«Une Suisse à 14 millions d'habitants, c'est possible»

Etude EPFLSelon l'architecte et professeur à l'EPFL Harry Gugger, la Suisse réunit les conditions pour accueillir au moins autant d'habitants que l'agglomération de Londres.

La Suisse pourrait aisément compter 14 millions d'habitants, selon une étude.

La Suisse pourrait aisément compter 14 millions d'habitants, selon une étude. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse pourrait tout à fait accueillir 14 millions d'habitants d'ici 2048, et sans problème, comme l'explique le professeur d'architecture Harry Gugger dans son étude «Swiss Lessons. Teaching and Research in Architecture».

Avec ses étudiants de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), il a comparé la situation avec Londres, dont le nombre d'habitants devrait dépasser les 12 millions en 2014. «La Suisse a définitivement les meilleures conditions pour accueillir une population de cet ordre de grandeur», comme il l'explique à la Basler Zeitung.

Une réflexion qui intervient à l'heure où la démographie et l'aménagement du territoire redeviennent des arguments politiques, utilisés lors de la votation sur l'initiative UDC «Contre l’immigration de masse» et en vue d'une autre initiative, Ecopop, qui veut limiter la croissance de la population due aux migrations.

Régler la mobilité

L'étude en question a été menée en 2012 et 2013, soit bien avant la votation sur l'initiative de l'UDC. «Je suis convaincu que la mise en place de cette initiative va ralentir la croissance de la population mais non la diminuer», estime le professeur.

L'équipe est arrivée à la conclusion que la Suisse dispose du potentiel urbain, et même davantage que précédemment, mais qui doit être exploité à bon escient. L'augmentation se limitera pour l'essentiel aux zones urbaines existantes et aux régions métropolitaines.

Et le problème ne sera pas l'immobilier, mais la mobilité, ajoute Harry Gugger. Impossible de doubler les infrastructures. Il faut densifier en mélangeant mieux logements et places de travail afin de réduire les flux pendulaires. L'étude a révélé qu'une ville comme Olten compte plus de places de travail que de logement, ce qui est jugé absurde.

Gratte-ciels? Sans façon...

Harry Gugger se veut clair: l'urbanisation de la Suisse ne doit pas se faire au détriment de la campagne ou des surfaces cultivables. La Suisse a besoin de zones de détente, de lacs et de montagnes pour rester agréable. Sans oublier l'approvisionnement qui doit rester aussi proche que possible des consommateurs.

Et pas question non plus de recourir exclusivement aux gratte-ciels, jugés peu adaptés aux logements, estime le professeur. «Ils génèrent souvent des problèmes sociaux et représentent une forme dispendieuse d'habitation. Des immeubles de cinq ou six étages sont plus appropriés et amènent une densification qui parvient à absorber une augmentation de la population.»

L'étude a démontré que les potentiels urbains de la Suisse sont plus importants que prévu. Et Harry Gugger de rappeler qu'il s'agit d'un mouvement mondial qui voit les métropoles croître sur tous les continents. Une tendance qui n'a rien de naturel mais qui correspond aux réalités économiques. (nxp)

Créé: 21.03.2014, 11h52

Articles en relation

La population genevoise croît grâce aux étrangers

Démographie Le canton recense 476'006 personnes à fin décembre. Genève a connu 5000 naissances en 2013, un record. Plus...

Nous serons 10 milliards sur la Terre en 2050

Démographie L'Inde sera le pays le plus peuplé du monde devant la Chine en 2050, selon une étude française parue mercredi. La population mondiale avoisinera les dix milliards dans moins de 40 ans. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les séjours linguistiques aux Usa ont chuté
Plus...