La Une | Jeudi 24 juillet 2014 | Dernière mise à jour 18:30
Agression

Jeune femme victime d'une tentative d'enlèvement à Vevey

Par Raphaël Delessert. Mis à jour le 02.05.2012

Une jeune femme de 18?ans a été accostée par deux hommes dans une voiture, il?y?a?dix jours, en plein après-midi. Témoignage.

Le chemin du Châtelard, à Corsier-sur-Vevey. C’est quand elle montait le long de cette route étroite et escarpée que la jeune femme a été poursuivie par deux hommes. Ils ont tenté de l’attirer dans leur véhicule avant de prendre la fuite.

Le chemin du Châtelard, à Corsier-sur-Vevey. C’est quand elle montait le long de cette route étroite et escarpée que la jeune femme a été poursuivie par deux hommes. Ils ont tenté de l’attirer dans leur véhicule avant de prendre la fuite.
Image: Chantal Dervey

Partager & Commenter

«Ils m’ont dit: «Viens avec nous, on va t’emmener dans un endroit.» Alors j’ai commencé à courir. L’un d’eux s’est mis à courir derrière moi et l’autre le suivait au volant de la voiture.» A cette évocation, les larmes perlent au bord des yeux de celle qu’on appellera Bruna*. Agée de 18?ans, l’étudiante domiciliée à Corsier-sur-Vevey souhaite conserver l’anonymat par peur d’éventuelles représailles. Mais elle tient à raconter sa mésaventure «pour que, dans la région, les gens sachent ce qui m’est arrivé et ouvrent l’œil».

Voiture bleu marine

Lundi 23 avril, Bruna rentre à pied des cours. A 15?h?45, elle grimpe le chemin du Châtelard, route escarpée et étroite. «J’étais seule. Au milieu de la montée, j’ai entendu une voiture derrière moi. Je me suis déplacée sur le côté de la route pour la laisser passer.» Mais le véhicule, «plutôt petit et de couleur bleu marine», ne la dépasse pas. A l’intérieur, deux hommes. L’un d’eux sort et hèle la jeune femme qui se met à courir. «Il avait entre 20 et 30?ans, parlait français, sans accent. Mince, la peau un peu bronzée, il portait une veste noire et ses cheveux étaient courts. Je ne l’avais jamais vu avant», détaille l’étudiante. L’homme la rattrape au sommet du chemin, lui agrippe un bras et la tire violemment vers la voiture. «Il me disait: «Viens, viens!» J’ai commencé à pleurer et me suis débattue.»

A quelques mètres de là, une dame âgée aperçoit la scène et hurle. L’agresseur lâche la jeune fille et remonte dans le véhicule qui quitte rapidement le quartier. «J’ai juste eu le temps de voir que la voiture avait des plaques étrangères», indique Bruna. En état de choc, elle est raccompagnée chez elle par la retraitée et un autre témoin. Le lendemain, elle se rend à la gendarmerie pour déposer une plainte. «Aujourd’hui, ça va mieux, j’arrive peu à peu à surmonter cette histoire. J’ai toujours peur, mais je ne vais pas me cacher non plus. Ce sont surtout mes parents qui sont inquiets. Ils viennent me chercher aux cours.»

Appel aux témoins

Porte-parole de la police cantonale vaudoise, Philippe Jaton confirme que la jeune fille a été entendue par les gendarmes de Vevey. «Des investigations ont été effectuées. Il s’agit d’un événement particulier, nous n’en avons pas constaté de similaire dans le canton. Et les caractéristiques de cette voiture n’ont pas non plus été liées à un autre acte de ce genre.» La police ne privilégie pour l’heure aucune hypothèse.

Le porte-parole invite la population à ne pas céder à la psychose, mais demande aux témoins de la scène, la dame âgée en particulier, de prendre contact avec la gendarmerie.

Pourquoi cette affaire n’a-t-elle pas fait l’objet d’un appel à témoins officiel? «Parce que nous n’avons pas suffisamment d’éléments précis relatifs à la marque, à la couleur et à l’immatriculation du véhicule. Idem pour le signalement des personnes», répond Philippe Jaton, qui rappelle aussi les principes de prudence à transmettre aux enfants et aux adolescents: ne pas répondre aux sollicitations d’un inconnu ni monter dans son véhicule, et aviser immédiatement un adulte de confiance en pareille situation.

Inquiétude il y a un an

Il y a une année, c’est une fourgonnette blanche qui avait suscité l’inquiétude des parents sur la Riviera après qu’un bambin de 6?ans avait dit avoir été accosté sur les hauts de Montreux par un homme qui lui aurait proposé des bonbons. Des contrôles ont été effectués, les gendarmes ont mené des patrouilles discrètes et une enquête pénale a été ouverte; l’individu suspect n’a finalement pas réapparu.

*?Prénom d’emprunt (TDG)

Créé: 02.05.2012, 11h52

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11