La Une | Mardi 16 septembre 2014 | Dernière mise à jour 06:41
Polémique

Ils donnent 500 francs aux journalistes invités

Par Arthur Grosjean. Mis à jour le 05.09.2012 5 Commentaires

Des représentants de médias alémaniques ont reçu une enveloppe de 500 francs pour participer à un séminaire sur le tourisme. L'affaire fait des vagues et pose la question des limites.

Les journalistes invités ont reçu 500 francs dans une enveloppe pour leur participation. Certains ont accepté, d'autres ont refusé.

Les journalistes invités ont reçu 500 francs dans une enveloppe pour leur participation. Certains ont accepté, d'autres ont refusé.
Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Où se trouve la ligne rouge à ne pas franchir? Un journaliste peut-il accepter du cash de la part d'une entreprise pour un séminaire informel? Voilà les questions qui agitent le milieu journalistique suisse-alémanique depuis que l'affaire de l'enveloppe à 500 francs a éclaté.

De quoi s'agit-il? Des journalistes, spécialisés dans le tourisme, ont été invités à participer à une table ronde avec des entreprises du secteur. Une société marketing s'est chargée d'organiser le tout. Lors de l'événement, qui s'est tenu récemment, chaque journaliste a reçu une enveloppe avec 500 francs dedans, comme le raconte la dernière édition du Sonntag.

Pas de quoi fouetter un chat

Pour l'organisateur, Fiorenzo Fässler, il n'y a pas de quoi fouetter un chat. Il voulait attirer les meilleurs journalistes de la branche et il trouve normal qu'ils soient défrayés. Il souligne qu'il ne s'agissait pas d'une conférence de presse.

Tout le monde ne partage pas cet avis. Le rédacteur en chef du Bund, qui est aussi responsable de la partie touristique, a refusé d'emblée d'être payé. Il explique qu'il est venu par intérêt professionnel, sur ses heures normales de travail et donc qu'il n'a pas à toucher un centime.

«Ce versement d'argent est contraire à mes principes journalistiques», a-t-il déclaré à Sonntag. D'autres journalistes ont eu moins de scrupules. Ils ont encaissé l'argent ou l'ont versé dans la caisse de leur rubrique pour un repas de fin d'année.

Indignation et sarcasme

Ces révélations ont fait jaser en Suisse alémanique. Indignation de la majorité des journalistes et sarcasme de certains politiciens. Le conseiller national PS Cédric Wermuth a posé la question suivante sur twitter: «chers journalistes indépendants, pouvez-vous aussi véhiculer une image positive de moi pour 20 francs ou cela doit-il forcément me coûter 500 francs?»

Un milieu professionnel qui verse de l'argent à un journaliste censé couvrir ensuite impartialement ce même secteur, l'affaire est délicate. Mais pas vraiment nouvelle si on excepte le versement en cash.

Les médias suisses acceptent depuis longtemps que leurs journalistes se fassent inviter, tous frais payés, par des agences de voyages ou des offices du tourisme. Il s'agit de remplir à bon compte les pages touristiques des journaux dont les finances sont à la peine.

La pratique des «ménages»

Il y a aussi la pratique ancienne des «ménages». Sur leur temps libre, des journalistes, principalement de la TV en raison de leur notoriété, animent contre rétribution des séminaires ou des événements d'entreprises ou de l'administration. Un mélange des genres qui peut aussi poser problème.

Il n'est pas toujours aisé de tracer la ligne entre ce qu'il faut accepter et ce qui est indéfendable. Même au sein des journalistes, les avis divergent entre les «puristes», qui refusent par principe tout ménage, et les «pragmatiques», qui assurent pouvoir concilier ménage et indépendance.

Et les cadeaux?

Qu'en est-il des cadeaux reçus par les journalistes? Ils sont autorisés sous condition. «Seuls les cadeaux modestes, dont on peut parler ouvertement, et les gestes de politesse généraux (bouteilles à Noël, etc.) ne posent pas problème», note le Conseil de la presse. Ce dernier, dans ses prises de position, recommande la prudence en toute circonstance: «Ceux qui offrent des cadeaux essaient parfois d’influencer le compte rendu ouvertement ou discrètement. Les journalistes devraient résister aux tentations et éviter l’apparence du lien privilégié ou de la corruptibilité.» (Newsnet)

Créé: 05.09.2012, 09h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

Frédéric Bastiat

05.09.2012, 10:09 Heures
Signaler un abus 19 Recommandation 0

Le problème n'est pas tant que les journalistes recoivent des cadeaux (les médecins sont invités par les firmes pharmacéeutiques dans des séminaires-vacances, nombre de politiciens s'octroient eux-mêmes leurs propres cadeaux en subventionant de façon croisées les associations dont ils sont présidents ou employés, etc); le problème, c'est qu'il y ait encore des gens qui croient les journalistes.... Répondre


Michèle Herzog

05.09.2012, 16:00 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Le système a réussi à éradiquer les journalistes indépendants et les journalistes d'investigation. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce