Le patron de Symbios disparaît avec un grand chirurgien

Crash au Portugal Jean Plé était bel et bien aux commandes du Piper qui s’est écrasé lundi près de Lisbonne. La star de la médecine du sport Jean-Pierre Franceschi était à ses côtés ainsi que les compagnes des deux hommes.

Le Piper vaudois s'est écrasé à l'ouest de Lisbonne.

Le Piper vaudois s'est écrasé à l'ouest de Lisbonne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le fondateur de l’entreprise Symbios Orthopédie SA, Jean Plé, 69 ans, est décédé dans le crash du Piper Cheyenne survenu lundi au Portugal. Dans un courrier interne adressé aux employés de l’entreprise yverdonnoise, son fils Florent écrit: «Il est à craindre que c’est Jean qui était aux commandes de l’avion.» La compagne de Jean Plé figure aussi parmi les victimes. Autre personnalité, le chirurgien français Jean-Pierre Franceschi a également perdu la vie. Ce Marseillais de 64 ans était connu pour ses interventions sur des célébrités du sport comme les footballeurs Jean-Pierre Papin et Robert Pirès. Sa femme est la quatrième victime de l’accident. Arrivé vendredi à Tires, près de Lisbonne, l’appareil venait de décoller à destination de Marseille et Lausanne.

«Lorsque je travaillais à la promotion économique vaudoise, Jean Plé avait été désigné ambassadeur de l’économie du canton, aux côtés de Daniel Borel et André Kudelski», se rappelle Sandy Wetzel, directeur d’Y-Parc, où est implanté Symbios. Dans les milieux économiques, pas de doute, Jean Plé faisait partie des tout grands. «J’ai fait sa connaissance dans les années 90, lorsqu’il cherchait un site pour son entreprise. L’arrivée de Symbios en 1996 à Yverdon a été suivie d’une expansion rapide qui a beaucoup contribué au rayonnement de la région», se rappelle Jean-Marc Buchillier. Le directeur de l’Association pour le Développement du Nord vaudois (ADNV) évoque une personnalité charismatique. «Lors de la remise du Prix de l’entreprise romande à Symbios, en 2008, Jean Plé avait littéralement captivé son auditoire à Beaulieu, par sa passion et son enthousiasme.»

Une belle aventure avec le CHUV

Parmi les messages publiés hier figure celui, commun, du CHUV et du Conseil d’Etat vaudois. Le professeur Pierre-François Leyvraz, directeur général du CHUV, est effondré. «Nous avons fait beaucoup de choses ensemble, lorsque je dirigeais le service d’orthopédie.» C’est en se basant sur des travaux du CHUV et de l’EPFL que Symbios a développé des prothèses du genou sur mesure. «Jusque-là, ils étaient spécialisés dans la hanche. Je m’en rappelle comme d’une très belle aventure. Nous avions développé un nouveau concept et Jean Plé a pris le risque de lancer la fabrication.» Pour le patron du CHUV, Jean Plé avait le goût de l’innovation, un allant extraordinaire, un vrai flair pour repérer les bonnes idées. «Nous nous sommes vus il y a encore trois ou quatre semaines pour travailler sur une innovation. C’est une perte terrible.»

Tous ceux qui l’ont connu relèvent le caractère très attachant et convivial de Jean Plé. «Il était toujours prêt à ouvrir son entreprise à des entrepreneurs étrangers en visite dans la région», précise Jean-Marc Buchillier. «Il était très accessible et à l’écoute. Avec ses collaborateurs, il était certainement exemplaire. C’était le patron de PME suisse par excellence», note pour sa part Sandy Wetzel. Passionné par son métier d’entrepreneur, Jean Plé était aussi un pilote enthousiaste – et engagé, puisqu’il a présidé l’Air Club d’Yverdon jusqu’en 2013. Le directeur de l’ADNV se souvient d’un bureau décoré de maquettes d’avion. «Son Piper était aussi un outil de travail pour l’entreprise, afin de livrer des prothèses à l’étranger», explique Jean-Marc Buchillier.

Jean Plé rendait visite par la voie des airs aux chirurgiens qui utilisaient ses produits et assistait aussi à certaines opérations, confirme Pierre-François Leyvraz. «J’ai volé des milliers de kilomètres avec lui, en toute confiance. C’était un pilote chevronné, un homme très scrupuleux dans tout ce qu’il entreprenait.» Selon le patron du CHUV, Jean Plé formait son fils Florent – qui siège aussi au conseil d’administration de Symbios – à sa succession.

Deux victimes illustresLe patron de Symbios, Jean Plé, devant son Piper Cheyenne, dont il prenait si volontiers les commandes. Le chirurgien du sport Jean-Pierre Franceschi (ci-dessous) figure également parmi les victimes.

PHOTOS OLIVIER ALLENSPACH/DR (TDG)

Créé: 18.04.2017, 20h41

Articles en relation

Le patron de Symbios serait décédé

Portugal Jean Plé, sa compagne ainsi qu'un chirurgien du sport auraient perdu la vie lors du crash de lundi. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...