de loi sur le tabac doit être présenté aux Chambres fédérales cet automne. Il vise à interdire totalement la publicité pour la fumée dans les médias de masse (presse, affichage, cinéma, Internet), et pas seulement à la radio et à la télévision comme c'est le cas aujourd'hui. Il touche aussi les techniques de promotion indirectes: distribution d'échantillons gratuits, concours et jeux promotionnels avec des prix. Mais d'autres moyens ne sont pas concernés (promotion dans les bars et boîtes de nuit, réseaux sociaux, utilisation détournée des marques et paquets, etc). «Nous risquons d'aboutir à une loi passoire.

Il faudrait une interdiction globale de la publicité pour la fumée», déclare Michela Canevascini, cheffe de projet à CIPRET- Vaud (Centre d'intervention pour la prévention du tabagisme).

Informer les parlementaires

L'objectif de l'étude présentée jeudi matin est de fournir des informations précises aux parlementaires notamment. On y apprend que 18% des automates à cigarettes vaudois interdits aux mineurs ne sont pas dotés d'un système de contrôle de l'âge. Des marques organisent de soirées privées, par exemple dans un loft lausannois, et offrent ainsi les cigarettes de la marque, le repas, les boissons, le DJ et... le jacuzzi.

L'enquête montre également les stimuli en faveur du tabac qu'un étudiant, un jeune actif ou un fêtard subit simplement en marchant en ville. «Lausanne et la ville pour laquelle le plus grand nombre de stimuli pro-tabac ont été documentés», relèvent les auteurs, qui soulignent aussi la forte présence de messages anti-tabac, quand même nettement moins intense que la communication des marques de cigarettes. (TDG)

(Créé: 09.10.2014, 15h54)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Leuthard succède à Schneider-Ammann
Plus...