Les enfants sont les oubliés de la politique migratoire

Rapport annuelSelon l'Observatoire romand du droit d'asile, les enfants sont souvent perdants en matière d'asile en Suisse.

Des requérants d'asile devant un chalet de l'EVAM à Gryon près de Villars-sur-Ollon (VD).

Des requérants d'asile devant un chalet de l'EVAM à Gryon près de Villars-sur-Ollon (VD). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ODAE a publié lundi son 8e rapport d'observation consacré notamment à ce problème.

Les intérêts des enfants sont trop peu pris en considération, a regretté Mélissa Llorens, la coordinatrice de l'ODAE romand. Certains jeunes sans statut légal, qui ont passé une grande partie de leur vie en Suisse, voient leur demande de régularisation refusée, car leurs parents émargent à l'assistance sociale.

Pas responsables

Les enfants ne sont pourtant pas responsables du choix migratoire de leurs parents, a souligné Mme Llorens. Ils doivent toutefois fréquemment en subir les conséquences. Au lieu d'obtenir le droit de rester en Suisse, même seul, ils sont renvoyés avec leurs proches dans un pays qui peut dans certains cas leur être totalement inconnu.

Les mineurs non accompagnés, dont le nombre a fortement augmenté dernièrement en Suisse, connaissent aussi leur lot de difficultés. Leurs conditions d'encadrement varient d'un lieu à l'autre et il existe une véritable inégalité de traitement, a souligné Mme Llorens. Des foyers manquent par exemple d'éducateurs.

Désespoir

Cette absence d'adultes référents peut avoir des conséquences dramatiques. Dans le canton de Vaud, sept enfants ont ainsi tenté de se suicider, a rappelé l'ancien juge du canton du Valais Jean Zermatten, spécialiste des droits de l'enfant. Selon ce dernier, la détention de mineurs entre 15 et 18 ans est aussi très problématique.

L'ignorance des intérêts des enfants dans les procédures d'asile peut avoir des effets dévastateurs sur le développement de ces jeunes, a souligné Mme Llorens. «Nous n'écoutons pas assez l'enfant et nous ne tenons pas assez compte de ce qu'il a à dire», a conclu M.Zermatten.

L'ODEA romand a fait ses constats à partir de cas réels relevés dans les cantons romands. La structure s'appuie sur une centaine de correspondants. L'ODEA romand a été fondé en 2008. Il tente d'apporter un éclairage sur les conséquences humaines de l'application des lois sur l'asile et sur les étrangers. (ats/nxp)

Créé: 21.11.2016, 13h26

Articles en relation

La vie en foyer des ados migrants et sans parents

Asile L’Etablissement vaudois d’accueil des migrants doit faire face à l’afflux de mineurs non accompagnés. Visite dans deux foyers. Plus...

Deux nouveaux chalets à Gryon pour loger les réfugiés

Canton de Vaud L'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) va loger dès mercredi des requérants d'asile dans deux chalets à Gryon. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Rapport d'experts pour le nouvel avion de combat
Plus...