Une app promet de cerner le risque local d’avalanche

Ski hors-pisteUne innovation valaisanne veut aider les skieurs à décider de leurs sorties. Réactions.

L’application mobile Nivo Test délivre un diagnostic et des?recommandations à partir d’un questionnaire poussé.

L’application mobile Nivo Test délivre un diagnostic et des?recommandations à partir d’un questionnaire poussé. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le danger marqué d’avalanche dans les Alpes, ces derniers jours, n’a pas empêché des dizaines de milliers de skieurs de s’élancer dans la poudreuse. Malgré toutes les mises en garde, quelques-uns y ont perdu la vie. «Il n’est pas possible, ni souhaitable, d’interdire le freeride et la randonnée en montagne», juge Robert Bolognesi. Fort de cette conviction, le fondateur du bureau valaisan Meteorisk a conçu une application mobile qui permet d’établir en quelques instants un diagnostic du risque local d’avalanche.

Comment ça marche? L’utilisateur de Nivo Test doit remplir un questionnaire de 25 à 40 questions en observant les conditions du jour et du lieu. A-t-il plu ou neigé au cours des trois derniers jours? Le manteau neigeux est-il très profond, fissuré par endroits? A ces éléments nivo-météorologiques s’ajoutent des facteurs topographiques, comme la présence ou non de pentes raides et convexes, mais aussi des facteurs humains. Par exemple: l’un des participants a-t-il un faible niveau technique ou une mauvaise condition physique? «La vulnérabilité d’un groupe pèse autant que la probabilité d’une avalanche», relève Robert Bolognesi.

Utilisable sans connexion Internet, Nivo Test s’adresse au grand public. Les débutants pourront apprendre, selon le nivologue, à observer les éléments déclencheurs ou indicateurs de risque. Pour les skieurs plus aguerris, l’application entend fournir une aide à la prise de décision: peut-on s’élancer sur l’itinéraire choisi ou vaut-il mieux chercher un passage plus sûr? Un diagnostic ne sera établi que si l’utilisateur a répondu à l’ensemble des questions. L’information pourra ensuite être croisée avec le bulletin régional du risque d’avalanche – à consulter préalablement –, afin d’établir le degré de vigilance à respecter. Les recommandations formulées au final «sont prudentes», insiste Meteorisk.

«Simple et accessible»

Cette application repose sur dix-sept ans de travail et de mesures sur le terrain, mais aussi sur l’analyse de très nombreux cas réels. Spécialiste reconnu loin à la ronde, Robert Bolognesi en a tiré «une méthode théorique de pointe», à grand renfort d’algorithmes et de statistiques. «C’est ce qui me plaît dans ce projet, réagit le Vaudois Dominique Perret, légende mondiale du ski freeride. Il découle d’un travail scientifique très solide, mais il s’applique à des situations pratiques, dans un langage simple et accessible. C’est ce que demandent les skieurs aujourd’hui.»

Selon Robert Bolognesi, même les experts de la montagne pourront utiliser Nivo Test, comme support d’enseignement. Or l’Association suisse des guides de montagne (ASGM) dispose déjà de sa propre méthode d’analyse des risques et de son application digitale – réservée aux professionnels. Elle s’appuie en outre sur la base de données White Risk, de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches de Davos (SLF). Pierre Mathey, président de l’ASGM, se montre donc un peu plus circonspect quant à l’apport de Nivo Test. «Mettre un tel outil dans les mains de M. et Mme Tout-le-monde peut s’avérer positif, à la condition que les utilisateurs gardent la capacité de savoir renoncer. Le freeride et le ski de randonnée se pratiquent par définition en terrain non sécurisé. Il restera toujours une part d’imprévisibilité en montagne. Même si l’on respecte à la lettre toutes les recommandations, un accident peut survenir, y compris avec un guide de montagne.»

Pierre Mathey estime dès lors que la mise à disposition de Nivo Test devrait s’accompagner d’un cours de prévention sur le terrain, comme il en existe désormais partout en Suisse (lire ci-contre). «C’est vrai, ce serait l’idéal, convient Robert Bolognesi. Mais on ne toucherait alors qu’une petite partie du public visé.» Car tout le monde n’est pas prêt à consacrer un ou deux jours – et quelques centaines de francs – pour se former. La preuve au bureau des Guides de Verbier, haut lieu du hors-piste: la dizaine de cours proposés jusqu’ici cet hiver n’a attiré que trois participants. Et le prochain, organisé ce vendredi, est tombé à l’eau, faute d’inscriptions.

Nivo Test, disponible sur l'Apple Store et le Play Store (5 fr.). (TDG)

(Créé: 19.01.2016, 21h57)

Deux filières de formation

L’application mobile Nivo Test est disponible dès à présent sur l’Apple Store et le Play Store (5 francs).

Autre outil intéressant à signaler: White Risk, l’app gratuite conçue par l’Institut d’étude de la neige et des avalanches (SLF). Elle fournit une mine d’informations et de vidéos sur le déclenchement des avalanches, l’équipement à emporter, les règles à respecter, ainsi que des données actualisées quotidiennement à partir des bulletins régionaux de danger d’avalanche.

Au chapitre des formations, deux filières principales se côtoient en Suisse. Swiss Mountain Training (SMT) est celle développée par l’Association suisse des guides de montagne. Le premier module d’un jour donne les bases (connaissance et utilisation de l’équipement, compréhension du bulletin d’avalanche et des situations avalancheuses typiques, mesures de réduction des risques). Le second module, sur deux jours, permet d’approfondir la gestion des risques (mesure de la déclivité, maîtrise d’une action de sauvetage, etc.). Les prix varient entre 150 francs et 350 francs par personne, en cours collectif.

Le label ISTA (International Snow Training Academy), lancé cet hiver par le freerider vaudois Dominique Perret et une pléiade d’experts internationaux, instaure une formation progressive, de l’initiation sur le terrain au cours très avancé. L’accent est mis sur l’estimation des risques, avec des descriptifs simples mis au point par des pédagogues. Ce programme est plus cher que la filière SMT (229 francs et 499 francs pour les deux premiers modules), mais chaque formation suivie donne droit à d’importantes réductions sur diverses prestations dans les stations partenaires.


Informations et listes de cours sur www.swissmountaintraining.ch
et www.ista-education.com

Articles en relation

Les experts en avalanches mesurent la force de la nature

Valais Lors d'une démonstration dans la Vallée de la Sionne (VS), les chercheurs ont pu mesurer la vitesse, les différentes températures à l'intérieur de la coulée et la densité de la neige. Plus...

Statistique de prédiction des risques d'avalanche

EPFL Des chercheurs de l'EPFL ont développé un modèle statistique de prévision des avalanches. Plus...

Les guides planchent sur de nouvelles mesures de prévention

Avalanches meurtrières Les professionnels de la montagne souhaitent étoffer l'offre de formation des cours sur les avalanches. Une dizaine de personnes sont mortes en montagne depuis fin décembre en Suisse. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le National pour une retraite à 67 ans
Plus...