«Check-list» pour que des objets ne soient pas oubliés dans le corps

ChirurgieL'utilisation systématique d'une liste lors d'une opération chirurgicale permet d'augmenter la sécurité des patients, ont constaté 10 hôpitaux suisses.

Les hôpitaux associés au programme ont érigé cet check-list en nouvelle norme de sécurité dans un secteur marqué par une forte fluctuation du personnel médical.

Les hôpitaux associés au programme ont érigé cet check-list en nouvelle norme de sécurité dans un secteur marqué par une forte fluctuation du personnel médical. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mise en oeuvre par dix hôpitaux suisses d'une «check-list» chirurgicale est un succès, a indiqué vendredi l'association Sécurité des patients. L'utilisation systématique de cet instrument lors d'une opération chirurgicale permet d'augmenter la sécurité des patients.

Cette procédure structurée optimise la communication au sein de l'équipe et génère un changement de culture en salle d'opération, relève Sécurité des patients. Ce projet lancé en 2013 a permis de systématiser l'utilisation correcte de la «check-list» afin d'éviter des erreurs comme l'oubli d'objets dans le corps du patient.

Le savoir-faire issu de ce programme va servir à élaborer d'ici à la fin de l'année un nouveau cours qui sera mis à disposition de tous les hôpitaux de Suisse. Sur les dix établissements qui ont participé au projet, trois sont en Suisse romande: l'Hôpital de l'enfance au CHUV à Lausanne, l'Hôpital fribourgeois et l'Hôpital de la Tour à Meyrin.

Modèle dans l'aviation

Ces contrôles à effectuer s'inspirent de la «check-list» en usage dans l'aviation. Les hôpitaux associés au programme intitulé «Progress ! La sécurité en chirurgie» ont érigé cet outil en nouvelle norme de sécurité dans un secteur marqué par une forte fluctuation du personnel médical.

L'association Sécurité des patients entend soutenir l'utilisation efficace et systématique de cette «check-list» chirurgicale dans tous les blocs opératoires de Suisse. De nombreux établissements utilisent déjà ou partie de cet outil, mais son application est pénalisée par manque de standardisation. (cht/ats/nxp)

(Créé: 03.07.2015, 15h11)

Articles en relation

Une pose de prothèse comporte le moins de risques

Infections nosocomiales Une étude a évalué les taux d'infections après les opérations dans les différents hôpitaux suisses. Ce sont les prothèses totales de genou qui ont le taux d'infection le plus bas et la chirurgie du côlon le plus élevé. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: ouverture d'une école pour surdoués
Plus...