La Une | Mardi 2 septembre 2014 | Dernière mise à jour 02:40
Votation du 18 mai

Le salaire minimum devrait être balayé

Par Christine Talos, Berne. Mis à jour le 17.05.2014 27 Commentaires

Les Suisses devront dire ce dimanche s’ils acceptent ou non d’introduire un salaire minimum de 4000 francs pour tous. L’initiative, lancée par l’Union syndicale suisse, devrait prendre une gifle.

1/9 Les Suisses se prononcent le 18 mai sur l'initiative de l'USS sur les salaires minimums. Le texte demande à la Confédération et aux cantons d'encourager les conventions collectives de travail. Pour les secteurs où cela n'est pas possible, un salaire minimum de 22 francs de l'heure devrait être introduit, soit 4000 francs par mois.
Image: Keystone

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Faut-il introduire en Suisse un revenu plancher de 4000 francs pour tous les travailleurs? La bataille est rude autour de l’initiative de l’Union syndicale suisse (USS) sur les salaires minimums. D’un côté, le PS, les Verts et les syndicats bien sûr. De l’autre, la droite, UDC, PLR, PBD, Verts libéraux, PEV et PDC, ainsi que les milieux économiques et patronaux.

Si au début de la campagne, les deux camps étaient au coude à coude, le «non» devrait l'emporter largement selon le dernier sondage SSR paru le 7 mai. Le salaire minimum devrait même se prendre une gifle: L'initiative de la gauche n'a en effet pu jusqu'ici s'assurer que 30% de partisans, contre 64% de non et 6% d'indécis. Et, surtout, les opposants ont le vent en poupe: ils ont progressé de 12 points, tandis que les intentions favorables en ont baissé de 10.

Le texte demande à la Confédération et aux cantons d'encourager les conventions collectives de travail (CCT). Pour les secteurs où cela n'est pas possible, un salaire minimum de 22 francs de l'heure devrait être introduit. Ce qui correspond à 4000 francs par mois pour 42 heures hebdomadaires.

Chacun doit pouvoir vivre de son travail

Mais pour les initiants, chacun doit pouvoir vivre en Suisse de son travail à plein temps. Il n'est pas acceptable qu'un employé à 100% doive être soutenu par l'Etat pour joindre les deux bouts, estiment-ils. Or, quelque 330'000 personnes travaillant à plein temps reçoivent moins de 4000 francs par mois, selon les statistiques.

Mais ce montant déclenche des salves de critiques de la part des opposants. Non seulement, il ne tient pas compte des disparités régionales, mais il s'agit en outre du plus haut salaire minimum du monde et qu'il est à 2x plus élevé que celui que souhaite fixer Berne, clament-ils. Il menacerait donc les emplois, en particulier dans les petites entreprises, voire certaines branches comme le commerce de détail, le tourisme, l'agriculture ou la restauration.

Comparable sur le plan international

Mais pour les partisans, cette somme est adaptée au niveau des prix, des loyers et des primes maladies en Suisse. En outre, en tenant compte du coût de la vie, elle est dans la moyenne de ce qui se pratique dans d’autre pays puisqu’elle correspond à 61% du salaire médian helvétique. En comparaison, le SMIC équivaut à 64% du revenu médian français.

D’autre part, un salaire minimum de 4000 francs permettrait de rétablir l’égalité salariale pour les femmes. Mieux encore: il permettra d’améliorer le niveau des retraites, avec de meilleures rentes. Et, si les revenus augmentent, cela permettra aussi de financer la retraite.

Un texte nuisible pour les moins qualifiés et les jeunes

Tout autre son de cloche évidemment du côté des opposants qui estiment que ce texte est nuisible aux personnes que les initiants veulent protéger. Pour eux, le salaire minimum remet en cause des mécanismes de partenariat social qui ont fait leurs preuves depuis des décennies et qui représentent l'un des secrets de la prospérité de la Suisse, selon eux.

Faux, rétorquent les initiants. Ce partenariat social ne concerne que 50% des travailleurs. L'autre moitié n'est protégée par aucune convention et se trouve à la merci des employeurs. Le salaire minimum serait donc la meilleure réponse au dumping salarial.

Autre critiques des opposants, certains jeunes risqueraient de renoncer à faire un apprentissage, s'ils peuvent gagner 4000 francs par mois d'emblée. La pénurie de main-d’œuvre qualifiée s'accentuera ainsi davantage. Ils seraient aussi les premiers à souffrir, avec les travailleurs moins qualifiés, puisqu’ils devraient s'imposer face à des travailleurs plus âgés et plus expérimentés.

Licenciements et délocalisations?

La droite et les milieux économiques brandissent aussi la menace de licenciement. A l'image de l'entreprise Reitzel à Aigle (VD) qui a estimé qu'en cas de oui, certaines productions devraient être arrêtées entrainant ainsi le licenciement de collaborateurs. En outre, un salaire de base à 4000 francs entraînerait une refonte de la grille salariale vers le haut puisque les employés à 4000 francs aujourd'hui devraient forcément être augmentés, a estimé l'entreprise dans un article du Matin qui a fait grand bruit.

La droite brandit également la menace de la délocalisation. Les travaux, qui aujourd'hui encore sont effectués par des personnes, seront déplacés à l'étranger ou réalisés par des machines en cas de oui, prévient-elle. A l'instar des caisses automatiques dans certains commerces de détail, note-t-elle.

Faux encore une fois, clament les partisans de l'initiative. Les risques de délocalisation dans des secteurs tournés vers le marché interne comme le commerce de détail, la coiffure, le nettoyage et l'horticulture sont quasi nuls, assurent-ils.

On le voit: la bataille est féroce et va durer jusqu'au dernier moment. Qui va gagner? Réponse le 18 mai. (Newsnet)

Créé: 03.04.2014, 07h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

27 Commentaires

Jean Delatourette

03.04.2014, 08:45 Heures
Signaler un abus 62 Recommandation 5

En soi, j'aime bien l'idée d'un salaire minimum. Mais je me demande si : 1. est-il équitable que ce salaire soit le même à GE/ZH qu'à Delemont, par exemple ? Et celui qui gaganait 4'200, ne devra-t-il pas, à l'occasion d'un changement de job, se contenter de 4,000 ? Dès lors n'est-il pas préferable de renforcer les CCT par branche/région etc ? Merci d'avance pour vos réponses et arguments. Répondre


Marguerite Favre

03.04.2014, 07:26 Heures
Signaler un abus 36 Recommandation 24

D'après, et contrairement à ce que veulent faire croire les anti, le salaire median en France est beaucoup plus élevé que le salaire minimum et donc très bien classée. Je ne suis pas encore réveillée...ou...je ne vois pas la position du MCG ? N'est-ce pas ce parti qui se dit anti "dumping"? Il semblerait que les CFF veulent engager des machinistes italiens à 3.200.--! Alors que la CCT est à 5.500 Répondre



Sondage

Avec Belinda Bencic, la Suisse tient-elle sa nouvelle Martina Hingis?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce